Imprimer
Dbf170517
17 mai 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 17 mai 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Secrétaire général

Ce matin, le Secrétaire général a prononcé un discours à la plénière du Parlement européen à Strasbourg.  Il y a souligné que la contribution de l’Union européenne est absolument essentielle pour les Nations Unies, qu’il s’agisse de l’appui au maintien de la paix, de la protection des droits de l’homme, du règlement des conflits, de la promotion du Programme 2030 ou encore de la lutte contre les changements climatiques.  Une Union européenne forte et efficace est essentielle pour des Nations Unies fortes et efficaces, a-t-il dit, citant ses priorités de réforme pour rendre l’ONU plus proche des aspirations des peuples pour lesquels elle travaille.  Le Secrétaire général a aussi souligné la nécessité pour les gouvernements, les autorités locales, la société civile et les chefs religieux de renforcer la cohésion sociale, l’inclusion et la tolérance.

Le Secrétaire général a ensuite donné une conférence de presse avec le Président du Parlement européen, M. Antonio Tajani, aux côtés duquel il a souligné la nécessité d’une Europe unie pour appuyer la recherche de solutions mondiales, étant donné, qu’aujourd’hui, aucune question ne peut être résolue sans des efforts mondiaux. 

Le Secrétaire général s’est aussi entretenu avec les leaders des différents groupes politiques du Parlement européen.

Il a quitté Strasbourg pour la Suisse où il doit rencontrer à proximité de Genève ses Représentants spéciaux.

Avant de partir pour Strasbourg, le Secrétaire général s’était entretenu hier avec le nouveau Président français, M. Emmanuel Macron, avec lequel il a discuté des questions liées à la paix et à la sécurité, au développement durable et aux changements climatiques.  Le Secrétaire général a dit attendre avec impatience de travailler avec le Président Macron sur toutes les questions pressantes, qualifiant le rôle clef de la France de pilier du multilatéralisme.

Libres et égaux

Le Secrétaire général a envoyé, aujourd’hui, un tweet en soutien à la campagne « #CultureOfLove » lancée par le Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, à l’occasion de la Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie, commémorée aujourd’hui.

Dans une série de courtes vidéos, la campagne explore le rôle de la culture et de la tradition dans la vie des lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexués (LGBTI) dans différentes villes du monde.

Le Secrétaire général a estimé que la campagne est « un rappel important du fait que la culture et la tradition doivent nous unir et non nous séparer ».

Côte d’Ivoire

Dans une déclaration publiée hier soir, le Secrétaire général a salué le retour au calme en Côte d’Ivoire après les actes de violence inacceptables commis par des soldats des Forces armées ivoiriennes ces derniers jours.  (Voir communiqué de presse SG/SM/18524)

Somalie

Le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général pour la Mission d’assistance des Nations Unies en Somalie, M. Raisedon Zenenga, a informé, aujourd’hui, le Conseil de sécurité de la situation dans le pays.

Il a indiqué que l’intensification des efforts déployés par les agences humanitaires a permis jusqu’ici d’éviter la famine mais que la crise est probablement loin d’être réglée puisque les besoins d’assistance augmentent plus rapidement que le rythme des efforts.  À ce stade, le Plan de réponse humanitaire accuse un déficit de 882 millions de dollars.  (Voir communiqué de presse CS/12826)

République centrafricaine

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a signalé des affrontements entre des membres des anti-balaka et le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) dans la ville de Bria, hier.  Les premières estimations pointent vers un bilan de cinq morts et plus de 25 blessés parmi les civils.  Plusieurs maisons ont été incendiées, poussant les civils à se réfugier dans un camp de déplacés ou ailleurs près de la base de la Mission de l’ONU.  Les Casques bleus sont déployés dans des points clefs de la ville et mènent des patrouilles robustes.  La Mission continue aussi à parler aux leaders des deux groupes armés pour prévenir toute aggravation de la violence.

En revanche à Bangassou, la situation était calme aujourd’hui, des civils circulant dans plusieurs parties de la ville.  La Mission mène toujours des patrouilles, y compris dans des points stratégiques comme l’aéroport.  Les Casques bleus protègent aussi la cathédrale, où des déplacés ont trouvé refuge.  Les agents humanitaires indiquent que plus 5 000 déplacés ont été enregistrés dans la cathédrale.  Les affrontements ont poussé un grand nombre de personnes à quitter la ville voisine de Nzacko pour se réfugier dans la brousse.  Quelque 2 750 personnes ont aussi traversé la frontière vers la République démocratique du Congo.  Un cargo humanitaire chargé de nourriture et de tablettes de purification d’eau devrait arriver à Bangassou, alors que 10 tonnes de nourriture, d’abris et d’articles non alimentaires y sont attendus d’ici à demain.

À Alindao, selon les ONG, le nombre des déplacés a atteint 14 000.  Une distribution de rations alimentaires est prévue dans les jours à venir.

République démocratique du Congo (RDC)

Les agents humanitaires indiquent qu’aujourd’hui et demain, le Ministre de la santé et les représentants de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) effectuent la dernière évaluation à Nambwa dans la zone de Likati, l’épicentre de l’irruption d’Ebola qui a été déclarée le 12 mai dernier.

Dix experts de l’OMS et du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) participent à cette évaluation.  Grâce au déploiement de deux laboratoires mobiles de l’Institut congolais de recherche biomédicale à Nambwa pour accélérer les diagnostics et l’arrivée de plusieurs experts, l’OMS et ses partenaires mettent en place un mécanisme de réponse rapide et coordonnée.  Un centre de traitement d’Ebola sera installé dans les 48 ou 72 heures par Médecins sans frontières pour isoler et traiter les personnes affectées par la maladie et limiter la propagation du virus.

Hier, c’était un total de 21 cas suspects et 3 morts qui étaient comptabilisé.  Les 400 personnes et plus qui sont entrées en contact avec les cas suspects sont disséminées dans quatre zones de santé –Azande, Nambwa, Ngayi et Muna- et surveillées grâce au relais des communautés pour éviter qu’elles ne développent la maladie.

Ouganda

Le Programme alimentaire mondial (PAM) prévient que l’ampleur de la crise des réfugiés en Ouganda est « extraordinaire », les arrivées quotidiennes dépassant les 2 000 personnes.  Le pays accueille désormais la plus grande population de réfugiés en Afrique avec plus de 1,2 million de personnes, dont 74% viennent du Soudan du Sud.  Le nombre des réfugiés que le PAM assiste a plus que doublé cette dernière année et les opérations de l’agence sont sous une pression considérable.  Le PAM accuse un déficit de 60 millions de dollars pour la période allant de mai à octobre.

Syrie

L’ONU est préoccupée par les informations faisant état d’inondations dans la ville de Raqqa, après l’effondrement de la barrière de sable.  Les inondations ont poussé quelque 120 familles à fuir vers l’ouest, dans la campagne de Raqqa.

Alors que l’ONU n’a pas accès à la ville, les inondations aggravent une situation humanitaire déjà extrêmement difficile pour des gens qui vivent dans une ville contrôlée par Daech.  En tout, ce sont quelque 400 000 personnes qui ont besoin d’une assistance humanitaire et d’une protection à Raqqa, où les opérations militaires se poursuivent dans des zones habitées.

Grâce à ses partenaires locaux, l’ONU continue de fournir une assistance à ceux qui en ont besoin dans les zones accessibles de Raqqa quand les conditions de sécurité le permettent.

Par ailleurs, quelque 2 400 personnes ont été évacuées hier du quartier de Waer dans la ville de Homs dans la province d’Edleb.  Cela porte à 17 000 le nombre de personnes évacuées de ce quartier depuis l’accord signé mi-mars.  Quelque 35 000 personnes sont toujours dans le quartier où d’autres évacuations sont prévues.

Iraq

L’ONU est toujours préoccupée par la sécurité et le bien-être des civils qui sont restés dans les zones contrôlées par Daech dans l’ouest de Mossoul.  Les agents humanitaires estiment leur nombre à 275 000 personnes. 

Les risques élevés qu’encourent ces gens dans la zone du conflit et ceux qui cherchent à fuir se reflètent dans le nombre des victimes.  D’octobre 2016 au 9 mai de cette année, 12 300 personnes ont été transportées à l’hôpital.  Ces chiffres ne parlent que des gens qui ont eu la chance d’être aidés.  Dans la réalité, ils sont certainement plus élevés.

Vice-Secrétaire générale

La Vice-Secrétaire générale a prononcé, aujourd’hui, un discours à une manifestation sur l’innovation et la connectivité.

Jordanie

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé aujourd’hui la centrale solaire du camp de réfugiés d’Azraq en Jordanie, faisant de ce camp le premier à être desservi par l’énergie renouvelable.

La centrale permet au HCR de fournir gratuitement de l’électricité aux 200 000 réfugiés, permettant à chaque famille d’avoir un frigo, une télé, un ventilateur, de la lumière ou encore un portable essentiel pour garder le contact avec la famille à l’étranger.

La centrale permettra immédiatement des économies de 1,5 million par an et une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 2 370 tonnes par an.

Turquie

À ce jour, 500 000 réfugiés, et très bientôt plus encore, reçoivent de l’argent tous les mois grâce à un programme humanitaire novateur.  Le filet de sécurité sociale d’urgence financé par l’Union européenne aide les familles les plus vulnérables en Turquie en leur donnant une carte de débit pour couvrir leurs premiers besoins qu’il s’agisse de la nourriture, du loyer, des médicaments ou des vêtements.

Les cartes peuvent être utilisées dans les magasins, comme une carte de débit normale, ou pour retirer de l’argent à un distributeur de billets.  Le programme est un partenariat entre le programme d’aide humanitaire et protection civile de l’Union européenne (ECHO), le Programme alimentaire mondial (PAM), la Société de la Croix-Rouge turque et le Gouvernement turc.

Gaza

L’ONU est profondément préoccupée par l’incident qui s’est produit au large de la côte de Gaza durant lequel un pêcheur, Mohammad Bakr, a été tué par balles par les Forces navales d’Israël.  L’ONU présente ses sincères condoléances à la famille de la victime.  Les circonstances de sa mort doivent faire l’objet d’une enquête. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.