Imprimer
SC/11879-AFR/3128
1 mai 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur le Mali

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois de mai, Mme Raimonda Murmokaitė (Lituanie):

Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés profondément préoccupés par l’explosion de violence qui a lieu au Mali depuis le 27 avril 2015, compromettant le processus de paix.  Ils ont exigé que les hostilités cessent immédiatement.

Les membres du Conseil ont exhorté les parties à prouver leur attachement au processus de paix et à respecter les obligations qui leur incombent en vertu de l’accord de cessez-le-feu du 23 mai 2014 ainsi que des déclarations de cessation des hostilités du 24 juillet 2014 et du 19 février 2015.

Les membres du Conseil ont déclaré que les attaques perpétrées depuis le 27 avril 2015, notamment à Ménaka, Goundam et Léré, violaient le cessez-le-feu.  Ils ont rappelé la déclaration faite par leur Président le 6 février 2015 (S/PRST/2015/5), ainsi que la déclaration qu’ils ont faite à la presse le 10 avril 2015, dans laquelle ils se déclaraient prêts à envisager des sanctions ciblées contre ceux qui reprenaient les hostilités et violaient le cessez-le-feu. À ce propos, ils ont dit qu’ils examineraient les prochaines mesures à prendre à la lumière de ces violations et des événements sur le terrain.

Les membres du Conseil ont répété qu’ils encourageaient totalement le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Mali, M. Mongi Hamdi, ainsi que la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, à collaborer avec toutes les parties en vue d’apaiser les tensions et de poursuivre le dialogue.

Les membres du Conseil ont instamment prié les parties, y compris les groupes armés de la Coordination, à respecter le processus de paix dans lequel elles s’étaient engagées.  Ils les ont encouragées à poursuivre le dialogue de manière constructive, en faisant preuve d’une volonté politique inébranlable et de bonne foi, avec l’appui des membres de l’équipe internationale de médiation, en vue de la signature à Bamako, le 15 mai 2015, du projet d’accord pour la paix et la réconciliation.  À cet égard, ils ont exprimé leur soutien total aux membres de l’équipe internationale de médiation.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.