Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 26 juillet 2017

Dbf170726
26 Juillet 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 26 juillet 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

République centrafricaine

Ce matin, le Bureau du Porte-parole a publié une déclaration dans laquelle le Secrétaire général condamnait le meurtre de deux soldats de la paix de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) le 25 juillet à Bangassou.  Cet incident porte à neuf le nombre de soldats de la paix tués en service à Bangassou depuis le début de l’année.

Le Secrétaire général présente ses condoléances aux familles endeuillées et au Gouvernement du Royaume du Maroc.  Il demande aux autorités centrafricaines d’enquêter rapidement et sans délai sur cette attaque et sur toutes les précédentes et de traduire les auteurs en justice.

Le Secrétaire général est profondément préoccupé par la poursuite des combats au sud-est de la République centrafricaine, les tensions interethniques accrues et les efforts des fauteurs de troubles pour miner le processus de stabilisation du pays.  Si elle se poursuit, la situation qui prévaut risque de mettre en péril les gains durement acquis en vue d’une paix durable.

Le Secrétaire général appelle toutes les parties à mettre un terme à la violence et à prendre des mesures afin de prévenir une nouvelle détérioration de la situation sécuritaire fragile du pays.

Burundi

L’Envoyé spécial du Secrétaire général, M. Michel Kafando, a fait un exposé devant le Conseil de sécurité ce matin sur la situation au Burundi, y compris sur sa récente visite dans le pays et en Tanzanie.

Il a déclaré que les autorités du Burundi et les membres de l’opposition avaient des opinions divergentes sur la situation politique dans le pays, et cela dans un contexte socioéconomique difficile.  La situation sécuritaire s’est améliorée depuis le début de l’année, a-t-il noté.

M. Kafando a déclaré qu’il était impératif que le Gouvernement accepte un dialogue ouvert avec l’opposition.  Il a appelé à une action collective des dirigeants africains, en solidarité avec les Nations Unies, pour soutenir un tel dialogue.

Tous nos efforts doivent être destinés à soutenir les initiatives régionales, en particulier celles de l’ancien Président Benjamin Mkapa et du Gouvernement de la Tanzanie, a-t-il souligné.

République démocratique du Congo

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, a annoncé aujourd’hui la nomination de M. Bacre Ndiaye du Sénégal, de M. Luc Côté du Canada et de Mme Fatimata M’Baye de la Mauritanie en tant qu’experts internationaux sur la situation dans les régions du Kasaï de la République démocratique du Congo (RDC).

La création de l’équipe internationale d’experts avait été prescrite par une résolution du Conseil des droits de l’homme adoptée le mois dernier.

Le Haut-Commissaire fera un compte rendu oral sur la situation dans les régions du Kasaï au Conseil des droits de l’homme en mars 2018, et un rapport complet sur les résultats de l’enquête de l’équipe d’experts sera présenté en juin.

Des détails supplémentaires sont disponibles sur le site Internet du Bureau du Haut-Commissaire.

Yémen

Les responsables du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont terminé une mission conjointe au Yémen où ils ont touché du doigt l’ampleur de la crise humanitaire.

Ils ont déclaré que le Yémen était confronté à la plus grave épidémie de choléra au monde, au milieu de la pire crise humanitaire au monde, et alors que les infrastructures vitales ont été endommagées ou détruites.

Au cours des trois derniers mois, il y a eu 400 000 cas suspects de choléra et près de 1 900 décès y associés, alors que le pays est au bord de la famine.  Plus de 60% de la population ne sait pas d’où viendra son prochain repas.

Près de deux millions d’enfants yéménites souffrent de malnutrition sévère, ce qui les rend plus vulnérables au choléra.  Les responsables ont déclaré avoir visité un hôpital où ils ont rencontré des enfants qui avaient à peine la force de respirer.

Au cours de leurs rencontres avec les dirigeants yéménites à Aden et à Sanaa, ils les ont appelés à donner aux travailleurs humanitaires l’accès aux zones touchées par les combats, et ils les ont exhortés, en priorité, à trouver une solution politique pacifique au conflit.

Iraq

La Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires, Mme Ursula Mueller, a terminé une visite de trois jours en Iraq.  Elle y a rencontré des hauts fonctionnaires et des Ministres du Gouvernement iraquien et ceux du Gouvernement régional du Kurdistan, ainsi que des membres des communautés humanitaires internationales et des représentants de la communauté yézidie.  Elle a également rendu visite à des déplacés.

À Mossoul, Mme Mueller a pu voir par elle-même la destruction complète des quartiers de la vieille ville, et elle a déclaré que d’innombrables tragédies demeurent enfouies dans les décombres.

Elle a salué les réalisations de l’assistance humanitaire en Iraq, ainsi que l’impressionnante réponse nationale, mettant en lumière le niveau exceptionnel de coopération entre les partenaires nationaux, les agences des Nations Unies et les ONG qui sont en première ligne.

Des détails supplémentaires sont disponibles dans un communiqué de presse en ligne.

Liban

Hier, la Coordonnatrice spéciale des Nations Unies pour le Liban, Mme Sigrid Kaag, et le Directeur de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) au Liban, M. Claudio Cordone, ont visité le camp de réfugiés palestiniens d’Ein El Hilweh.  Ils ont rencontré des représentants et des résidents du camp, y compris des groupes de femmes et de jeunes, et ont visité les installations de l’UNRWA et d’autres sites du camp.

Mme Kaag et M. Cordone ont souligné le besoin de calme et de stabilité, ce qui devrait permettre aux résidents de vaquer à leurs occupations quotidiennes sans crainte de violence.  Ils se sont félicités des mesures prises par les forces de sécurité conjointes palestiniennes et la coopération avec l’armée libanaise et les agences de sécurité pour améliorer la situation sécuritaire dans le camp.

Plus de 57 000 réfugiés palestiniens sont enregistrés par l’UNRWA comme résidents au camp d’Ein El Hilweh.

Chypre

Le Conseiller spécial du Secrétaire général pour Chypre, M. Espen Barth Eide, a déclaré avoir tenu un certain nombre de réunions suite à la Conférence de Crans-Montana, qui a eu lieu au début du mois.

La semaine dernière, à New York, il a fait un exposé devant le Conseil de sécurité et a rencontré le Secrétaire général, les puissances garantes et d’autres diplomates.  Cette semaine, il s’est entretenu avec les dirigeants chypriotes grecs et leurs homologues chypriotes turcs.

M. Eide a déclaré qu’après la Conférence sur Chypre, les deux parties se trouvaient dans une période de réflexion.

Il a indiqué qu’il demeure convaincu que la meilleure chance pour une solution mutuellement acceptable à Chypre passe par les paramètres établis par les Nations Unies.

Son communiqué complet est disponible en ligne (en anglais).

Forêts

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a élaboré de nouvelles lignes directrices visant à aider les pays à développer de solides systèmes nationaux de surveillance forestière.

Pour s’acquitter de leurs promesses en vertu de l’Accord de Paris sur les changements climatiques et du Programme de développement durable à l’horizon 2030, les États devraient recueillir des données forestières plus détaillées, ce qui leur permettra d’adopter des politiques et des pratiques fondées sur des données probantes.

Cela comprend non seulement des informations sur la taille, la croissance ou le déclin de leurs forêts, mais aussi les aspects clefs de la gestion durable des forêts, comme le rôle des forêts dans la conservation de la biodiversité et la contribution des forêts aux moyens de subsistance et à la réduction de la pauvreté.

En 2010, seuls 45 pays au monde étaient en mesure d’évaluer les changements dans la superficie et les caractéristiques forestières grâce à des inventaires forestiers nationaux systématiques et consécutifs, ce qui laisse présager un grave déficit d’information.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.