Imprimer
AG/11848
28 octobre 2016
Soixante et onzième session, 36e séance plénière - matin

L’Assemblée générale élit 14 membres au Conseil des droits de l’homme et rend hommage à la mémoire du Roi Bhumibol de Thaïlande, le « Roi du développement »

L’Assemblée générale a élu ce matin 14 membres au Conseil des droits de l’homme et a rendu hommage à la mémoire du Roi Bhumibol Adulyadej de Thaïlande, décédé le 13 octobre dernier. 

À la majorité simple des 193 votants, l’Afrique du Sud, l’Arabie saoudite, le Brésil, la Chine, la Croatie, Cuba, l’Égypte, les États-Unis, la Hongrie, l’Iraq, le Japon, le Rwanda, le Royaume-Uni et la Tunisie ont été élus au Conseil des droits de l’homme pour un mandat de trois ans à compter du 1er janvier 2017. 

N’ont pas été élus au cours de cette élection qui s’est déroulée en un seul tour: la Fédération de Russie, avec 112 voix; le Guatemala, 82 voix; la Malaisie, 10 voix; les Fidji, 6 voix; le Maroc, la France, la Grèce et l’Espagne, 2 voix chacun; et la Bulgarie, le Canada, l’Iran, l’Italie, Israël, le Liechtenstein, Maurice, la Sierra Leone, le Sénégal et la Suède, avec une voix chacun. 

Créé le 15 mars 2006 pour remplacer la Commission des droits de l’homme, le Conseil des droits de l’homme est composé de 47 États répartis comme suit: 13 États d’Afrique, 13 États d’Asie et du Pacifique, 8 États d’Amérique latine et des Caraïbes, 7 États d’Europe occidentale et autres États et 6 États d’Europe orientale.

Les 14 États élus aujourd’hui rejoindront l’Albanie, l’Allemagne, le Bangladesh, la Belgique, la Bolivie, le Botswana, le Burundi, le Congo, la Côte d’Ivoire, les Émirats arabes Unis, l’Équateur, El Salvador, l’Éthiopie, la Géorgie, le Ghana, l’Inde, l’Indonésie, le Kenya, le Kirghizistan, la Lettonie, la Mongolie, le Nigéria, le Panama, le Paraguay, les Pays-Bas, les Philippines, le Portugal, le Qatar, la République de Corée, la Slovénie, la Suisse, le Togo et le Venezuela. 

En début de séance, l’Assemblée générale a rendu hommage à la mémoire du Roi Bhumibol Adulyadej de Thaïlande, décédé le 13 octobre dernier à Bangkok.  Le Président de l’Assemblée générale, M. Peter Thomson, a rappelé que lors de son couronnement, le Roi avait annoncé son intention de « régner avec sagesse pour le bien-être de son peuple ».  Il a tenu cet engagement toute sa vie et lancé des périodes de grande transformation en Thaïlande, allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie du peuple thaïlandais. 

Pour le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, le Roi Bhumibol, qui était un souverain visionnaire et humanitaire, était aimé et vénéré par le peuple thaïlandais et respecté dans le monde entier.  Ce fut un honneur de le rencontrer en 2007, a raconté le Secrétaire général qui a avoué son admiration pour le dévouement du Roi à la cause de son pays, de son peuple et particulièrement les plus vulnérables.

Pendant 70 ans, a ajouté le Secrétaire général, le Roi Bhumibol a été une force de stabilisation, spécialement pendant les périodes de tensions et de troubles politiques.  La douleur du peuple thaïlandais est un témoignage de son long travail pour améliorer la vie de son peuple, a insisté M. Ban Ki-moon.

L’engagement du Roi Bhumibol en faveur du développement durable a contribué à faire avancer le pays qui est devenu une économie dynamique.  Le Secrétaire général a rappelé qu’en reconnaissance de son travail, le Roi Bhumibol avait reçu le Prix du développement humain en 2006. 

Les cinq groupes régionaux des Nations Unies ont salué le « Roi du développement » qui a mené plus de 4 000 projets allant de l’irrigation à l’atténuation des crues, en passant par la santé publique et l’enseignement à distance.  Le Roi, s’est rappelée la représentante du pays hôte –les États-Unis-, avait coutume de se déplacer constamment à l’intérieur du pays, en particulier dans les zones rurales.  Il allait à la rencontre de son peuple, y compris des pêcheurs, des agronomes et des instituteurs.  « C’était plus qu’un simple observateur », a-t-elle dit, en soulignant que le Roi a déposé de son vivant des dizaines de brevets pour plusieurs de ses inventions. 

Ses projets dans le secteur agricole ont été reconnus dont le Projet d’agriculture alternative qui ont transformé les cultures de chanvres en serre agricole, a renchéri le représentant de la Thaïlande qui a rappelé que le Roi avait reçu la Médaille agricole de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en 1995, en reconnaissance d’un dirigeant qui avait pour objectif l’autosuffisance économique, une philosophie appliquée désormais dans le monde entier et qui peut contribuer à la réalisation au Programme de développement durable à l’horizon 2030.  Le Roi, a conclu le représentant, était un guide qui a donné une direction claire à la nation thaïlandaise pendant ses 70 ans de règne au cours duquel il est venu à l’ONU dans les années 60.

La prochaine réunion de l’Assemblée générale aura lieu lundi 31 octobre à partir de 10 heures sur le rapport de la Cour pénale internationale (CPI). 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.