Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 22 décembre 2017

Dbf171222
22 décembre 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 22 décembre 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

UNICEF

Le Secrétaire général des Nations Unies, M. António Guterres, après des consultations avec le Conseil d’administration du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), a annoncé aujourd’hui la nomination de Mme Henrietta H. Fore, des États-Unis, comme Directrice exécutive de l’UNICEF.

Elle succédera à M. Anthony Lake, à qui le Secrétaire général est reconnaissant pour son engagement et son dévouement au service de l’Organisation.  M. Lake a mis l’accent sur l’équité dans tous les programmes et services de l’UNICEF en faveur des enfants.  En obtenant des résultats pour chaque enfant, son leadership a renforcé la réputation et la crédibilité de l’UNICEF comme organisation ainsi qu’en tant que partenaire expert et apprécié des gouvernements, des organisations de la société civile et du secteur privé du monde entier, travaillant ensemble pour obtenir des résultats pour les enfants.

Au cours d’une carrière étalée sur plus de 40 ans, Mme Fore a œuvré à la défense du développement économique, de l’éducation et la santé, ainsi que de l’aide humanitaire et des secours en cas de catastrophe pour les personnes les plus vulnérables dans le monde international et en développement en tant que leader dans la fonction publique, le secteur privé et les organismes à but non lucratif.

Elle a été la première femme à être nommée Administratrice de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et Directrice de l’Aide extérieure des États-Unis au Département d’État.  Elle a occupé ces postes de 2006 à 2009.  De 1989 à 1993, elle a été Administratrice assistante pour l’Asie et Administratrice assistante pour le secteur privé à l’USAID. 

Tribunal spécial pour le Liban

Le Secrétaire général, M. António Guterres, a prorogé le mandat du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) pour une période de trois ans à compter du 1er mars 2018 ou jusqu’à l’achèvement des affaires dont il est saisi, si celui-ci intervient auparavant.  Cette prorogation est conforme à la résolution 1797 (2005) du Conseil de sécurité.

Le Tribunal spécial, basé près de La Haye, aux Pays-Bas, a pour mandat de juger les personnes accusées d’avoir perpétré l’attentat du 15 février 2005 à Beyrouth, qui a tué 22 personnes, dont M. Rafiq Hariri, ancien Premier Ministre du Liban, et fait de nombreux blessés.  Le procès par contumace de quatre personnes accusées de meurtre a débuté en janvier 2014 et est actuellement en cours.

Le TSL est également compétent pour juger les auteurs des attaques perpétrées au Liban entre le 1er octobre 2004 et le 12 décembre 2005, si elles sont liées à l’attentat du 14 février 2005 et sont de même nature et de même gravité.

Le Secrétaire général réaffirme l’engagement des Nations Unies à soutenir le travail du Tribunal spécial dans la lutte contre l’impunité pour ces crimes majeurs, afin de traduire les responsables en justice.  L’ONU espère que le mandat du Tribunal spécial prendra fin en temps voulu.  Les Nations Unies comptent aussi sur la poursuite de l’appui et de la coopération du Gouvernement libanais.

Pays-Bas

Le Secrétaire général a conclu aujourd’hui sa visite officielle de deux jours à La Haye, aux Pays-Bas.  Ce matin, il a officiellement ouvert le Centre pour les données humanitaires.  Géré par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), ce Centre bénéficie du soutien du  Gouvernement des Pays-Bas et fait partie du « Humanity Hub » de La Haye.  Il vise à accroître considérablement l’utilisation et l’impact des données dans les crises humanitaires.

Le Secrétaire général a indiqué que le défi consistait à connecter l’innovation et à l’exploiter pour aider les millions de personnes vulnérables.  Ce Centre, a-t-il dit, aidera ces personnes à obtenir plus rapidement et plus efficacement le soutien dont elles ont besoin en exploitant la puissance des données.

Le Secrétaire général a également prononcé une allocution lors d’un séminaire intitulé « Sécurité au centre: les Nations Unies et les menaces actuelles à la paix et à la sécurité internationales » et organisé au Palais de la Paix à La Haye.  À cette occasion, M. Guterres a souligné que l’ampleur et la complexité des défis mondiaux sont trop immenses pour qu’un pays ou une organisation puisse s’y attaquer seul.  Nous devons, a-t-il déclaré, faire davantage pour concevoir des stratégies communes et tirer parti de nos avantages comparatifs.  Il a ajouté qu’ensemble, nous devons diffuser un message commun de tolérance et présenter une vision alternative aux programmes xénophobes qui alimentent les conflits et l’animosité dans la région et dans le monde.

Au cours de sa visite au Palais de la Paix, le Secrétaire général a également rencontré le Président et les membres de la Cour internationale de Justice (CIJ).

Avant de quitter La Haye, M. Guterres a visité le centre communautaire d’Oumnia, qui travaille avec des familles pour prévenir la radicalisation et l’extrémisme violent des jeunes.

République démocratique du Congo

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) a confirmé, aujourd’hui, la mort d’un quinzième soldat de la paix tanzanien, décédé à Kampala des suites de blessures subies lors de l’attaque du 7 décembre contre une base de la MONUSCO à Semuliki, dans l’est de la RDC.

L’ONU adresse, bien sûr, ses condoléances à sa famille et au peuple et au Gouvernement de la Tanzanie, ainsi qu’au personnel de la Mission des Nations Unies.

Par ailleurs, le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a fait état d’une forte augmentation du nombre de personnes en provenance de la RDC en quête de sécurité en Ouganda.

Plus de 2 650 réfugiés ont franchi la frontière cette semaine, fuyant de nouvelles violences dans la province de l’Ituri, en RDC, soit cinq fois le nombre habituel d’arrivées.  La majorité de ces personnes traversent le lac Albert sur des bateaux de pêche délabrés.

En Ouganda, le HCR renforce sa capacité à répondre aux besoins des réfugiés.  Ces derniers sont enregistrés, soumis à un examen médical et reçoivent des repas chauds et des produits de première nécessité.

Il n’en reste pas moins que l’opération en Ouganda n’est financée qu’à 39%.  Davantage de ressources sont nécessaires d’urgence pour améliorer la capacité d’accueil et aider les nouveaux arrivants.  Ce financement est particulièrement important, étant donné que l’Ouganda accueille déjà le plus grand nombre de réfugiés en Afrique - quelque 1,4 million de réfugiés sont actuellement hébergés en Ouganda.

Au total, le nombre de réfugiés congolais dans les pays voisins a augmenté de près de 100 000 personnes en un an, atteignant plus de 623 000 à la fin novembre.

Ces réfugiés s’ajoutent à quelque 4,1 millions de Congolais déplacés à l’intérieur du pays, ce qui fait de la RDC le pays qui compte le plus grand nombre de personnes déplacées sur le continent africain.

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) s’est félicitée aujourd’hui de la signature d’un accord de cessation des hostilités par les parties qui ont pris part au Forum de revitalisation de haut niveau à Addis-Abeba, en Éthiopie.

La Mission a déclaré que l’accord sur la cessation des hostilités, la protection des civils et l’accès humanitaire constituait une première étape importante dans la revitalisation du processus de paix.  Elle exhorte toutes les parties à suivre l’accord et à mettre fin à la violence en cours afin de parvenir à une paix durable.

Yémen

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que, depuis le 6 novembre, il y a eu 16 mouvements de navires humanitaires, dont deux embarcations qui ont transporté des migrants somaliens hors du Yémen, ainsi que 36 vols affrétés par les Services aériens d’aide humanitaire des Nations Unies.

L’ONU a également livré 240 000 tonnes d’aide humanitaire au Yémen, dont 18 000 tonnes livrées à bord d’avions.

Des aliments commerciaux entrent par ailleurs au Yémen.  La coalition a autorisé l’entrée de pétroliers, mais un pétrolier commercial n’a pas encore réussi à entrer dans le port de Hudaydah.

Syrie

L’Envoyé spécial pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, a assisté aujourd’hui à la réunion d’Astana, au Kazakhstan, organisée sous les auspices des trois garants du cessez-le-feu de décembre 2016 - à savoir l’Iran, la Russie et la Turquie.

L’Envoyé spécial a réitéré sa conviction que le maintien et le renforcement de la désescalade de la violence demeurent une contribution essentielle à la mise en place d’un environnement propice à un progrès politique en Syrie.  Il a appelé à garantir un accès humanitaire sans entrave à travers le pays, et en particulier à la Ghouta orientale.

L’Envoyé spécial a également rappelé son intention de convoquer un neuvième cycle de pourparlers intra-syriens sous les auspices de l’ONU en janvier. 

Il a déclaré qu’il attendait avec impatience de réaliser des progrès substantiels avec les délégations syriennes dans ce contexte, car le cycle constituera une occasion importante d’évaluer la volonté et la capacité des parties, avec le soutien de la communauté internationale, de trouver une solution politique à la crise syrienne.

Australie

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) a de nouveau lancé un appel au Gouvernement de l’Australie afin qu’il trouve d’urgence des solutions humaines pour les réfugiés et les demandeurs d’asile qui ont été abandonnés sur l’île de Manus.

Le HCR a déclaré que depuis la fermeture de cette installation de « traitement en mer » le 31 octobre, environ 800 personnes demeurent dans une situation précaire.  Environ 700 d’entre eux sont maintenant hébergés dans les trois sites, mais au cours du dernier mois, au moins cinq incidents de sécurité ont été signalés dans ces endroits.

Plus d’informations sont disponibles en ligne.

Conférence de presse

Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, M. Koro Bessho, du Japon, devait donner une conférence de presse, cet après-midi à 16 h 30, pour informer sur les travaux qui ont eu lieu au Conseil de sécurité. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.