Imprimer
SC/11903
22 mai 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur l’attentat terroriste perpétré en Arabie saoudite

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de mai, Mme Raimonda Murmokaitė (Lituanie):

Les membres du Conseil de sécurité ont condamné dans les termes les plus vigoureux les attentats terroristes revendiqués par l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL/Daech) perpétrés le 22 mai 2015, dans une mosquée de Qatif, en Arabie Saoudite, lesquels ont causé la mort d’au moins 21 personnes.

Ils ont exprimé leur profonde sympathie et leurs condoléances aux familles des victimes de cet acte odieux ainsi qu’au Gouvernement d’Arabie saoudite.

Ils ont souligné à nouveau qu’il fallait vaincre l’EIIL et en finir avec l’intolérance, la violence et la haine qu’il véhicule.  Ils ont en outre affirmé que loin de les intimider, ces actes de barbarie que continuait de perpétrer l’EIIL ne faisaient que renforcer leur détermination à appeler les gouvernements et les institutions, en particulier ceux des régions les plus touchées, à unir leurs efforts pour combattre l’EIIL, les groupes qui lui ont prêté allégeance, les entités d’Ansar el-Charia et les autres personnes, groupes, entreprises et entités associées à Al-Qaida, comme l’a affirmé le Conseil dans ses résolutions 2170 (2014), 2199 (2015) et 2214 (2015).

Ils ont mis en avant la nécessité de traduire en justice les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes de terrorisme inqualifiables et ceux qui les ont financés, et demandé instamment à tous les États, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de coopérer activement avec les autorités saoudiennes à cette fin.

Ils ont réaffirmé qu’il fallait lutter par tous les moyens, dans le respect de la Charte des Nations Unies, contre les menaces contre la paix et la sécurité internationales que constituent les actes de terrorisme, et que tout acte de terrorisme est un crime injustifiable, quels qu’en soient les motifs, le lieu, l’époque et l’auteur.  Les membres du Conseil ont rappelé aux États qu’ils devaient veiller à ce que toutes les mesures qu’ils prenaient pour combattre le terrorisme soient conformes à leurs obligations au regard du droit international, en particulier du droit international des droits de l’homme, du droit international des réfugiés et du droit international humanitaire.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.