Print
dbf180309
9 mars 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 9 mars 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

RPDC

Le Secrétaire général est encouragé par l’annonce d’un accord entre les États-Unis et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) sur la tenue d’une réunion au sommet d’ici au mois de mai. 

Il salue le leadership et la vision de toutes les parties concernées et réitère son appui envers tous les efforts en faveur d’une dénucléarisation pacifique de la péninsule coréenne, en accord avec les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité

Syrie

Les Nations Unies et leurs partenaires, à savoir le Comité international de la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge arabe syrien, ont réussi à retourner à Douma, dans la Ghouta orientale assiégée, pour y livrer le reste de l’aide humanitaire qui n’avait pas pu être déchargée du convoi le 5 mars.

La livraison d’aujourd’hui a permis aux Nations Unies d’achever la livraison prévue de vivres qui étaient destinés à 27 500 personnes, avec également des articles de santé et de nutrition.  Lorsque le convoi était en route, des bombardements avaient eu lieu à proximité des opérations malgré les garanties de sécurité émises par toutes les parties.

Les Nations Unies attendent une autorisation pour achever la livraison d’articles destinés à 70 000 personnes à Douma, livraison qui avait été initialement approuvée par les autorités syriennes.  La livraison de toutes les fournitures humanitaires nécessaires, y compris les fournitures médicales et de santé qui avaient été retirées, demeure urgente et doit se faire sans délais.  Les Nations Unies appellent toutes les parties à autoriser immédiatement un accès sûr, durable et sans entrave aux convois pour fournir des articles essentiels à des centaines de milliers de personnes en besoin d’aide d’urgence dans la Ghouta orientale, ainsi qu’à tous ceux qui se trouvent dans le besoin dans l’ensemble du pays.

À noter par ailleurs que le Secrétaire général doit intervenir devant le Conseil de sécurité dans la matinée de lundi pour faire le point sur la mise en œuvre de la résolution 2401.

RDC

Le Coordonnateur des secours d’urgence, M. Mark Lowcock, se rendra en République démocratique du Congo (RDC) du 11 au 13 mars.  Ce déplacement marquera sa première visite dans ce pays depuis qu’il a pris ses fonctions.

M. Lowcock sera accompagné de Mme Sigrid Kaag, la Ministre du commerce extérieur et de la coopération pour le développement des Pays-Bas.  Ils rencontreront des représentants du Gouvernement à Kinshasa et se rendront à Kalemie, dans la province du Tanganyika, pour constater par eux-mêmes la situation humanitaire qui y prévaut.

M. Lowcock appellera à appuyer davantage la réponse humanitaire dans le pays et invitera les donateurs internationaux à prendre part à la toute première conférence des donateurs pour la RDC prévue à Genève le 13 avril.

En début d’année, la communauté humanitaire en RDC a lancé le plus important appel de fonds jamais lancé, pour réunir 1,68 milliard de dollars et pouvoir répondre aux besoins de 10 millions de personnes.

Bosnie-Herzégovine

Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, M. Miroslav Jenča, s’est rendu, du 7 au 8 mars, en Bosnie-Herzégovine où il a rencontré plusieurs hauts fonctionnaires.

M. Jenča a fermement souligné l’importance de veiller, à ce moment crucial, à ce que les avancées impressionnantes qui ont été réalisées ces 20 dernières années ne soient pas perdues.  Des compromis viables sont nécessaires et même urgents pour assurer le déroulement pacifique d’élections démocratiques en octobre.

Il a insisté sur la nécessité, pour toutes les parties en Bosnie-Herzégovine, de redoubler d’efforts en faveur d’une véritable réconciliation et de créer ensemble des passerelles pour surmonter un passé de divisions, dans la perspective d’un avenir commun et pacifique.

À cet égard, l’initiative conjointe de consolidation de la paix de l’ONU et de la présidence de la Bosnie-Herzégovine, Dialogue pour l’avenir, a établi un cadre important qu’il importe de développer et de consolider par l’intermédiaire d’activités régionales.

Décolonisation

Le Comité spécial de la décolonisation, dit « Comité des 24 », effectuera une mission de visite officielle en Nouvelle-Calédonie et à Paris du 12 au 19 mars.

L’objectif de la mission est de collecter des informations de première main en Nouvelle-Calédonie sur la mise en œuvre des Accords de Nouméa et d’appuyer la Nouvelle-Calédonie dans la préparation du référendum qui doit avoir lieu en 2018.

La mission sera composée de quatre membres du Comité, à savoir Cuba, qui en assurera la présidence, l’Indonésie, l’Iraq et la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Soudan du Sud

Le Coordonnateur humanitaire pour le Soudan du Sud, M. Alain Noudéhou, a appelé à une action urgente pour prévenir une aggravation de la crise alimentaire dans le pays.  Plus de sept millions de personnes, soit près des deux tiers de la population, risquent de sombrer dans une grave insécurité alimentaire entre les mois de mai et de juin, à moins d’une aide et d’un accès humanitaires soutenus.

M. Noudéhou a indiqué que des financements sont nécessaires maintenant pour fournir une aide à des millions de personnes pendant la saison sèche en faisant usage des transports routiers et en prépositionnant des articles essentiels.  De telles activités seront beaucoup plus coûteuses si elles doivent être effectuées par transport aérien durant la saison des pluies.

Le Coordonnateur humanitaire a présidé une délégation de haut niveau composée de donateurs, de chefs d’agence humanitaire et de partenaires, qui s’est rendue dans la zone de Leer, dans la région de l’Unité, pour y constater la détresse des 90 000 personnes qui y vivent.  Bien que la famine ait pu y être stoppée grâce à une intervention humanitaire intensive, la situation demeure fragile.  Selon les prévisions, 85% de la population fera face à des situations d’insécurité alimentaire d’urgence ou de crise d’ici à la fin du mois prochain.

Nigéria

Les opérations humanitaires restent temporairement interrompues à Rann, dans le nord-est du pays, suite au meurtre récent, dans cette localité, de trois travailleurs humanitaires par un groupe armé non étatique.

Le Coordonnateur humanitaire, M. Edward Kallon, doit tenir des réunions avec de hauts représentants du Gouvernement à Abuja, ainsi qu’à Maiduguri, où il doit se rendre la semaine prochaine.

Migration

Le deuxième cycle de négociations intergouvernementales sur le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières se déroulera du lundi au jeudi de la semaine prochaine, au Siège de l’ONU, à New York. 

L’objectif principal de ce deuxième cycle sera de répondre aux questions identifiées par les cofacilitateurs du processus comme méritant une discussion plus approfondie, notamment la différentiation entre la migration régulière et irrégulière, la différentiation entre migrant et réfugié, la mise en œuvre et le renforcement des capacités, ainsi que le suivi et l’examen.

Le premier cycle de négociations s’est déroulé le 20 février et a été marqué par le ferme engagement de toutes les régions.  Le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières est voué à devenir le premier accord intergouvernemental négocié, préparé sous les auspices des Nations Unies, à couvrir toutes les dimensions de la migration internationale d’une manière holistique et complète.

Par ailleurs, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué aujourd’hui qu’il est difficile de garder la trace des décès de femmes migrantes en raison de l’absence de données.  Seuls 31% des incidents répertoriés par l’OIM grâce à son Projet migrants disparus contiennent des données sur le sexe des personnes décédées ou qui ont disparu.

À l’échelle mondiale, 525 femmes ont trouvé la mort pendant une migration l’an dernier.  Les données disponibles indiquent que la traversée de la Méditerranée est particulièrement meurtrière pour les femmes, avec 238 décès répertoriés.  On dénombre ensuite 141 décès en Afrique et 90 dans le sud-est de l’Asie.  Vingt femmes ont aussi trouvé la mort alors qu’elles tentaient de franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

L’OIM souligne qu’il est essentiel d’obtenir de meilleures informations sur les personnes qui disparaissent pendant la migration afin de comprendre pourquoi les gens risquent leur vie et d’aider à prévenir que davantage ne périssent encore.

Santé animale

L’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé, aujourd’hui, que plus de 4 700 vétérinaires professionnels dans 25 pays d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient avaient été formés en seulement 12 mois grâce à un partenariat avec l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID).

Ces derniers seront en ligne de front dans le cadre de la lutte contre l’émergence de nouvelles maladies, en s’attaquant directement à la source.

Selon la FAO, près de 75 des nouvelles maladies infectieuses qui ont fait leur apparition ces dernières décennies trouvent leur origine chez les animaux avant de contaminer l’être humain.

C’est pourquoi l’amélioration de l’identification des risques de maladies animales et une action à la source pour les combattre représentent des étapes stratégiques en vue d’éviter de futures pandémies.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.