Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité concernant la violence en République centrafricaine

SC/12061-AFR/3220
28 septembre 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité concernant la violence en République centrafricaine

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre, M. Vitaly I. Churkin (Fédération de Russie):

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur profonde préoccupation devant l’éruption de violence au cours des derniers jours à Bangui, en République centrafricaine, et ils ont appelé à l’arrêt immédiat de la violence. Ils ont fermement condamné cette violence, y compris toutes les attaques contre des civils, les violences intercommunautaires, ainsi que les attaques contre le personnel humanitaire, et ils ont rappelé que les responsables devraient rendre compte de leurs actes devant la justice.  Ils ont exigé à nouveau que toutes les milices et les groupes armés non étatiques déposent les armes et mettent fin immédiatement à toutes les formes de violence et activités déstabilisatrices.

Ils ont réaffirmé leur soutien aux autorités de transition, sous la conduite de Catherine Samba-Panza en sa qualité de Chef d’État de transition, et ont appelé tous les groupes armés en République centrafricaine à appliquer immédiatement et intégralement l’accord de cessation des hostilités et de la violence, signé le 23 juillet 2014 à Brazzaville (Congo), et à déposer les armes.

Ils ont souligné l’importance que revêtait la tenue d’élections présidentielle et législatives libres, justes, transparentes et inclusives, conformément à la charte constitutionnelle de transition, d’ici à la fin de 2015.  Ils ont souligné en outre qu’un dialogue national inclusif, tel que celui engagé au Forum de Bangui en mai 2015, était la seule voie vers la réconciliation et une paix durable.

Ils ont réaffirmé leur décision d’appliquer les mesures de gel des avoirs et d’interdiction de voyager, prévues dans les paragraphes 4 et 7 de la résolution 2196 (2015), aux personnes et entités se livrant ou apportant un appui à des actes qui compromettent la paix, la stabilité ou la sécurité en République centrafricaine, conformément aux paragraphes 11 et 12 de la résolution 2196 (2015).

Ils ont réaffirmé leur soutien à la MINUSCA dans l’aide qu’elle apporte aux efforts déployés par les autorités de transition, auxquelles il incombe au premier chef de protéger la population, et par le peuple de la République centrafricaine pour instaurer durablement la paix et la stabilité dans leur pays, comme l’a prescrit le Conseil de sécurité dans sa résolution 2217 (2015).

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.