Imprimer
DBF180213
13 février 2018

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 13 février 2018

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Koweït

Le Secrétaire général est arrivé au Koweït en fin de matinée où il doit prononcer un discours, demain matin, lors de la session inaugurale de la Conférence internationale du Koweït pour la reconstruction de l’Iraq.  Il a déjà participé, depuis son arrivée au Koweït, à plusieurs réunions bilatérales, notamment avec la Haut-représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Mme Federica Mogherini, ainsi qu’avec le Secrétaire d’État des États-Unis, M. Rex Tillerson.

Suède

La Vice-Secrétaire générale, Mme Amina J. Mohammed, quittera New York aujourd’hui pour se rendre à Stockholm, en Suède, pour participer à l’inauguration du « premier Programme à l’horizon 2030 pour les enfants: Le Sommet des solutions pour mettre un terme à la violence », une conférence de haut niveau organisée par le Gouvernement suédois.

Demain et jeudi, Mme Mohammed prendra part à une réunion informelle de haut niveau sur l’entente en matière de financement qui s’inscrit dans le cadre des consultations sur l’examen du système de développement de l’ONU.  Au cours de son déplacement, la Vice-Secrétaire générale participera également à des réunions bilatérales avec de hauts représentants des Gouvernements suédois et d’autres États.

Elle sera de retour à New York jeudi.

Myanmar

Ce matin, devant le Conseil de sécurité, le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, M. Miroslav Jenča, a présenté un exposé sur la situation au Myanmar.

Il a indiqué que bien que les actes de violence à large échelle aient diminué, des préoccupations persistent au sujet des menaces et des intimidations à l’encontre de la population de Rohingya restants.  En outre, l’accès humanitaire vers les régions affectées de l’État Rakhine continue d’être gravement entravé.

M. Jenča a aussi réitéré l’importance d’assurer le retour volontaire, sûr, digne et durable des réfugiés et des personnes déplacées vers leur lieu d’origine ou de leur choix.

Il a souligné que répondre aux causes premières est fondamental pour trouver une solution durable et authentique à la crise.  Nous n’avons eu de cesse d’indiquer que le problème est l’apatridie.  Il faut y répondre, a-t-il affirmé.

M. Jenča a aussi exprimé des préoccupations au sujet des combats dans l’État Kachin et le nord de l’État Shan qui ont pris de l’ampleur ces derniers mois, faisant planer une ombre sur les négociations de paix et suscitant de nombreuses préoccupations sur le plan humanitaire et des droits de l’homme.

Enfin, il a réitéré l’appel du Secrétaire général pour la libération des deux journalistes de Reuters au Myanmar et a exhorté les autorités à respecter le droit à la liberté d’expression et d’information.

Le Haut-Commissaire pour les réfugiés, M. Filippo Grandi, est également intervenu au cours de cette réunion.  Il a noté que 688 000 réfugiés du Myanmar s’étaient rendus au Bangladesh ces six derniers mois. 

Question du nom

Aujourd’hui, l’Envoyé personnel du Secrétaire général pour les pourparlers entre la Grèce et l’ex-République yougoslave de Macédoine, M. Matthew Nimetz, s’est réuni avec le Ministre des affaires étrangères de la Grèce, M. Nikos Kotzias, et le Ministre des affaires étrangères de l’ex-République yougoslave de Macédoine, M. Nikola Dimitrov.  Les trois hommes se sont rencontrés à l’Office des Nations Unies à Vienne.

À l’issue d’une réunion constructive qui s’inscrit dans le cadre des efforts pour trouver une solution mutuellement acceptable à la « question du nom », les Ministres des affaires étrangères se sont accordés pour poursuivre leurs efforts sous les auspices de l’ONU.

Yémen

Dans une déclaration publiée hier soir, le Coordonnateur des secours d'urgence, M. Mark Lowcock, a indiqué que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis se sont accordés, avec les Nations Unies, sur les modalités pour assurer le transfert, d’ici à la fin du mois de mars, de 930 millions de dollars pour appuyer le Plan d’aide humanitaire pour le Yémen.

Les deux pays ont clairement stipulé que ces fonds doivent être utilisés sur la seule base des besoins humanitaires, sans prendre en compte d’autres considérations.  Une somme supplémentaire de 70 millions de dollars sera fournie bilatéralement par les deux pays pour appuyer la réhabilitation des ports et des infrastructures au Yémen.

M. Lowcock a remercié l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis et a formulé l’espoir que cette générosité encouragera d’autres donateurs à contribuer au Plan d’aide humanitaire pour le Yémen, notamment en prévision de la conférence internationale des annonces de contributions pour le Yémen qui doit se tenir à Genève, le 3 avril.  Il a renouvelé l’appel de l’ONU exhortant les parties à mettre un terme aux hostilités et à s’engager sérieusement auprès de l’ONU pour obtenir un accord politique durable.

RDC

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué, aujourd’hui, être profondément attristé par des informations indiquant que quatre réfugiés congolais seraient morts noyés alors qu’ils cherchaient à rejoindre l’Ouganda, après que leur navire ait chaviré sur le lac Albert.

La semaine dernière, environ 22 000 Congolais ont traversé le lac Albert pour rejoindre l’Ouganda, amenant à 34 000 le nombre total de nouveaux arrivés depuis le RDC, et ce, depuis le début de l’année.

Maldives

Les Nations Unies continuent d’être gravement préoccupées par l’évolution de la situation aux Maldives.  Des informations supplémentaires circulent sur les événements récents, notamment au sujet de l’assignation à domicile dont serait l’objet Mme Safaath Ahamd, une animatrice de mouvements de jeunesse pour les objectifs de développement durable.

Les Nations Unies réitèrent leur appel en faveur de la levée de l’état d’urgence et de la tenue d’un dialogue pour résoudre la crise actuelle.

Maintien de la paix

Le projet de partenariat triangulaire pour le renforcement des capacités de maintien de la paix, établi par le Département de l’appui aux missions en 2015, doit s’étendre.  Ce projet rassemble des pays contributeurs de troupes désireux d’obtenir une formation avec des États Membres pouvant contribuer à les dispenser et dans le but de renforcer le maintien de la paix de l’ONU grâce à la formation professionnelle et aux équipements.

Cet élargissement se fait grâce à la récente décision du Gouvernement du Japon de contribuer pour 40,9 millions de dollars supplémentaires au Département de l’appui aux missions pour lui permettre de mener des ateliers de formation en génie en Asie et dans les régions avoisinantes, ainsi que des formations médicales en Afrique.  Des visites de reconnaissance en prévision de cet élargissement débuteront cette semaine pour identifier des lieux appropriés où tenir les ateliers.

Après avoir participé à leur formation, les ingénieurs militaires et le personnel médical devraient être déployés au sein des missions de maintien de la paix pour combler des écarts critiques en matière de capacités de génie et de médecine.

Le projet de partenariat triangulaire pour le renforcement des capacités de maintien de la paix bénéficie d’un appui financier du Japon et est également appuyé par la Suisse, le Brésil et le Kenya.

Santé

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a présenté, aujourd’hui, son schéma directeur de l’examen annuel de la liste des maladies prioritaires.

Ce schéma directeur est une stratégie mondiale et un plan de préparation qui permet d’activer rapidement les activités de recherche et de développement au cours d’une épidémie.

Les experts estiment que vu leur potentiel de provoquer une situation d’urgence sanitaire publique et l’absence de médicaments efficaces et/ou de vaccins, il est urgent d’accélérer la recherche et le développement pour les maladies suivantes: la fièvre hémorragique de Crimée-Congo; le virus Ebola et le virus de Marburg, la fièvre de Lassa, le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) et le syndrome respiratoire aigu sévère (SARS); les maladies liées au virus de Nipah et au henipavirus; la fièvre de la vallée du Rift (RVF), Zika, et la maladie X.

La maladie X représente la conscience du fait qu’une grave épidémie internationale pourrait être provoquée par un pathogène dont le rôle dans une maladie humaine est pour le moment inconnu.

Journée mondiale de la radio

La Journée mondiale de la radio est célébrée aujourd’hui, avec pour thème cette année « La radio et le sport », l’objectif étant de souligner les valeurs de l’esprit sportif, du travail d’équipe et de l’égalité dans les sports ainsi que le pouvoir de la radio pour combattre le racisme et les stéréotypes xénophobes sur le terrain.

Dans un message préparé à cette occasion, le Secrétaire général a indiqué qu’à l’heure où les moyens de communication progressent à une vitesse phénoménale, la radio a toujours d’immenses potentialités.  Elle nous divertit, nous éduque, nous informe et nous inspire.

Il a ajouté que la radio rassemble les communautés, les renforce, et permet aux personnes marginalisées de faire entendre leur voix. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.