Le Secrétaire général salue l’amendement au Protocole de Montréal sur l’élimination progressive des hydrofluorocarbones

SG/SM/18212-ENV/DEV/1741
15 octobre 2016

Le Secrétaire général salue l’amendement au Protocole de Montréal sur l’élimination progressive des hydrofluorocarbones

La déclaration suivante a été communiquée, aujourd’hui, par le Porte-parole de M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU:

Le Secrétaire général se félicite de ce que les gouvernements, réunis à Kigali, au Rwanda, aient adopté un amendement très important au Protocole de Montréal pour cesser progressivement la production et l’utilisation des hydrofluorocarbones (HFC).  Les HFC sont un gaz à effet de serre puissant d’une courte durée de vie qui contribue aux changements climatiques.  Dans la mesure où les HFC sont également l’un des gaz à effet de serre de plus en plus utilisés, la lutte contre leur utilisation permettra de limiter, à court terme, le réchauffement de la planète.

L’amendement de Kigali au Protocole de Montréal tire parti du fort élan mondial pour la mobilisation des efforts multilatéraux contre les changements climatiques, dont l’Accord historique de Paris, qui entrera en vigueur le 4 novembre prochain; l’adoption, la semaine dernière, d’un mécanisme mondial, fondé sur le marché, pour la réduction des émissions de l’industrie de l’aviation internationale; et d’autres efforts multilatéraux dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

L’adoption de l’amendement sur les HFC a des avantages considérables pour les décennies à venir et contribuera à faire avancer les objectifs de développement durable.  Mais surtout, l’élimination progressive des HFC dans le monde pourrait permettre de contenir le réchauffement climatique à 0,5oC d’ici à la fin du siècle, imprimant un énorme élan aux efforts visant à limiter la hausse de la température terrestre en-deçà des 2oC, comme le dit l’Accord de Paris, et de poursuivre les efforts vers l’objectif de 1,5oC.

Le Secrétaire général appelle tous les secteurs de la société à continuer de collaborer et de coopérer à la mise en œuvre de ces accords opportuns et nécessaires pour réduire les risques des changements climatiques.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.