Print
PI/2168
6 mai 2016
Trente-huitième session, 5e séance – après-midi

Le Comité de l’information en faveur du respect de la parité linguistique

En achevant, cet après-midi, sa trente-huitième session, le Comité de l’information a exprimé sa reconnaissance au Département de l’information (DPI) des Nations Unies pour le travail accompli depuis le mois de mai 2015 et fixé ses priorités pour l’année à venir, notamment la promotion du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’Accord de Paris sur le climat.

Au terme de deux semaines de travaux, le Comité a ainsi adopté son rapport* qui contient deux projets de résolution, l’un intitulé « L’information au service de l’humanité », et l’autre qui présente en détail les recommandations sur les « activités et politiques des Nations Unies en matière d’information ».

Ce deuxième texte demande au Département et à ses trois Divisions –communication stratégique; information et médias; et sensibilisation du public– d’accorder une importance particulière aux questions de paix et de sécurité, de développement durable et de droits de l’homme, d’éradication de la pauvreté et de la crise alimentaire mondiale, des épidémies et du désarmement, et de la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes et des besoins du continent africain.

Le DPI devra également continuer à prendre les mesures appropriées, notamment dans le cadre de campagnes promotionnelles, pour renforcer la sensibilisation de l’opinion publique mondiale au Programme de développement durable à l’horizon 2030, adoptée en septembre dernier, et à la réalisation de ses objectifs.

La Secrétaire générale adjointe à la communication et à l’information, Mme Cristina Gallach, s’est félicitée de cette résolution, qui exprime « avec générosité » la reconnaissance du Comité vis-à-vis du travail fourni par le Département en 2015 dans le monde entier.  Ce texte n’en pose pas moins des « défis » quant aux attentes dont il se fait l’écho, « attentes auxquelles nous ferons de notre mieux pour répondre », a-t-elle dit.

« Qu’il s’agisse de la nécessité de renforcer la sensibilisation du public mondial à la situation des réfugiés et des migrants, ou votre reconnaissance du potentiel de nos sites Web à intégrer des supports écrits et audiovisuels dans toutes les langues officielles, ou votre appréciation des partenariats économiques que nous avons noués avec succès, et sans incidence financière, vous demeurez une source d’encouragement et d’orientation constructifs pour nos efforts collectifs », a déclaré Mme Gallach aux membres du Comité.

Au nombre des réunions de haut niveau, que le Département devra couvrir et promouvoir prochainement, figurent le Sommet humanitaire mondial à Istanbul (Turquie), du 23 au 24 mai; l’examen à mi-parcours de la mise en œuvre du Programme d’action d’Istanbul en faveur des pays les moins avancés, qui se déroulera à Antalya (Turquie), du 27 au 29 mai; et la Conférence des Nations Unies sur le logement et le développement urbain durable (Habitat III), qui se déroulera à Quito (Équateur), du 17 au 20 octobre; et la vingt-deuxième session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22), qui se tiendra à Marrakech (Maroc), du 7 au 18 novembre 2016.

Qualifiant le multilinguisme de « valeur fondamentale » de l’Organisation, la résolution réitère la préoccupation croissante du Comité concernant le fait que la production de communiqués de presse quotidiens n’a toujours pas été étendue à toutes les langues officielles.  C’est pourquoi, il demande de nouveau que le Département de l’information, à « titre prioritaire », élabore une stratégie visant à publier ces mêmes communiqués dans les six langues officielles à travers de « moyens créatifs », et sans coûts supplémentaires.

Dans le cadre de la réalisation du multilinguisme, le Département est encouragé à poursuivre ses efforts pour généraliser les « points focaux thématiques », que les unités linguistiques des sites Web utilisent déjà « comme pratique optimale du multilinguisme pour améliorer la qualité des contenus ».

Reconnaissant les efforts du Département de l’information pour produire divers supports multimédias, le Comité l’encourage à continuer d’offrir ces contenus, en intégrant à la fois des éléments rédactionnels et des éléments audiovisuels dans toutes les langues officielles.  Il lui est également demandé d’intégrer le multilinguisme dans ses campagnes de communication, y compris la conception de « logotypes » dans différentes langues, ainsi que l’utilisation des « hashtags » sur les réseaux sociaux « dans plus d’une langue », en fonction des publics ciblés.

La Secrétaire générale adjointe a rappelé les contraintes budgétaires auxquelles le DPI fait face.  « Nous comprenons que, dans le contexte du multilinguisme, le Département est invité à redoubler d’efforts dans la limite de ses capacités existantes pour assurer le traitement complet et équitable de toutes les langues officielles et à faire rapport à ce sujet lors de la prochaine session du Comité », a-t-elle ajouté.

Mme Gallach a en outre assuré que le DPI continuerait de travailler pour étendre la portée des messages des Nations Unies en s’appuyant sur la gamme complète des supports dont elle dispose, et à travers des partenariats créatifs, notamment avec les États Membres.  La campagne « Le monde en bleu ONU » est un exemple flagrant de la façon dont leur soutien et leur participation peuvent élargir nos horizons et notre impact, a relevé Mme Gallach.

« Est-ce que notre approche concernant les ressources budgétaires est la bonne?  Est-ce que cette résolution donne les bonnes directives politiques pour le Département et les États Membres? » s’est interrogé, de son côté, le Président du Comité de l’information, M. Kaha Imnadze, de la Géorgie. 

Par ailleurs, le Secrétaire général de l’ONU est prié par la résolution d’inclure dans un prochain rapport des informations complètes sur le fonctionnement des centres d’information des Nations Unies, y compris les résultats de l’examen de l’allocation « effective et efficace » du personnel et des ressources financières à ces centres, et les mesures possibles pour améliorer le fonctionnement de ceux qui se trouvent dans les pays en développement.

Enfin, outre les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, le Département devra désormais étendre ses activités aux missions politiques spéciales et aux travaux de la Commission de consolidation de la paix (CCP).  

Le représentant de la Fédération de Russie a regretté que les propositions faites par sa délégation n’aient pas été retenues dans le rapport adopté, notamment celles faisant référence au Pacte international relatif aux droits civils et politiques et au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

* La cote et la version française de ce document seront communiquées ultérieurement.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.