Imprimer
SC/13075
17 novembre 2017

Les Comités du Conseil de sécurité concernant le Soudan, la Libye et le Soudan du Sud se réunissent pour s’entretenir des activités des groupes armés darfouriens en Libye et au Soudan du Sud

Le 10 novembre 2017, le Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1591 (2005) concernant le Soudan a tenu ses toutes premières consultations conjointes avec le Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 1970 (2011) concernant la Libye et le Comité du Conseil de sécurité créé par la résolution 2206 (2015) concernant le Soudan du Sud.

À l’issue de la visite du Président du Comité des sanctions concernant le Soudan en mai 2017, et à l’initiative de celui-ci, les trois comités se sont réunis pour examiner la question de la présence de groupes armés darfouriens en Libye et au Soudan du Sud en vue de trouver une solution commune à ce phénomène.  Les groupes d’experts sur le Soudan, la Libye et le Soudan du Sud ont également participé aux discussions et présenté un exposé aux trois comités.

      Les trois groupes d’experts ont signalé que des groupes armés darfouriens avaient traversé les frontières soudanaises pour pénétrer en Libye et au Soudan du Sud, où ils se livraient au trafic d’armes, au mercenariat et à d’autres activités illicites.  Ils ont également indiqué que les activités des groupes armés étaient étroitement liées aux difficultés rencontrées par ces États.

      Les participants ont noté combien les groupes armés darfouriens et leurs déplacements transfrontaliers illicites contribuaient à la prolifération des armes et à l’instabilité dans la région.  Ils ont souligné qu’il était nécessaire de continuer à faire avancer les processus de paix et de contribuer à la consolidation des institutions dans les trois États.  Ils ont également examiné la manière dont les régimes de sanctions pouvaient aider à résoudre les difficultés rencontrées par les trois États et la région, en notant que les menaces transfrontalières posées par les groupes armés darfouriens faisaient ressortir l’importance de la collaboration entre les comités, les groupes d’experts et les missions de l’ONU sur le terrain.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.