Imprimer
SC/11944
25 juin 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur la situation au Yémen

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Ramlan Bin Ibrahim (Malaisie):

Les membres du Conseil de sécurité ont pris acte et se sont félicités des efforts extraordinaires déployés par l’Organisation des Nations Unies, et en particulier par le Secrétaire général et son Envoyé spécial pour le Yémen, aux fins de l’organisation des consultations sur le Yémen qui se sont tenues à Genève, et ont réaffirmé leur soutien à l’action menée par l’Envoyé spécial.  Ils ont favorablement accueilli l’exposé dans lequel celui-ci a présenté au Conseil un projet de principes visant à faire avancer les consultations facilitées par l’Organisation et ont vivement engagé les parties à examiner ce projet plus avant dans le cadre du dialogue qu’elles entretiennent avec l’ONU et avec l’Envoyé spécial.

Les membres du Conseil ont rappelé les résolutions 2014 (2011), 2051 (2012), 2140 (2014), 2201 (2015) et 2216 (2015) du Conseil, réaffirmant la nécessité de mener un processus de transition pacifique, ordonné et sans exclusive conduit par les Yéménites.  Ils ont de nouveau demandé que les résolutions pertinentes du Conseil soient pleinement appliquées et ont une fois encore prié toutes les parties yéménites de reprendre les consultations politiques sans exclusive menées sous l’égide de l’ONU et de les faire avancer plus rapidement, comme le Conseil l’avait déjà fait dans sa résolution 2216 (2015).

Les membres du Conseil ont de nouveau demandé à toutes les parties yéménites de reprendre les négociations en toute bonne foi et sans conditions préalables, et notamment de choisir la voie du dialogue et de la concertation pour régler leurs différends, de renoncer à recourir à la violence à des fins politiques et de s’abstenir de toute provocation et de toute mesure unilatérale de nature à compromettre la transition politique.  Ils ont fermement condamné tous les actes de violence et toutes les tentatives et menaces de violence visant à intimider les participants aux consultations menées sous les auspices de l’ONU, soulignant que pareils actes étaient inacceptables.  Ils ont insisté sur le fait que le dialogue politique sans exclusive mené sous l’égide de l’Organisation devait être dirigé par les Yéménites eux-mêmes, l’objectif étant de parvenir à une solution politique consensuelle à la crise au Yémen qui soit conforme à l’Initiative du Conseil de coopération du Golfe et à son Mécanisme de mise en œuvre, aux décisions issues de la Conférence de dialogue national sans exclusive et aux résolutions pertinentes du Conseil.

Les membres du Conseil se sont déclarés vivement préoccupés par la détérioration de la situation humanitaire au Yémen, et notamment par le risque de famine.  Ils se sont félicités de l’appel lancé par l’Organisation pour mobiliser une aide humanitaire de 1,6 milliard de dollars.  Constatant cependant qu’il n’était pour l’instant financé qu’à hauteur de 10 %, ils ont engagé la communauté internationale à verser des contributions.

Les membres du Conseil ont de nouveau prié le Secrétaire général de redoubler d’efforts en vue de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire partout où elle est nécessaire.  En outre, constatant que la situation humanitaire au Yémen continuait de se détériorer, ils ont soutenu l’appel lancé par le Secrétaire général en faveur d’une nouvelle pause humanitaire qui permettrait d’apporter d’urgence à la population yéménite l’assistance vitale dont elle a besoin.  Ils ont également souligné que, le Yémen et ses habitants étant fortement tributaires des importations de denrées alimentaires et de carburants, il était impératif, pour des raisons humanitaires, de permettre l’entrée de fournitures commerciales dans le pays.

Les membres du Conseil ont instamment prié toutes les parties de faciliter l’acheminement immédiat d’une aide humanitaire dans toutes les régions du Yémen et de permettre aux acteurs humanitaires d’accéder rapidement, sans entrave et en toute sécurité aux populations qui requièrent une assistance, y compris médicale.  Ils ont engagé toutes les parties à respecter le droit international humanitaire, et notamment à prendre toutes les précautions possibles pour limiter au minimum les dommages causés aux civils et aux biens de caractère civil, et à s’employer d’urgence, avec l’Organisation des Nations Unies et les organismes d’aide humanitaire, à faire parvenir des secours à ceux qui en ont besoin.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur ferme attachement à l’unité, à la souveraineté, à l’indépendance et à l’intégrité territoriale du Yémen et leur détermination à soutenir le peuple yéménite.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.