Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 6 mars 2018

DBF180306
6 mars 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 6 mars 2018

(La version française du Point de presse quotidienn’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Syrie

L’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, a pris part aujourd’hui à une réunion, à Genève, avec les représentants de la République islamique d’Iran, de la Fédération de Russie et de la Turquie.  Cette rencontre s’est déroulée à la Mission permanente de la Fédération de Russie. 

Il a discuté avec les représentants de ces trois pays garants des étapes importantes du suivi de la Déclaration finale de Sotchi et de la poursuite du processus politique de Genève, en vue de la pleine application de la résolution 2254 (2015) du Conseil de sécurité. 

À la lumière de la résolution 2401 (2018) du Conseil de sécurité, les discussions ont également permis de mettre l’accent sur la situation sur le terrain et la priorité immédiate de la désescalade, en prélude de la prochaine réunion d’Astana.  Les discussions ont également porté sur les questions des détenus, des personnes enlevées et des disparus.

Hier, la livraison, par l’ONU et ses partenaires, d’une assistance à la population de Douma, dans la Ghouta orientale, a été interrompue en raison de l’escalade de la violence et de l’insécurité.  Des frappes aériennes et des bombardements à Douma et à Damas ont continué pendant des heures alors que le convoi interagences distribuait de la nourriture à 27 500 personnes, en plus d’articles de santé et de nutrition. 

Après près de neuf heures à l’intérieur de cette zone, il a été décidé de quitter les lieux pour des raisons de sécurité, notamment pour ne pas mettre en péril la sécurité des équipes humanitaires sur le terrain. 

En conséquence, 14 des 46 camions du convoi n’ont pu complètement décharger des fournitures humanitaires essentielles.  Sur les 14,4 ont été partiellement déchargés.

Yémen

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que les hostilités se poursuivent dans la province d’Hodeïda, dans le sud du Yémen, à environ 100 km au sud du port d’Hodeïda.

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) estime qu’environ 77 000 personnes ont été récemment déplacées à Hodeïda et dans la ville voisine de Taëz depuis décembre 2017.  Depuis la fin février, les partenaires humanitaires ont pu acheminer l’aide humanitaire à environ 54 000 personnes.  Les efforts d’assistance humanitaire se poursuivent.

Plus de deux millions de personnes sont toujours déplacées à travers le pays à cause du conflit, dont 90% qui ont fui leur domicile il y a plus d’un an.

Iraq

Les partenaires humanitaires des Nations Unies et les autorités iraquiennes ont lancé aujourd’hui le plan d’aide humanitaire de 2018 pour l’Iraq.  Ce plan vise à mobiliser 569 millions de dollars pour aider 3,4 millions de personnes hautement vulnérables qui restent affectées par la suite du conflit avec Daech.

Les opérations humanitaires en Iraq se sont considérablement réduites en 2018 par rapport à l’année dernière, lorsque 6,2 millions de personnes étaient concernées par l’assistance humanitaire.  Cela reflète la nature changeante des besoins de la population, car les personnes déplacées retournent dans leur région d’origine.  Cela reflète également la capacité et la portée croissante des institutions nationales et le rôle croissant des acteurs de développement.

Sri Lanka

Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, se rendra au Sri Lanka du 9 au 11 mars.  Il rencontrera un large éventail de dirigeants sri-lankais, y compris le Président, le Premier Ministre et d’autres hauts fonctionnaires, ainsi que des représentants de partis politiques et des groupes de la société civile.

Cette visite fait partie de l’engagement actuel de l’ONU avec le Sri Lanka.

Myanmar-Bangladesh

À l’issue de sa visite au Bangladesh, le Sous-Secrétaire général aux droits de l’homme, M. Andrew Gilmour, a déclaré que le nettoyage ethnique des Rohingya du Myanmar se poursuivait.

Le nombre de meurtres et de violences sexuelles dans l’État Rakhine a diminué, mais les Rohingya récemment arrivés à Cox’s Bazar et interrogés par M. Gilmour et d’autres responsables de l’ONU ont fourni des comptes rendus crédibles indiquant que les meurtres, viols, tortures et enlèvements, ainsi que la famine forcée se poursuivent.

M. Gilmour a souligné le large consensus selon lequel il est inconcevable de s’attendre à ce que les réfugiés retournent au Myanmar à ce stade.

Par ailleurs, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a averti aujourd’hui que des risques liés à la vie sauvage compliquaient davantage les défis à relever pour prendre en charge les réfugiés au Bangladesh.  En effet, la zone actuellement occupée par le camp de réfugiés de Kutupalong, à Cox’s Bazar, est depuis longtemps un habitat important pour les éléphants d’Asie de l’Est.  Il y a environ 40 éléphants dans la région et ils se déplacent entre le Bangladesh et le Myanmar à la recherche de nourriture.

Malheureusement, 10 réfugiés ont été tués par des éléphants effrayés à l’intérieur des camps.  D’autres personnes ont été blessées et ont perdu le peu de propriété qu’elles possédaient.  Le HCR s’est donc associé à l’Union internationale pour la conservation de la nature et de ses ressources (UICN) pour assurer une coexistence pacifique avec la faune sauvage dans les zones d’installation de réfugiés.

Le projet principal est déjà en cours avec la création de 17 équipes d’intervention sur les éléphants, des groupes de personnes formées qui savent comment réagir de manière appropriée à l’approche d’un éléphant et qui peuvent l’empêcher d’entrer dans le camp.

Le HCR espère voir davantage de soutien pour ce type d’interventions dans les contextes humanitaires à l’échelle mondiale.

Australie-Timor Leste

Cet après-midi, à 17 heures, au Siège de l’ONU, des hauts responsables australiens et timorais signeront un traité entre la République démocratique de Timor-Leste et de l’Australie délimitant leurs frontières maritimes dans la mer de Timor.  Le traité sera signé en présence du Secrétaire général dans le bâtiment de l’Assemblée générale près de la zone abritant un modèle de bateau du Koweït.

La signature de ce nouveau traité maritime frontalier marque la conclusion réussie du premier recours par les États à la procédure de conciliation en vertu de l’annexe V de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. 

L’Accord de proposition d’ensemble du 3 août 2017 qui inclut le nouveau traité, met fin à la longue dispute maritime d’une décennie entre le Timor-Leste et l’Australie. 

Un Communiqué de presse devait être publié dans l’après-midi avec des détails supplémentaires.

Ex-République yougoslave de Macédoine

Le Sous-Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Miroslav Jenča, s’est rendu en ex-République yougoslave de Macédoine du 4 au 6 mars.

À Skopje, il a rencontré le Premier Ministre, le Ministre des affaires étrangères, le Président du Parlement et les chefs des commissions parlementaires, ainsi que des membres de la société civile, la communauté diplomatique et l’équipe de pays des Nations Unies.

M. Jenča a félicité le Premier Ministre pour avoir mené des réformes et a salué l’engagement du Gouvernement en faveur de la démocratie, l’état de droit, les droits de l’homme et la diversité ethnique.

M. Jenča a apprécié l’engagement du Gouvernement et les étapes prises à ce jour afin d’améliorer les relations avec ses voisins, en soulignant que cela envoie un important message pour une coopération régionale accrue et pour dépasser les héritages du passé en cette période difficile.  L’ONU soutient totalement ces efforts.

Mariage d’enfants

L’UNICEF a déclaré aujourd’hui que le mariage des enfants était sur le déclin à l’échelle mondiale, plusieurs pays ayant connu des baisses importantes ces dernières années. 

Dans l’ensemble, la proportion de femmes mariées alors qu’elles n’étaient que des enfants, a diminué de 15% au cours de la dernière décennie, passant de 1 sur 4 à environ 1 sur 5.

L’Asie du Sud a enregistré le déclin le plus important de mariage d’enfants au cours des 10 dernières années.  Selon de nouvelles données de l’UNCEF, le nombre total de filles mariées pendant leur enfance est maintenant estimé à 12 millions par an.

Toutefois, pour mettre fin à cette pratique avant 2030, les progrès doivent être significativement accélérés.  On estime, à l’échelle mondiale, que 650 millions de femmes actuellement en vie ont été mariées alors qu’elles étaient enfant.  Le fardeau mondial du mariage des enfants se déplace vers l’Afrique subsaharienne où les progrès doivent être augmentés de manière significative pour compenser la croissance démographique.

Aide alimentaire

Un nouveau rapport de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) souligne que quelque 37 pays ont besoin d’une aide alimentaire extérieure, un nombre inchangé depuis trois mois.

Ces chiffres se trouvent dans le Rapport Perspectives de récolte et situation alimentaire, publié aujourd’hui, et indiquent que la guerre civile et l’insécurité sont la raison principale pour laquelle 16 pays, allant du Burundi au Yémen, connaissent des taux élevés de faim.

Darfour

Le Secrétaire général et le Président de la Commission de l’Union africaine ont annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Anita Kokui Gbeho, du Ghana, comme Représentante spéciale conjointe adjointe de l’Opération hybride Union Africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD).

Mme Gbeho succède à Mme Bintou Keita, de la Guinée, envers qui le Secrétaire général et le Président de la Commission africaine expriment leur reconnaissance pour son dévouement et son travail à la MINUAD.

Tableau d’honneur

Malte et Sainte-Lucie ont payé la totalité de leur contribution au budget de l’Organisation, amenant à 65 le nombre d’États Membres à s’être acquittés de l’intégralité de leur contribution budgétaire.
 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.