Le Comité des Palestiniens prie les États-Unis d’annuler leur décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël

AG/PAL/1400
8 décembre 2017

Le Comité des Palestiniens prie les États-Unis d’annuler leur décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël

Le Comité de l’Assemblée générale des Nations Unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien a publié aujourd’hui la déclaration suivante:

Le Comité de l’Assemblée générale des Nations Unies pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien exprime ses graves préoccupations et dénonce la décision des États-Unis d’Amérique de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël et de transférer l’ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

Ces actions unilatérales constituent une violation flagrante des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, notamment les résolutions 476 (1980) et 478 (1980) et, plus récemment, la résolution 2334 (2016).  De même pour plusieurs résolutions de l’Assemblée générale, notamment la résolution 181(II) et, plus récemment, la résolution A/72/15.  Ces décisions ne feront qu’encourager davantage Israël, Puissance occupante, à poursuivre ses actions illégales, y compris son annexion illicite de Jérusalem-Est, et ne fera qu’accroître les tensions, avec des répercussions profondes et des conséquences inimaginables dans toute la région du Moyen-Orient et dans le monde entier.

La ville de Jérusalem, qui est au cœur de la question de Palestine, revêt une importance particulière à la fois pour les Israéliens et les Palestiniens.  Avec une dimension unique sur les plans spirituel, religieux et culturel, elle constitue un patrimoine en tant que ville sacrée pour les adeptes des trois religions monothéistes.

La communauté internationale, à travers les Nations Unies, a condamné toutes les mesures visant à modifier sa composition démographique, son caractère et son statut de territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, et a déclaré qu’elle ne reconnaîtrait pas les modifications apportées aux lignes de 1967, y compris en ce qui concerne Jérusalem, autres que celles convenues par les parties par le biais de négociations.  Elle a souligné à plusieurs reprises qu’une solution globale, juste et durable à la question de la ville de Jérusalem devrait prendre en compte les préoccupations légitimes des deux côtés, palestinien et israélien, et devrait inclure les dispositions internationales de garantie de la liberté de religion et de conscience de ses habitants, ainsi que l’accès permanent, libre et sans entrave aux lieux saints par des personnes de toutes les religions et nationalités.

Le Comité souligne la nécessité de déployer de toute urgence des efforts collectifs pour promouvoir la paix et la sécurité jusqu’à ce que cesse l’occupation israélienne qui a commencé en 1967.  Il appelle à intensifier tous les engagements internationaux et régionaux à cet égard, y compris ceux liés à la préservation de la solution des deux États fondée sur les lignes d’avant 1967 et avec Jérusalem-Est comme capitale de l’État indépendant de Palestine.

Le Comité prie instamment le Gouvernement des États-Unis d’Amérique d’annuler ses décisions de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et de transférer l’ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem.

Le Comité réaffirme son soutien de longue date et sa solidarité avec le peuple palestinien qui cherchent à réaliser leurs droits inaliénables et leurs aspirations nationales légitimes, y compris leur droit à l’autodétermination et à la liberté dans un État indépendant de Palestine, en paix avec tous ses voisins.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.