Imprimer
SC/12135-AFR/3271
25 novembre 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité à la suite de l’attentat terroriste perpétré en Tunisie

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de novembre, M. Matthew Rycroft (Royaume-Uni):

Les membres du Conseil de sécurité ont condamné avec la plus grande fermeté l’attentat terroriste qui a visé un autobus de la garde présidentielle tunisienne à Tunis (Tunisie), le 24 novembre 2015, et s’est soldé par la mort d’au moins 12 personnes.

Les membres du Conseil ont adressé leurs condoléances les plus sincères aux familles des victimes de cet acte odieux et au Gouvernement tunisien.

Les membres du Conseil de sécurité ont insisté sur la nécessité de traduire en justice ceux qui ont commis, organisé, financé et parrainé cet acte condamnable et ont exhorté tous les États à coopérer activement avec les autorités tunisiennes à cet égard, comme ils en ont l’obligation en vertu du droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

Les membres du Conseil ont souligné qu’aucun attentat terroriste ne saurait détourner la Tunisie de sa marche vers la démocratie et des efforts qu’elle déploie en vue du redressement économique et du développement.

Les membres du Conseil ont réaffirmé qu’il faut combattre par tous les moyens, conformément à la Charte des Nations Unies, les menaces contre la paix et à la sécurité internationales causées par des actes terroristes et que tous les actes de terrorisme sont criminels et injustifiables, indépendamment de leur motivation, du lieu et du moment où ils sont commis, et quels qu’en soient les auteurs.

Les membres du Conseil rappellent aux États qu’ils doivent veiller à ce que les mesures qu’ils prennent pour combattre le terrorisme soient conformes à toutes les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.