Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 27 février 2018

dbf180227
27 février 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 27 février 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Développement

Le Secrétaire général a pris la parole ce matin au Conseil économique et social (ECOSOC) et a débattu des défis auxquels est confronté le Programme de développement durable à l’horizon 2030.  Il a expliqué aux membres de l’ECOSOC que le monde était confronté à une crise de légitimité et de confiance.  La crise, a-t-il dit, n’est pas abstraite - elle est enracinée dans des craintes légitimes, des angoisses et même dans la colère des gens.

Malgré les améliorations du niveau de vie, a-t-il ajouté, trop de personnes sont laissées pour compte dans les différentes « ceintures de rouille » du monde.  Comme toujours, les femmes ont beaucoup moins de chances de participer au marché du travail et les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes demeurent une préoccupation au niveau mondial.  Le chômage des jeunes est arrivé à un niveau alarmant.  Et les inégalités sont endémiques, risquant de faire craquer le tissu de la société et sapant le contrat social.

Il a dit que nous devions saisir le potentiel de la quatrième révolution industrielle tout en se protégeant de ses dangers.  Pour rétablir la confiance, a-t-il dit, nous devons arriver à une mondialisation juste, avec la contribution essentielle du Programme 2030.

Cette réunion marque le début de l’examen formel par les États Membres des propositions du Secrétaire général concernant la réforme du Système des Nations Unies pour le développement.  Les trois prochains jours donneront aux États Membres et au Système l’occasion de discuter des sept domaines clefs de la transformation -et des propositions connexes– tels que décrits dans le rapport du Secrétaire général publié en décembre dernier sur la réforme du système de développement.

La Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Mme Amina Mohammed, s’adressera également à l’ECOSOC cet après-midi sur la réforme du système des coordonnateurs résidents.  Elle exprimera à cette réunion ses plus sincères condoléances pour le décès, qui a eu lieu au cours du week-end, d’Una McCauley, la Coordonnatrice résidente des Nations Unies à Sri Lanka.

La Vice-Secrétaire générale s’est également exprimée ce matin par visioconférence au Forum des parlementaires du Commonwealth.  Mme Mohammed a remarqué qu’on a pu voir, au niveau mondial, des signes positifs depuis l’adoption des objectifs de développement durable par les chefs d’État et de gouvernement en 2015.  Elle a également souligné le rôle clef que devaient jouer les parlementaires au niveau national dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable.

Yémen

Le Conseil de sécurité, qui vient de commencer des consultations à huis clos, a tenu un peu plus tôt aujourd’hui une séance publique pour entendre un exposé de M. Ismail Ould Cheikh Ahmed qui parlait pour la dernière fois devant le Conseil de sécurité en tant qu’Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Yémen.  Celui-ci a déclaré que les parties avaient continué de pratiquer des « politiques à somme nulle », en ignorant les souffrances subies par le peuple yéménite à cause du conflit. 

Il a renouvelé l’appel qu’il avait lancé à tous ceux qui cherchent à résoudre leurs différends de manière pacifique et constructive par le dialogue, en avertissant que toutes les attaques contre des zones civiles violent le droit international humanitaire et des droits de l’homme.

M. Ould Cheikh Ahmed a décrit le travail qu’il mène avec les parties pour élaborer une feuille de route en vue de mettre fin au conflit.  Il a expliqué qu’il aurait voulu annoncer que les parties avaient convenu d’une proposition de paix, mais que malheureusement, l’une des parties avait reculé au dernier moment.  Il souhaite à son successeur, M. Martin Griffiths, tout le succès possible dans ses efforts.  Seuls les décideurs yéménites sont capables d’arrêter la guerre et l’effusion de sang, a-t-il dit.

M. John Ging, Directeur des opérations et du plaidoyer pour le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), a déclaré qu’après trois années de conflit, les conditions au Yémen étaient catastrophiques.  Dans son exposé devant les membres du Conseil, il a déclaré qu’un nombre record de 22,2 millions de personnes avaient besoin d’aide humanitaire ou de protection - y compris 8,4 millions de personnes qui souffrent d’insécurité alimentaire grave.  Environ 400 000 enfants de moins de 5 ans souffrent également de malnutrition sévère et ils sont 10 fois plus susceptibles de mourir sans traitement que leurs pairs en bonne santé.

M. Ould Cheikh Ahmed nous a dit qu’il s’adresserait à la presse à l’issue des consultations à huis clos.

Syrie

Après les opérations militaires menées dimanche dans la Ghouta orientale, en Syrie, qui ont coûté la vie à 30 personnes, les informations données par nos partenaires humanitaires et d’autres sources dignes de foi indiquent que les combats se poursuivent ce matin et qu’il y a des bombardements dans les deux sens entre la Ghouta orientale et Damas.

L’ONU est prête à faire passer des convois acheminant les secours dans la Ghouta orientale et à évacuer des centaines de victimes, dès que les conditions de sécurité le permettront.  Dans la situation actuelle, ce n’est tout simplement pas possible.

Libye

Les organisations humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires en Libye expriment leur profonde préoccupation quant à la situation des hommes, femmes et enfants de Tawergha, qui sont dans l’impossibilité de rentrer chez eux et qui vivent actuellement sous tente, dans des abris de fortune, dans des conditions véritablement précaires, à Qararat al-Qataf et Hwara.

Mme Maria Ribeiro, la Coordonnatrice humanitaire pour la Libye, a déclaré que des centaines de personnes désireuses d’exercer leur droit légitime au retour avaient été bloquées pendant plus de trois semaines dans des zones ouvertes, dans des conditions climatiques difficiles et sans accès aux services de base.  Elle a ajouté que leur retour volontaire, sûr et digne ne devrait pas être davantage retardé et que les habitants de Tawergha ne devraient pas être pris en otage à cause des crises politiques dans le pays.

Les agences de l’ONU et leurs partenaires, libyens et internationaux, ont fourni une aide vitale, notamment des tentes, des articles d’hygiène, des vêtements d’hiver, de la nourriture et de l’eau.

Maintien de la paix

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, M. Jean-Pierre Lacroix, a conclu aujourd’hui l’étape libanaise de sa vaste tournée au Moyen-Orient au cours de laquelle il visite les missions de maintien de la paix de l’ONU.  Lors de cette étape, il s’est rendu à la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

Durant les trois jours qu’il a passés au Liban, M. Lacroix a rencontré le Président du Liban, M. Michel Aoun; le Président du Parlement libanais, M. Nabih Berri; le général Joseph Aoun, commandant des forces armées du Liban; et le Directeur général de la Sécurité générale, le général de division Abbas Ibrahim.  Il a constaté de visu le travail qu’accomplit la FINUL aux côtés des Forces armées libanaises pour maintenir le calme et la stabilité dans la zone d’opérations de la mission des Nations Unies.

Avant de partir, M. Lacroix a salué le soutien constant et la considération du Gouvernement libanais concernant la mise en œuvre du mandat de la FINUL.  Un communiqué de presse contient plus de détails.

Le prochain arrêt de cette tournée est Chypre, où le Secrétaire général adjoint se rendra demain pour une visite de deux jours sur l’île.  M. Lacroix rencontrera des représentants du Gouvernement, des autorités locales et des représentants de la communauté.  Au cours de ce déplacement, il rencontrera également des Casques bleus de l’ONU, des membres de la communauté diplomatique et les membres du Comité des personnes disparues.  Il prendra la parole lors d’un événement organisé à l’occasion de la Journée internationale de la femme.

Tableau d’honneur

Hier, le tableau d’honneur comptait 62 États Membres s’étant acquittés de l’intégralité de leur contribution budgétaire pour cette année, ce qui était vrai à ce moment-là..  Depuis, un État Membre a décidé de verser sa contribution sur un autre compte, ce qui fait que le tableau d’honneur compte à ce jour 61 États Membres.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.