M. Miroslav Lajčák, Ministre des affaires étrangères de la Slovaquie, élu Président de la soixante-douzième session de l’Assemblée générale

AG/11915
31 mai 2017
Soixante et onzième session, 83e séance plénière - matin

M. Miroslav Lajčák, Ministre des affaires étrangères de la Slovaquie, élu Président de la soixante-douzième session de l’Assemblée générale

L’Assemblée générale a élu par acclamation, ce matin, M. Miroslav Lajčák, Ministre des affaires étrangères et des affaires européennes de la Slovaquie, à la présidence de sa soixante-douzième session qui démarrera le 12 septembre 2017.

L’Assemblée a aussi pourvu les 16 postes vacants à sa vice-présidence.  L’un des postes a été attribué à Israël malgré les contestations du Groupe des États arabes, de la Syrie et de l’Iran, basées sur le fait que ce pays commet des violations flagrantes du droit international.

D’autres élections ont eu lieu par la suite pour doter chacune des six grandes commissions de l’Assemblée générale d’un président et d’un bureau pour la durée de la soixante-douzième session.

À l’occasion de son élection, le Président élu de l’Assemblée générale a présenté les six priorités qu’il souhaite défendre pendant son mandat.  Voulant en premier lieu mettre un accent particulier sur les peuples, il a cité la prévention et la médiation en faveur d’une paix durable comme deuxième priorité, puis la migration et le processus en cours du pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières comme troisième domaine prioritaire.

Les autres grands axes de son mandat seront les objectifs de développement durable et le climat, en tenant particulièrement compte des besoins des pays les moins avancés (PMA) et des petits États insulaires en développement (PEID), ainsi que les droits de l’homme. 

M. Lajčák s’est aussi montré soucieux de la « qualité » du travail accompli par les Nations Unies en expliquant qu’il voudrait faire participer davantage les petits pays à tous les travaux qui seront mandatés sous sa présidence.  Il s’est à cet égard engagé à faire en sorte que chaque pays soit représenté de façon juste et ouverte.

S’il a exprimé son intention d’améliorer l’efficacité et le rôle de l’Assemblée générale, il a fait remarquer que la réforme la plus souvent évoquée est celle de la composition du Conseil de sécurité.

Un autre objectif de M. Lajčák est de favoriser une interaction constructive entre les États Membres et le Secrétaire général. 

Le Président sortant de l’Assemblée générale, M. Peter Thomson, des Fidji, s’est dit persuadé que les compétences de celui qui a été nommé à trois reprises ministre des affaires étrangères de la Slovaquie seraient déterminantes pour aider les Nations Unies à faire face à tous ces défis.

Cette élection s’est tenue juste après l’attaque terroriste qui a frappé Kaboul, ce matin, et celle perpétrée à Bagdad, hier.  Un contexte qui rappelle à la communauté internationale qu’elle doit tout faire pour lutter contre la violence et le terrorisme, a relevé M. Thomson.

Ce dernier a attiré l’attention sur le poids qui repose sur l’Assemblée générale au moment où le monde fait face à la plus grave crise des réfugiés depuis la Deuxième Guerre mondiale, aux effets terribles des changements climatiques et à un niveau d’attaques terroristes sans précédent.

Le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, a aspiré à poursuivre son partenariat avec M. Thomson dans les mois à venir.  Il a félicité le Président élu dont il a souligné la « très bonne maîtrise de l’action des Nations Unies ».  Il s’est dit impatient de collaborer avec lui pour esquisser le cap à suivre pour bâtir un avenir meilleur.

Les présidents des cinq groupes régionaux, ainsi que la représentante du pays hôte, les États-Unis, ont salué le travail accompli par le Président Thomson, avant de souhaiter un plein succès au Président élu.

En outre, conformément à la pratique, un tirage au sort a été effectué par le Secrétaire général pour attribuer à la République tchèque le siège au premier rang de la salle de l’Assemblée générale à partir duquel seront disposés les autres États (par ordre alphabétique anglais). 

Les 21 postes de vice-président seront occupés par les États suivants: 5 sont attribués d’office aux membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France, Royaume-Uni) en vertu du règlement, les 16 autres étant le Gabon, le Ghana, le Libéria, Madagascar, le Maroc et le Zimbabwe (Groupe des États d’Afrique); l’Afghanistan, l’Indonésie, Sri Lanka, les Émirats arabes unis et les Vanuatu (Groupe des États d’Asie); la Bolivie, le Chili et le Guatemala (Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes); la Finlande et Israël (Groupe des États d’Europe occidentale et autres États). 

Commentant cette élection, le Président actuel de l’Assemblée générale a jugé déplorable de ne trouver que deux femmes parmi les 16 vice-présidents de l’Assemblée générale et aucune parmi les six présidents des grandes commissions.

Dans son discours d’investiture, le Président élu avait abordé la question de la parité en assurant qu’il garantirait l’équilibre homme-femme au sein de son cabinet, de même qu’une répartition géographique aussi équitable que possible.

Lors des élections des bureaux des grandes commissions qui ont eu lieu par la suite, seule la composition du Bureau de la Quatrième Commission, chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation, a fait l’objet de votes, notamment pour élire le représentant du Venezuela à sa présidence.

La délégation des États-Unis avait estimé que le Venezuela n’était pas, en raison des troubles que connaît ce pays, en position d’assumer de façon impartiale les fonctions de président d’une commission qui traite des questions relatives aux réfugiés, au maintien de la paix et aux missions politiques spéciales.  

ÉLECTION DES PRÉSIDENTS ET DES BUREAUX DES GRANDES COMMISSIONS POUR LA SOIXANTE DOUZIÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Les bureaux des six grandes commissions de l’Assemblée générale ont été constitués par acclamation.  Néanmoins, la désignation du Président et d’un vice-président de la Quatrième Commission a fait l’objet d’un vote. 

Première Commission

La Première Commission, chargée des questions de désarmement et de sécurité internationale, sera présidée par M. Mouayed Saleh, de l’Iraq, avec M. Terje Raadik, de l’Estonie, M. Alfredo Toro Carnevali, du Venezuela, et M. Georg Sparber, du Liechtenstein, comme Vice-Présidents.  Pour le poste de rapporteur, c’est M. Martin Ngundze, de l’Afrique du Sud, qui a été nommé.

Quatrième Commission

M. Rafael Darío Ramírez Carreño, du Venezuela, a été élu Président de la Quatrième Commission, chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation, au terme d’un vote au cours duquel il a obtenu 133 voix sur 181 bulletins valables. 

Avant ce vote, la représentante des États-Unis a exprimé ses réserves à propos de la candidature du Venezuela.  Elle a estimé que ce pays ne devait pas présider une grande commission de l’Assemblée générale tant que l’ordre démocratique n’était pas rétabli chez lui et tant que les droits du peuple vénézuélien n’étaient pas respectés.  Elle s’est interrogée sur la capacité du Venezuela, qui connaît des troubles et une réelle instabilité, à présider de manière impartiale une commission qui couvre des domaines importants comme la question des réfugiés, le maintien de la paix ou les missions politiques spéciales. 

Au nom du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes (GRULAC), le représentant d’Haïti a estimé quant à lui que la situation politique du Venezuela ne devait en rien empêcher ce pays d’assumer une présidence de commission. 

Après son élection, le représentant du Venezuela a fustigé la longue histoire d’ingérence et la déstabilisation dont se sont rendus coupables les États-Unis qui, a-t-il affirmé, tentent sans cesse de s’approprier les pays d’Amérique latine et des Caraïbes.  

Par ailleurs, si Mme Ceren Hande Özgür, de la Turquie, et M. Ahmed AlMahmoud, des Émirats arabes unis, ont été élus Vice-Présidents de cette commission par acclamation, il a fallu recourir à un vote pour départager M. Yasser Halfaoui, du Maroc, et Mme Zaina Benhabouche, de l’Algérie, qui convoitaient un poste de vice-président au nom du Groupe des États d’Afrique.  Au terme de ce vote, c’est M. Yasser Halfaoui, du Maroc, qui a été élu Vice-Président, par 88 voix, contre 58 voix pour la représentante de l’Algérie.  

Par ailleurs, Mme Angel Angelov, de la Bulgarie, a été élue Rapporteure de la Quatrième Commission.

Deuxième Commission

La Deuxième Commission, chargée des questions économiques et financières, sera présidée par M. Sven Jürgenson, de l’Estonie, tandis que les Vice-Présidents seront M. Manelaos Menelaou, de Chypre; Mme Kimberly Louis, de Sainte-Lucie; et Mme Valérie Bruell-Melchior, de Monaco.  Le Rapporteur de la Commission sera Mme Theresah Chipulu Luswili Chanda, de la Zambie.

Troisième Commission

La Troisième Commission, chargée des questions sociales, humanitaires et culturelles, sera présidée par M. Einar Gunnarsson, de l’Islande, avec comme Vice-Présidents M. Nebil Said Idris, de l’Érythrée; Mme Alanoud Qassim M.A. Al-Temimi, du Qatar; et Mme Dora Kaszàs, de la Hongrie.  Mme María José del Águila, du Guatemala, a été élue Rapporteure.

Cinquième Commission

La Cinquième Commission, chargée des questions administratives et budgétaires, a élu M. Michel Tommo Monthé, du Cameroun, comme Président, et M. Abbas Yazdani, de l’Iran; Mme Anda Grinberga, de la Lettonie; et Mme Julie O’Brien, de l’Irlande, comme Vice-Présidents.  Le poste de rapporteur qui revient au Groupe des États d’Europe de l’Est sera pourvu par M. Felipe García Landa, du Mexique.

Sixième Commission

Enfin, les travaux de la Sixième Commission, chargée des questions juridiques, seront présidés par M. Burhan Gafoor, de Singapour, avec comme Vice-Présidents M. Duncan Laki Muhumuza, de l’Ouganda; M. Angel Horna, du Pérou; et Mme Carrie McDougall, de l’Australie.  Le Rapporteur élu est M. Peter Nagy, de la Slovaquie. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.