Imprimer
SC/11949-AFR/3166-PKO/501
27 juin 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur les attaques perpétrées par les Chabab en Somalie

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Ramlan Bin Ibrahim (Malaisie):

Les membres du Conseil de sécurité condamnent résolument l’attaque perpétrée le 26 juin contre le camp de base de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) à Leego par les Chabab, qui a fait de nombreux morts et blessés parmi les soldats burundais.  Ils ont exprimé leur profonde sympathie et présenté leurs condoléances aux familles des victimes, au peuple et au Gouvernement burundais, à l’AMISOM, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement somaliens.  Ils ont déploré les actions menées par les Chabab contre une base de l’AMISOM, qui s’emploie au côté du Gouvernement fédéral somalien et de l’Armée nationale somalienne, à protéger le peuple somalien et à aider à la reconstruction et à la stabilisation de la Somalie.

Les membres du Conseil ont rendu hommage au courage dont a fait preuve l’AMISOM en ripostant à cette attaque.

Les membres du Conseil ont réaffirmé que le terrorisme, sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, constitue une des menaces les plus graves contre la paix et la sécurité internationales et que tous les actes de terrorisme sont criminels et injustifiables, quels qu’en soient les motivations, le moment et les auteurs.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur volonté de lutter contre toutes les formes de terrorisme, conformément aux responsabilités que la Charte des Nations Unies a assignées au Conseil.

Les membres du Conseil ont souligné qu’il fallait traduire en justice les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes de terrorisme inqualifiables, ainsi que ceux qui les ont financés, et ont demandé instamment à tous les États, agissant conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international et de ses résolutions pertinentes, de coopérer activement avec les autorités somaliennes à cette fin.

Les membres du Conseil ont rappelé aux États qu’ils doivent veiller à ce que toutes les mesures qu’ils prennent pour lutter contre le terrorisme soient conformes à toutes les obligations que leur impose le droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire.

Les membres du Conseil ont souligné que ni cet acte, ni un quelconque autre acte insensé de terrorisme en Somalie n’entamerait leur volonté d’y accompagner le processus de paix et de réconciliation.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.