Imprimer
CS/13215
20 février 2018
8184e séance – après-midi

Conseil de sécurité: « affranchi de l’emprise de Daech », l’Iraq s’attaque à la préparation des élections législatives du 12 mai

Le Représentant spécial pour l’Iraq a indiqué, cet après-midi, au Conseil de sécurité, que les Forces de sécurité iraquiennes étant en train de nettoyer les dernières poches de Daech, le pays se concentre de plus en plus sur les élections législatives du 12 mai prochain.  Le représentant de l’Iraq s’est félicité de ce que son pays se soit désormais « affranchi de l’emprise de Daech » et qu’il se tienne à l’orée d’une nouvelle phase de son existence.  Des membres du Conseil de sécurité ont salué les perspectives de reconstruction, après la Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq qui s’est tenue au Koweït, du 12 au 14 février dernier.

Le Représentant spécial, M. Ján Kubiš, qui est aussi Chef de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI), présentait deux rapports du Secrétaire général relatifs à la situation entre l’Iraq et le Koweït, et à la situation concernant l’Iraq*.  Il a jugé essentiel que les élections législatives du 12 mai confirment la vision d’Iraquiens travaillant à l’unisson par-delà les cloisons sectaires et ethniques pour lancer les réformes politiques, économiques et sociales si nécessaires, sur la base des principes d’égalité des droits, de justice, d’opportunités pour tous, de bonne gouvernance, et sans quota et corruption. 

Seul un nouveau gouvernement basé sur une telle approche garantira l’avenir d’un Iraq uni, démocratique, pleinement souverain, indépendant et facteur de stabilité, de coopération et de prospérité pour son peuple et sa région, a-t-il prédit, ajoutant que le retour volontaire et digne des déplacés est une question critique pour le succès et la crédibilité des élections.  Dans les mois à venir, le Gouvernement iraquien s’attend à ce que 2 des 2,5 millions de déplacés retournent chez eux et même si Daech a été battu, l’organisation terroriste et ses cellules dormantes, y compris parmi les déplacés, sont toujours une menace, a averti le Représentant spécial.

Pour relever le défi d’une paix durable, a déclaré le représentant de l’Iraq, le pays est engagé dans une stratégie de dialogue entre les religions qui se fonde sur la concorde civile entre tous les citoyens iraquiens.  Au nombre des priorités, il a cité les questions relatives à la gouvernance, au renforcement de la croissance économique, à l’investissement dans le capital humain et dans la lutte contre le chômage des jeunes, au retour des réfugiés et à l’assistance aux victimes de Daech et du terrorisme.  Il en a profité pour remercier les donateurs qui ont promis 30 milliards de dollars à la Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq. 

Le Chef de la diplomatie koweïtienne est aussi revenu sur la Conférence que son pays a organisée « par solidarité avec son voisin », promettant 1 milliard de dollars d’investissements et 1 milliard sous forme de prêts.  Le représentant de l’Iraq a aussi assuré que son pays est prêt à redoubler d’efforts pour progresser sur la question des nationaux du Koweït et d’États tiers portés disparus.  La communauté internationale doit réfléchir aux voies et moyens de soutenir la recherche des Koweïtiens disparus, a renchéri le Représentant spécial qui a suggéré la fourniture de matériel médico-légal, une formation en anthropologie et le renforcement des capacités des équipes techniques koweïtiennes et iraquiennes.  Les États qui possèdent des images satellites de la période 1990-1991 sont particulièrement encouragés à fournir leurs analyses et informations au Gouvernement iraquien, a-t-il ajouté. 

* S/2018/40 et S/2018/42

LA SITUATION CONCERNANT L’IRAQ

Dix-septième rapport établi par le Secrétaire général en application du paragraphe 4 de la résolution 2107 (2013) du Conseil de sécurité (S/2018/40)

Rapport établi par le Secrétaire général en application de la résolution 2367 (2017) (S/2018/42)

Déclarations

M. JÁN KUBIŠ, Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Iraq et Chef de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI), a rappelé que cette réunion a lieu quelques jours à peine après la Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq à laquelle ont pris part 70 États Membres et organisations internationales et 2 000 entreprises privées qui ont fait des annonces de contributions de près de 30 milliards de dollars.  Alors que les Forces de sécurité iraquiennes sont en train de nettoyer les dernières poches de Daech, le pays se concentre de plus en plus sur les élections législatives du 12 mai prochain.  Le Représentant spécial a jugé essentiel que ces élections confirment la vision d’Iraquiens travaillant à l’unisson par-delà les cloisons sectaires et ethniques pour lancer des réformes politiques, économiques et sociales si nécessaires, sur la base des principes d’égalité des droits, de justice, d’opportunités pour tous, de bonne gouvernance, et sans système compromis de quotas et corruption.  Seul un nouveau gouvernement basé sur une telle approche garantira l’avenir d’un Iraq uni, démocratique, pleinement souverain, indépendant et facteur de stabilité, de coopération et de prospérité pour son peuple et sa région. 

Le Représentant spécial a noté que la Haute Commission électorale indépendante s’emploie à la préparation des scrutins auxquels prendront part les 205 partis politiques enregistrés à ce jour, 27 coalitions politiques ayant indiqué vouloir se lancer dans la course.  Des défis demeurent tout de même, dont le retour volontaire et digne des déplacés qui est une question critique pour le succès et la crédibilité des élections.  Dans les mois à venir, le Gouvernement d’Iraq s’attend à ce que 2 des 2,5 millions de déplacés retournent chez eux.  Même si Daech a été battu, l’organisation terroriste et ses cellules dormantes, y compris parmi les déplacés, sont toujours une menace, a averti le Représentant spécial.

En outre, le nouveau système électronique de décompte des voix n’est toujours pas au point et exige un soutien renforcé, dont celui des Nations Unies et d’autres partenaires.  L’observation des élections, par des observateurs nationaux et internationaux, sera aussi un élément essentiel pour assurer la crédibilité et l’acceptation des résultats.  En effet, des élections crédibles et acceptables avec un fort taux de participation, y compris dans les zones libérées et dans la région du Kurdistan iraquien, et avec des mesures spécifiques pour faciliter la participation des femmes, va donner la légitimité au nouveau gouvernement pour mettre en place des réformes, améliorer la redevabilité et promouvoir l’ouverture et la réconciliation entre différents composantes et groupes du pays.  Le Représentant spécial s’est dit encouragé par l’évolution positive dans les relations entre Bagdad et Erbil.  Il s’est félicité de ce que le Premier Ministre iraquien, M. Haider Al-Abadi, ait confirmé que les gouvernements fédéral et régional sont dans les dernières phases de négociation sur des domaines concrets tels que le paiement des salaires et la réouverture des aéroports d’Erbil et de Souleïmaniyé. 

M. Kubiš a salué les deux gouvernements pour leurs efforts concertés et leur bonne coordination pour la mise en œuvre du Plan national d’action sur les femmes, la paix et la sécurité.  Maintenant que les élections approchent, il a invité les hauts responsables politiques à élargir l’espace politique des femmes et à en nommer à des postes de direction dans les partis politiques, et aussi à assurer leur participation significative à tous les processus électoraux, y compris aux négociations sur la formation du gouvernement après le scrutin. 

Sur la question des nationaux du Koweït et d’États tiers portés disparus ainsi que des biens koweïtiens disparus, notamment les archives nationales, le Représentant spécial a souligné que le Gouvernement iraquien, notamment le Ministère de la défense, fait des efforts pour relancer la recherche des disparus, regrettant que les 13 dernières années n’aient pas permis de faire des avancées tangibles.  Au cours de la dernière session du Mécanisme tripartite, le 6 février dernier au Koweït, le projet du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) visant à hiérarchiser le travail du Mécanisme, à réorienter ses activités et à le guider a été salué.  Il a invité la communauté internationale à réfléchir aux voies et moyens de soutenir la recherche des Koweitiens disparus, en fournissant du matériel médico-légal, en dispensant une formation en anthropologie et en renforçant les capacités des équipes techniques koweïtiennes et iraquiennes.  Les États Membres qui possèdent des images satellites de la période 1990-1991 sont particulièrement encouragés à fournir leurs analyses et informations au Gouvernement iraquien.  M. Kubiš a enfin invité l’Iraq et le Koweït à trouver un accord rapide sur le rapatriement des documents académiques koweïtiens entreposés depuis un an en Iraq. 

M. SABAH KHALID AL HAMAD AL SABAH, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères du Koweït, s’est félicité des victoires remportées par les forces gouvernementales iraquiennes contre Daech, espérant que Bagdad sera en mesure de juger cette organisation terroriste pour les crimes dont elle s’est rendue coupable.  Le Chef de la diplomatie koweitienne est revenu sur la Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq, que son pays a accueillie du 12 au 14 février, par solidarité avec son voisin.  Lors de cet évènement, des annonces de contributions d’un montant de plus de 30 milliards de dollars ont été faites par les États Membres, le secteur privé et la société civile, pour financer les investissements nécessaires à la reconstruction iraquienne, a précisé le Vice-Premier Ministre.  Pour sa part, le Koweït a promis 1 milliard de dollars d’investissements et 1 milliard supplémentaire de prêts, s’est-il enorgueilli, en rappelant qu’il y a deux ans, plus de 200 millions de dollars avaient déjà été débloqués par son pays pour répondre aux besoins humanitaires des Iraquiens, à la suite des actions de Daech.  M. Al Sabah a émis l’espoir que se poursuive la mobilisation en faveur de l’Iraq, assurant que le Koweït continuera sa coopération dans le cadre du Mécanisme tripartite sur le dossier des nationaux du Koweït et d’États tiers portés disparus, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

M. PEDRO LUIS INCHAUSTE JORDÁN (Bolivie) s’est félicité de l’amélioration de la situation globale en Iraq, saluant les sacrifices du peuple iraquien contre le terrorisme; des sacrifices faits en notre nom à tous, a-t-il précisé.  Il a appelé à la fin des discours sectaires et à l’unité.  Il a dit attendre l’entrée en fonctions de l’équipe d’enquêteurs devant établir les responsabilités des membres de Daech dans les exactions commises ces dernières années.  Après avoir salué le succès de la dernière Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq que le Koweït a organisée, le représentant a rappelé que des attaques asymétriques ont toujours lieu en Iraq.  Il a fait observer que des femmes et des enfants yézidis sont toujours aux mains de Daech.  Il a appelé à des élections pacifiques et transparentes, plaidant pour le retour des déplacés afin qu’ils puissent participer aux élections.  Mais pour assurer leur retour, il faut éliminer les risques des engins non explosés, a-t-il prévenu.  S’agissant de la question des nationaux du Koweït et d’États tiers portés disparus en Iraq, le délégué a invité la communauté internationale à soutenir l’Iraq dans la recherche des fosses communes, l’identification des victimes et la restitution des dépouilles aux familles.

M. ANATOLIO NDONG MBA (Guinée équatoriale) a félicité le Gouvernement iraquien et la coalition des forces de la communauté internationale pour avoir obtenu la défaite de Daech et la libération totale du territoire iraquien, saluant l’unité du peuple iraquien qui a contribué en grande partie à cette victoire.  Le représentant s’est réjoui de la Conférence des donateurs sur l’Iraq qui a eu lieu il y a quelques jours au Koweït, avant de lancer un appel à la communauté internationale pour qu’elle fasse preuve de solidarité avec le Gouvernement iraquien et l’aide à reconstruire le pays.  M. Ndong Mba a aussi salué l’initiative lancée par le Secrétaire général pendant la Conférence des donateurs qui prévoit de mettre sur pied un programme des Nations Unies pour le redressement et la résilience en Iraq.  Vu les tensions persistantes entre le Gouvernement de l’Iraq et le Gouvernement régional du Kurdistan, il a appelé le Gouvernement et le peuple iraquiens à surmonter leurs différends et à rester vigilants pour que la victoire sur Daech soit irréversible.  Pour la Guinée équatoriale, les plus grands défis à affronter sont les élections législatives du 12 mai prochain, la situation humanitaire et les droits de l’homme.

M. MUKHTAR TLEUBERDI, Premier Vice-Ministre des affaires étrangères du Kazakhstan, a salué la tenue, du 12 au 14 février, au Koweït, de la Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq.  Il a ensuite appuyé la décision prise par le Gouvernement iraquien de tenir des élections nationales et provinciales le 12 mai 2018, faisant observer que la réduction de la violence dans les territoires libérés sera très significative d’un point de vue politique.  Il a aussi salué l’accord intra-iraquien permettant de prolonger le régime de cessez-le-feu jusqu’à ce que les parties s’accordent sur la gestion conjointe des territoires disputés, y compris aux points frontaliers.  Il a appelé le Gouvernement et les autorités locales du nord du pays à mener un dialogue constructif et à rejeter toute action militaire, citant notamment la réunion du 20 janvier 2018 entre le Premier Ministre iraquien, M. Haider al-Abadi, et le Chef du Gouvernement régional du Kurdistan iraquien, M. Nechirwan Barzani. 

Le représentant s’est aussi félicité de l’augmentation du nombre de civils iraquiens qui retournent dans les zones nouvellement accessibles depuis la fin de l’opération militaire menée contre Daech.  Il a ensuite appelé au renforcement des mécanismes de lutte contre le terrorisme en Iraq, ainsi qu’à des mesures de sécurité le long des frontières.  Il s’est dit favorable au transfert de l’ensemble des arsenaux militaires des tribus et des groupes armés, sous la houlette d’un comité dirigé par le Premier Ministre iraquien.

M. GUSTAVO MEZA-CUADRA (Pérou) a jugé important de rester en alerte face à d’éventuels regroupements et nouvelles attaques terroristes, regrettant qu’il y ait eu plus de 60 morts au cours des mois de novembre et de décembre 2017.  Il a plaidé pour la promotion de l’état de droit et pour que justice soit rendue pour les crimes atroces commis par Daesh, conformément à la résolution 2379 adoptée par le Conseil de sécurité en septembre dernier.  Le représentant a appuyé les efforts déployés par les Nations Unies pour faciliter le dialogue entre Bagdad et Erbil.  Cette nouvelle étape, a-t-il dit, doit consolider la relation fluide et complémentaire entre le Gouvernement fédéral et le Gouvernement régional du Kurdistan iraquien. 

Le représentant a ajouté qu’il fallait avancer sur la voie de la consolidation de la paix dans toutes ses dimensions, y compris avec la reconstruction du pays et le renforcement de ses institutions, en particulier les capacités de défense, de sécurité et de protection des droits de l’homme.  Comme autre cheval de bataille, il a mentionné la lutte contre la corruption et la promotion de la tolérance et de la réconciliation, en ajoutant le développement socioéconomique qui doit offrir leur chance aux jeunes.  Il a salué à cet égard des initiatives prises, comme le Programme de redressement et de résilience des Nations Unies à l’appui au Plan de développement national, lancé par le Secrétaire général.  Enfin, il a dit attendre avec intérêt les élections nationales prévues le 12 mai, appelant à la transparence dans le processus et la technologie utilisée.  Il a aussi appuyé les recommandations faites pour une utilisation plus efficace des ressources de la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI).

M. THÉODORE DAH (Cote d’Ivoire) s’est réjoui des importantes annonces de contributions lors de la Conférence internationale sur la reconstruction de l’Iraq.  Le moment est venu pour le Gouvernement iraquien, avec l’aide de la communauté internationale, d’œuvrer à l’instauration d’une paix durable, grâce à des institutions démocratiques crédibles et à un processus inclusif de réconciliation nationale, a-t-il dit.  Il a souhaité le retour, de leur plein gré, dans la sécurité et la dignité, des personnes déplacées.  Les parties prenantes doivent, dans un climat apaisé, créer les conditions idoines pour la tenue d’élections législatives démocratiques et inclusives le 12 mai 2018, a-t-il ajouté.  Préoccupé par les attaques sporadiques perpétrées par Daech, le délégué a exhorté la communauté internationale à soutenir le Gouvernement iraquien pour mettre un terme à ce terrorisme résiduel.  Il a souhaité que le projet de loi portant création d’un tribunal spécial chargé de juger les crimes internationaux commis en Iraq recueille toute l’attention nécessaire de la part des autorités. 

M. MOHAMMED HUSSEIN BAHR ALULOOM (Iraq) a affirmé que les Forces de sécurité iraquiennes avaient pu « asseoir » leur « prédominance » sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones frontalières de la Syrie.  « Affranchi de l’emprise de Daech », l’Iraq se tient à l’orée d’une nouvelle phase de son existence, s’est-il enorgueilli, en faisant état d’une « victoire historique » contre les « factions criminelles ».  Il faut maintenant relever le défi d’une paix durable, a reconnu le représentant, qui a assuré que son pays est engagé dans une stratégie de dialogue entre les religions qui se fonde sur la concorde civile entre tous les citoyens iraquiens.  Grâce à des négociations avec le Secrétariat de l’ONU, il a été possible de redéfinir un mandat acceptable pour l’équipe d’enquêteurs chargée de collecter les preuves des crimes commis par Daech, un mandat qui garantit le respect de la souveraineté nationale iraquienne.

Par ailleurs, les autorités compétentes ont, avec les partenaires internationaux, établi des plans pour avancer vers la reconstruction de l’Iraq et réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030, notamment en élaborant un plan de développement pour la période 2018-2022, qui met l’accent sur la création d’emplois.  Le représentant a déclaré que l’Iraq attend de la MANUI qu’elle joue un rôle décisif dans la coordination des agences onusiennes, à l’appui de son redressement.  Au nombre des priorités sur lesquelles il faudra se focaliser, figurent les questions relatives à la gouvernance, au renforcement de la croissance économique, à l’investissement dans le capital humain et dans la lutte contre le chômage des jeunes, au retour des réfugiés et à l’assistance aux victimes de Daech et du terrorisme.

Le Gouvernement iraquien a pu mettre en œuvre ses programmes pour le retour des réfugiés expulsés par Daech, a fait valoir le représentant.  Il a ensuite remercié le Koweït de ses efforts aux côtés de la Banque mondiale, de l’Union européenne et de l’ONU pour avoir organisé la Conférence internationale sur la reconstruction.  Enfin, il a déclaré que l’Iraq est prêt à redoubler d’efforts pour progresser sur la question des nationaux du Koweït et d’États tiers portés disparus, et que tout était mis en œuvre par le Ministère iraquien de la défense et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) pour enquêter sur un certain nombre d’éventuels sites d’inhumation, y compris ceux de Jahra, de Sabahiya et de la base navale au Koweït, et ceux de Radouaniya, Souleimaniya et Salman Pak en Iraq.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.