Print
CD/3683
13 février 2017
Session d’organisation, 361e séance – matin      

La Commission du désarmement, dont la session de fond se tiendra du 3 au 21 avril 2017, élit Mme Gabriela Martinic, de l’Argentine, à sa présidence

Ce matin, au cours d’une séance d’organisation, la Commission du désarmement a élu par acclamation Mme Gabriela Martinic, de l’Argentine, pour présider sa session de fond de 2017 qui se tiendra du 3 au 21 avril.  La Commission a également élu deux vice-présidents sur huit et pris note de l’ordre du jour provisoire la session*.

MM. George Wilhelm Gallhofer, de l’Autriche, et Rauf Alp Denktaş, de la Turquie, ont été élus par acclamation comme vice-présidents, tandis qu’il reste encore six vice-présidents et un rapporteur à nommer avant l’ouverture de la session.

Mme Martinic, qui succède à M. Odo Tevi, de Vanuatu, a appelé les groupes régionaux concernés à mener les consultations nécessaires en vue de ces nominations, pour permettre à la Commission de commencer ses travaux de fond à la date prévue.

La Commission doit en effet nommer deux vice-présidents au nom du Groupe des États d’Afrique; un vice-président et un rapporteur au nom du Groupe des États d’Asie et du Pacifique; deux vice-présidents au nom du Groupe des États d’Europe orientale et un vice-président au nom du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes.

Mme Martinic a rappelé que l’Assemblée générale, conformément à sa résolution A/71/82 du 5 décembre 2016, avait décidé que la Commission du désarmement se réunirait en 2017 pendant trois semaines au plus, à savoir du 3 au 21 avril, et lui présenterait un rapport de fond à sa soixante-douzième session.  Dans ce texte, l’Assemblée générale a souligné que si aucun accord n’était trouvé sur un point particulier de l’ordre du jour, ledit rapport devrait être accompagné d’un résumé des travaux établi par le Président où il serait fait état des différentes vues et positions exprimées.

La Commission du désarmement est un organe subsidiaire de l’Assemblée générale qui se réunit annuellement.  Ses sessions sont financées par le budget ordinaire de l’ONU.

La Commission fonctionne par cycle de négociations triennales (2015-2017) en articulant ses négociations autour de deux groupes de travail sur, respectivement, des « Recommandations en vue de la réalisation de l’objectif du désarmement nucléaire et de la non-prolifération des armes nucléaires » et des « Mesures pratiques de confiance dans le domaine des armes classiques ».  La Commission s’est en outre entendue, lors de la clôture de sa session 2016, sur une « proposition tendant à inscrire » un troisième point durant la période restante de son cycle triennal 2015-2017, à savoir « la transparence et les mesures de confiance dans les activités dans l’espace extra-atmosphérique ».

Entre 1977 et 1999, la Commission était parvenue à adopter 16 directives, lignes directrices et recommandations.  Toutefois, depuis 18 ans, elle n’a pas été en mesure de trouver un accord sur un résultat significatif.  2017 marquera à la fois le soixante-cinquième anniversaire de la création  de la Commission du désarmement -créée le 11 janvier 1952 par la résolution 502 (VI) de l’Assemblée générale- et la fin du cycle triennal de délibérations.

La Commission du désarmement ouvrira sa session de fond 2017 le 3 avril 2017 à 10 heures

 

* A/CN.10/L.78.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.