Imprimer
dbf170412
12 avril 2017

Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 12 avril 2017

(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Syrie

Le Conseil de sécurité a entendu ce matin l’exposé de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la Syrie, M. Staffan de Mistura, qui a ensuite répondu aux questions de la presse. 

Le Conseil de sécurité a ensuite tenue une autre réunion pour se prononcer sur résolution sur la Syrie, avant d’entendre l’exposé de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, M. Said Djinnit. 

Nomination

Le Secrétaire général a annoncé aujourd’hui la nomination de trois hauts responsables.

Il a nommé Mme Virginia Gamba, de l’Argentine, en tant que Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés. 

Il a aussi nommé Mme Pramila Patten, de Maurice, en tant que Représentante spéciale chargée de la question des violences sexuelles dans les conflits. 

Enfin, le Secrétaire général a nommé Mme Fekitamoeloa Katoa ‘Utoikamanu, des Tonga, en tant que Haute Représentante pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement. 

ONU-Habitat

Le Secrétaire général a annoncé, aujourd’hui, la composition du Groupe indépendant chargé d’évaluer et de renforcer l’efficacité d’ONU-Habitat. 

Soudan du Sud

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a indiqué qu’une de ses patrouilles était retournée ce matin à Pajok dans l’État d’Équatoria oriental après une première visite hier.  La patrouille avait été empêchée d’évaluer la situation à Pajok la semaine dernière.  Elle a pu arriver à destination hier, se rendre dans plusieurs zones de la ville, et rencontrer des membres de la communauté et de l’Armée populaire de libération du Soudan (APLS).  Les Casques bleus ont pu observer que Pajok était très militarisé avec une présence civile limitée.

La Mission a aussi indiqué que la situation sécuritaire était actuellement stable à Wau dans l’État du Bahr el Ghazal occidental après les violences de la semaine dernière. Hier, les Casques bleus ont mené deux patrouilles dans la ville et vu des civils sur la  route principale, avec peu de présence militaire.  

La Mission a aussi demandé au leadership de l’État et de l’APLS de faire preuve de retenue.  La Mission a également noté que 465 civils étaient arrivés sur le site de protection voisin de la base de l’ONU à Wau lundi soir, portant à plus de 25 000 le nombre de civils protégés par les Casques bleus dans ce secteur.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que l’équipe interinterinstitutions des directeurs des opérations d’urgence était actuellement au Soudan du Sud.  Hier, elle s’est rendue à Wau dans l’État du Bahr el Ghazal occidental et à Mayendit dans l’État de l’Unité.  Aujourd’hui, elle s’est entretenue avec les représentants du Gouvernement, les partenaires humanitaires et la communauté diplomatique.

Avant de se rendre au Soudan du Sud, les directeurs étaient en Somalie, où ils se sont entretenus avec le Premier Ministre et les populations affectées à Mogadiscio, à Baidoa et à Kismayo.  Ils devraient répondre aux questions de la presse ici à New York lundi prochain, sous la direction de M. John Ging, d’OCHA.

Iraq

Alors que les combats se poursuivent dans l’ouest de Mossoul, les partenaires humanitaires continuent de répondre à l’augmentation du nombre des victimes et de personnes déplacées.  Ils fournissent aussi une assistance aux familles dans les zones nouvellement accessibles. 

Près de 1 700 personnes blessées ont été accueillies près de la ligne de front, plus de 6 300 personnes blessées ayant été transportées dans des hôpitaux aux alentours de Mossoul depuis le début des opérations militaires en octobre 2016.

Depuis fin février, 292 000 personnes ont dû fuir l’ouest de Mossoul, 362 000 autres personnes ayant été déracinées par les combats dans l’est et l’ouest de la ville.  À ce jour, des kits d’aide d’urgence ont été distribués pour répondre aux besoins de 1,9 million de personnes dans Mossoul et les environs.

Pour sa part, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a ouvert un nouveau camp à Hammam al-Alil pour abriter des milliers de nouveaux déplacés qui fuient les combats dans l’ouest de Mossoul.

Les 500 premières familles sont arrivées aujourd’hui sur le site, qui dispose actuellement de 2 500 tentes prêtes à accueillir plus de 15 000 personnes.  Lorsque la construction sera terminée, le camp aura une capacité d’accueil de 30 000 personnes.

Yémen

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé, aujourd’hui, qu’il comptait intensifier ses opérations d’urgence au Yémen pour fournir une assistance alimentaire à 9 millions de personnes dans une des pires crises alimentaires au monde.

La nouvelle opération est estimée à 1,2 milliard de dollars sur un an et devrait permettre au PAM d’augmenter graduellement son assistance en vue de nourrir toute personne en insécurité alimentaire grave mois après mois.

Le succès de cette opération dépend de la capacité de mobiliser immédiatement des ressources suffisantes auprès des donateurs.

En avril et en mai, jusqu’à ce que le PAM sécurise les fonds dont il a besoin, la priorité sera accordée aux 6,7 millions de personnes en assistance alimentaire d’urgence.  Quelque 2,5 millions d’entre elles, en particulier dans les provinces les plus touchées par l’insécurité alimentaire et exposées à un risque de famine, recevront une aide visant à éviter la famine.

Lac Tchad

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) indique, dans un rapport publié aujourd’hui, que 27 enfants ont été utilisés dans des attentats-suicides dans le conflit du Lac Tchad durant le premier trimestre 2017, contre 9 au cours de la même période en 2016.

Cette tendance reflète une tactique alarmante des insurgés: à ce jour, 117 enfants ont été utilisés pour mener des attaques à la bombe dans des lieux publics au Nigéria, au Tchad, au Niger et au Cameroun depuis 2014.  Des filles ont été utilisées dans la grande majorité de ces attaques.

Le rapport souligne le défi auquel sont confrontées les autorités locales avec des enfants en détention administrative dont la durée suscite des préoccupations.

En 2016, près de 1 500 enfants étaient en détention administrative dans quatre pays.

Lutte contre le terrorisme

Ce matin, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, a informé les États Membres, lors d’une réunion organisée par le Président de l’Assemblée générale, du contenu du nouveau rapport du Secrétaire général sur la mise en œuvre de la Stratégie antiterroriste mondiale de l’Organisation des Nations Unies.  Ce rapport a été publié et mis en ligne hier en fin de journée.

M. Feltman a souligné que la menace terroriste en évolution, conjuguée à l’augmentation des mandats, aux demandes des États Membres et à l’ampleur du travail, était la principale raison qui pousse à changer la manière dont l’aide de l’ONU au contreterrorisme est institutionnellement structurée.

Il a noté que le Secrétaire général estime que le renforcement du leadership de l’ONU en matière de lutte antiterroriste, l’amélioration de la coordination et de la cohérence dans l’appui fourni aux États Membres et le renforcement de l’impact sur le terrain sont en effet cruciaux.

Enfants réfugiés

L’UNICEF et le Haut-Commissariat pour les réfugiés ont salué aujourd’hui les nouvelles directives émanant de la Commission européenne pour protéger les enfants migrants et réfugiés.

Ces directives, les premières du genre, couvrent des questions comme la désignation de tuteurs et le renforcement de la protection de l’enfant, et s’assurent qu’il existe des alternatives à la détention des enfants et de leur famille.

Zambie

L’ONU suit de près les développements en Zambie.  Le pays a accompli de grandes avancées dans la consolidation de sa démocratie et a une tradition de transition pacifique du pouvoir.  Les divergences devraient être réglées par le biais d’un dialogue constructif et inclusif afin d’avancer sur la voie d’une paix et d’un développement durables.

Tableau d’honneur

Le Kazakhstan est devenu le quatre-vingtième État Membre à s’être acquitté de l’intégralité de sa contribution au budget de l’ONU.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.