Imprimer
SG/T/3018
25 mars 2015

Les activités du Secrétaire général en Italie, du 17 au 21 mars 2015

(Adapté de l’anglais)

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, est arrivé à Rome dans la soirée du 17 mars, en provenance de Tokyo, au Japon.

Il a commencé son programme officiel le 18 mars par un petit déjeuner de travail avec le Ministre des affaires étrangères de l’Italie, M. Paolo Gentiloni.  C’était la première rencontre entre les deux hommes puisque M. Gentiloni a été nommé récemment Ministre des affaires étrangères.

À l’issue de leur réunion, le Secrétaire général et le Ministre des affaires étrangères se sont adressés à la presse.  Dans ses remarques, le Secrétaire général a dit qu’il était très inquiet au sujet de la présence croissante de l’État islamique -ou Daesh-, en Libye.  Il a salué le soutien de l’Italie aux efforts de l’ONU en Libye et pour ses efforts pour lutter contre l’extrémisme violent. 

Après avoir rencontré le Ministre des affaires étrangères, le Secrétaire général s’est rendu à Quirinale, la résidence officielle du Président de la République italienne.  Au cours de cette réunion avec le Président Sergio Mattarella, ils ont discuté de la Libye, de la Syrie, des migrations, des changements climatiques et du développement durable.

Avant de quitter Rome, le Secrétaire général et sa délégation ont tenu une réunion bilatérale avec le Premier Ministre Matteo Renzi.  Durant leur discussion, le Secrétaire général a remercié le Premier Ministre pour l’appui de l’Iatlie aux travaux humanitaires et politiques de l’ONU en Libye et la contribution italienne aux efforts mondiaux pour faire face au terrorisme, en particulier en Syrie et en Iraq.  Ils ont également discuté de la nécessité de s’attaquer aux racines de l’immigration illégale et du terrorisme.  Le Secrétaire général a dit sa gratitude pour l’appui de l’Italie aux opérations de maintien de la paix des Nations Unies, notamment au Liban.  Ils ont aussi discuté de la situation en Ukraine.

En début d’après-midi, le Secrétaire général a quitté Rome pour Turin afin de participer à la retraite 2015 du Secrétaire général avec les cadres du système des Nations Unies.

La retraite du Secrétaire général rassemble les hauts fonctionnaires de l’ONU, y compris ceux des fonds et des programmes.

Dès son arrivée, le Secrétaire général s’est rendu à une session spéciale de ses principaux conseillers consacrée aux changements climatiques. 

Avant le lancement de la retraite, le Secrétaire général a rencontré le maire de Turin, M. Piero Fassino.  Il a transmis au maire de Turin ses condoléances pour les victimes italiennes de l’attaque contre le musée de Tunis.

La retraite a débuté en fin de matinée, au Palazzo Reale de Turin, par une déclaration liminaire de l’ancien Président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso.

Le reste de la retraite a été consacré à diverses sessions sur le développement, la paix et la sécurité, la gestion ainsi que la justice et les droits de l’homme.

Lors de la dernière journée, le Secrétaire général a rejoint le Ministre des affaires étrangères, M. Paolo Gentiloni dans le cadre de la signature d’un amendement à un accord entre le Gouvernement de l’Italie et les Nations Unies, qui se traduira par une contribution annuelle de 500 000 euros à l’École des cadres du système des Nations Unies.

Après la signature, qui a pris place à la Mairie de Turin, en présence du maire de Turin, M. Piero Fassino, le Secrétaire général s’est adressé aux médias.

« Cet accord », a déclaré le Secrétaire général, « nous permettra de renforcer les efforts inestimables d’apprentissage et de formation École des cadres du système des Nations Unies à Turin ».

Il a ajouté que des « Nations Unies fortes ont besoin d’un personnel dynamique et bien formé afin de répondre aux besoins changeants de la communauté internationale ».

La soirée s’est conclue par un dîner offert par les autorités italiennes au Castello di Stupinigi.

Le Secrétaire général a quitté Turin et était de retour à New York le 21 Mars 2015. 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.