Imprimer
SC/12054-AFR/3212
21 septembre 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité concernant la situation en Guinée-Bissau

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite, aujourd’hui, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de septembre, M. Vitaly I. Churkin (Fédération de Russie):

Les membres du Conseil de sécurité prennent note de la nomination, le 17 septembre 2015, de M. Carlos Correia, premier Vice-Président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, parti politique majoritaire à l’Assemblée nationale, comme Premier Ministre de la Guinée-Bissau.  Les membres du Conseil soulignent qu’il s’agit d’une étape importante vers le règlement de la crise politique qui règne dans le pays depuis la mi-août 2015.  Les membres du Conseil soulignent qu’il importe au plus haut point de nommer un nouveau gouvernement dans les plus brefs délais et dans le plein respect des procédures constitutionnelles.

Les membres du Conseil se félicitent du respect de la Constitution et de l’état de droit dont ont fait preuve les protagonistes bissau-guinéens, et notamment de la non-ingérence des forces de sécurité dans la situation politique du pays et de la retenue démontrée à cet égard.  Les membres du Conseil se félicitent que la population de la Guinée-Bissau ait choisi de suivre la voie pacifique face à la situation politique du pays.

Les membres du Conseil rappellent à nouveau la résolution 2203 (2015) et souligne l’importance de la réconciliation nationale d’un dialogue ouvert à tous et de la bonne gouvernance.  À cet égard, ils prient instamment les protagonistes bissau-guinéens de maintenir et de poursuivre un dialogue constructif, dans le cadre établi par la Constitution et le respect de la séparation des pouvoirs, afin de renforcer la gouvernance démocratique et de dégager un consensus sur les questions politiques essentielles, notamment la mise en œuvre de réformes urgentes.

Les membres du Conseil rappellent que celui-ci s’est engagé à appuyer les autorités de Guinée-Bissau et notent que les engagements pris à la Conférence internationale des donateurs de Bruxelles en mars 2015 nécessitent un climat politique stable pour donner leur pleine mesure.  Les membres du Conseil notent en outre que des mesures politiques courageuses et exhaustives doivent être prises pour contribuer à la réalisation de ces engagements, dans les meilleurs intérêts de l’ensemble des Bissau-Guinéens.

Les membres du Conseil saluent la démarche coordonnée qu’ont adoptée les acteurs régionaux et internationaux, notamment la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union africaine, l’Organisation des Nations Unies, la Communauté des pays de langue portugaise et l’Union européenne, ainsi que les messages conjoints qu’ils ont adressés tout au long de cette période.  Ils soulignent en outre l’action menée par le Président Macky Sall du Sénégal, le Président Alpha Condé de la République de Guinée, et Olusegun Obasanjo, Envoyé spécial du Président Muhammadu Buhari du Nigéria, pour faciliter le dialogue en Guinée-Bissau.

Les membres du Conseil se félicitent également de la décision prise par la session extraordinaire de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, tenue à Dakar le 12 septembre 2015, de proroger le mandat de la mission de la CEDEAO en Guinée-Bissau jusqu’en juin 2016, et rappellent les dispositions de la résolution 2203 (2015) à ce propos.  À cet égard, ils saluent la décision de l’Union européenne de fournir un appui financier à la mission.

Les membres du Conseil réitèrent leur plein appui au rôle essentiel et à l’engagement actif de Miguel Trovoada, Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau intégré des Nations Unies en Guinée-Bissau, qui a usé de ses bons offices et assuré une coordination étroite avec la communauté internationale.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.