Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 17 avril 2018

DBF180417
17 avril 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 17 avril 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Guinée-Bissau

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, Le Secrétaire général accueille avec satisfaction la nomination, le 16 avril dernier, de M. Aristides Gomes comme Premier Ministre de la Guinée-Bissau.  La nomination de M. Gomes s’inscrit dans le consensus auquel sont parvenus les acteurs politiques qui comptent dans le pays.  Le Secrétaire général accueille avec satisfaction l’annonce selon laquelle les élections législatives auront lieu le 18 novembre 2018.  L’annonce offre un mandat clair pour les préparatifs urgents de ces élections.  Cette évolution intervient après la Session spéciale de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur la Guinée-Bissau qui s’est tenue à Lomé, au Togo, le 14 avril dernier.  Le Secrétaire général salue le rôle joué par le Président de l’Autorité de la CEDEAO et Président du Togo, M. Faure Gnassingbé, et le Médiateur de la CEDEAO pour la Guinée-Bissau et Président de la Guinée, M. Alpha Condé.

Le Secrétaire général est encouragé par l’esprit de compromis et le leadership dont ont fait preuve le Président José Mário Vaz, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) et le Parti du renouveau social (PRS).  Il exhorte toutes les parties à prendre rapidement les mesures qui s’imposent, dont la formation d’un gouvernement inclusif, la réouverture de l’Assemblée nationale et la mise en œuvre des dispositions restantes de l’Accord de Conakry.

Le Secrétaire général réaffirme l’engagement à continuer de travailler étroitement avec l’Union africaine, la CEDEAO, l’Union européenne et la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) pour appuyer la consolidation de la paix et des efforts en Guinée-Bissau.  (Voir communiqué de presse…)

Arabie saoudite

Le Secrétaire général est à Ryad aujourd’hui où il a prononcé un discours à la seizième réunion du Conseil consultatif du Centre des Nations Unies contre le terrorisme. 

Il a souligné la nécessité de se concentrer sur la prévention, en traitant des causes sous-jacentes des circonstances qui leurrent les jeunes hommes et femmes vers le terrorisme et l’extrémisme violent. 

« Personne ne naît terroriste », a rappelé le Secrétaire général qui a ajouté que les conflits non réglés et la marginalisation socioéconomique jouent un rôle significatif dans la transformation des revendications en actes destructeurs. 

Il a estimé que, pour réussir, le Conseil doit s’adapter aux besoins de changement des États Membres et élargir et diversifier l’appui des donateurs.  Le Secrétaire général a aussi annoncé aux membres du Conseil consultatif qu’il convoquera au mois de juin une conférence de haut niveau réunissant les chefs des agences antiterroristes du monde entier pour renforcer la coopération par de nouveaux partenariats. 

Le Secrétaire général s’est aussi entretenu avec le Roi Salman et a eu un déjeuner avec le Prince héritier Mohammad Bin Salman.  Il s’est également entretenu avec le Ministre saoudien des affaires étrangères, M. Adel al-Jubeir. 

Les deux hommes ont ensuite répondu aux questions de la presse.

Yémen

L’Envoyé spécial pour le Yémen, M. Martin Griffiths, a informé aujourd’hui le Conseil de sécurité de ses derniers entretiens avec les parties. 

Dans ce qu’il a dit être une première version de son rapport, l’Envoyé spécial a annoncé de bonnes et de mauvaises nouvelles.  Au titre des bonnes nouvelles, il a dit qu’une solution politique pour mettre fin à la guerre et aux combats est à portée de main.  Mais pour les mauvaises nouvelles, la guerre a fait plus de bruit et est devenue plus intense ces dernières semaines. 

L’Envoyé spécial s’est dit encouragé par les réunions qu’il a eues avec le Président Abdrabbo Mansour Hadi et le leadership d’Ansar Allah, et par leur attitude constructive.  Il a souligné qu’un règlement politique négocié dans un dialogue inclusif intrayéménite est la seule manière de mettre fin au conflit et de résoudre la crise humanitaire en cours.  Quant aux développements négatifs, il a noté des informations non confirmées selon lesquelles les mouvements de troupes s’accélèreraient et que la perspective d’opérations militaires plus intenses à Hodeïda se rapprocherait. 

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, a aussi parlé au Conseil de sécurité, pour souligner que les agences humanitaires ont intensifié leur travail au Yémen.  Au mois de décembre de l’année dernière, a-t-il dit, plus de sept millions de personnes recevaient une aide alimentaire par mois.  Mais le Yémen reste la pire crise humanitaire au monde.  Il a ajouté que les trois quarts de la population, soit plus de 22 millions de personnes, ont besoin de toute urgence de l’une ou l’autre forme d’aide humanitaire, dont les 8,4 millions de personnes qui luttent tous les jours pour manger.  (Voir communiqué de presse CS/13301)

UNRWA

L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a indiqué que le déficit budgétaire, d’un office qui assure des services essentiels comme la santé et l’éducation, a été réduit de 243 millions de dollars en janvier à 173 millions, après le succès de la Conférence de Rome. 

Pour le Territoire palestinien occupé où l’Office offre une assistance d’urgence, le déficit est passé à 97,6 millions de dollars alors que pour la crise en Syrie, il a été réduit à 165,5 millions de dollars.

République centrafricaine

La Mission des Nations Unies en République centrafricaine (MINUSCA) a annoncé qu’elle a lancé une enquête militaro-policière sur les évènements qui ont eu lieu à Bangui du 8 au 11 avril pendant l’opération Sukula et après.  C’est le chef de la police militaire de la Force de la MINUSCA qui prend la tête de l’enquête avec l’appui de la Section d’enquête criminelle de la Mission.  L’établissement des faits se fait conformément aux procédures internes d’enquête et doit être terminé le 30 avril prochain. 

Le Représentant spécial du Secrétaire général décidera alors de la marche à suivre, ce qui pourrait donner lieu à la convocation d’un comité d’enquête et/ou à une enquête plus approfondie. 

Mali

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit aujourd’hui alarmé par une escalade de la violence communautaire dans le centre du Mali où, ces dernières semaines, quelque 3 000 personnes ont dû fuir au Burkina-Faso voisin.  Depuis février, des dizaines de personnes ont été tuées dans les affrontements entre Dogons et Peuls, causant la destruction des maisons et autres biens, principalement dans la zone de Koro de la région de Mopti. 

Avec l’aggravation de la violence extrémiste et intercommunautaire, le HCR craint désormais plus de mouvements de populations et des besoins humanitaires accrus.  Les nouveaux mouvements s’ajoutent aux problèmes que connaît déjà la population de la région.  L’insécurité alimentaire y est très grave, compte tenu du manque de pluies qui a asséché les récoltes, et les centres de santé sont débordés, avec très peu de médicaments et de personnel.

Chili

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a aussi signalé aujourd’hui que le Chili est devenu le dernier État à accéder aux conventions internationales sur l’apatridie. 

Le HCR salue l’engagement du pays à promouvoir le droit fondamental à la nationalité. 

Invité du Point de presse

L’invité du Point de presse était aujourd’hui le Porte-parole du Président de l’Assemblée générale, M. Brenden Varma, qui a ensuite cédé sa place à la Coordonnatrice adjointe des secours d’urgence.  Mme Ursula Mueller a parlé de la visite qu’elle vient d’effectuer au Myanmar. 

Tableau d’honneur

Le Guatemala est devenu le quatre-vingtième État à avoir payé la totalité de sa contribution au budget de l’ONU pour 2018. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.