Imprimer
SC/11870
21 avril 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité au sujet de la tragédie maritime survenue récemment en mer Méditerranée

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, Mme Dina Kawar (Jordanie):

Les membres du Conseil de sécurité ont déploré la tragédie maritime survenue récemment en mer Méditerranée et qui a fait des centaines de victimes, et ont présenté leurs condoléances attristées aux personnes touchées et aux familles.

Les membres du Conseil ont exprimé leur grave préoccupation face à l’intensification récente de la traite de migrants en mer Méditerranée à partir de la côte libyenne et à la mise en danger de vies humaines qui l’accompagne.

Les membres du Conseil se sont inquiétés des risques que représentent pour la stabilité régionale la criminalité transnationale organisée et des activités illicites telles que la traite de migrants; ils ont condamné et déploré ces agissements et ont souligné la nécessité d’amener leurs auteurs à en répondre devant la justice.

Les membres du Conseil ont demandé l’application par tous les États parties du Protocole contre le trafic illicite de migrants par terre, air et mer, additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée.

Les membres du Conseil ont exprimé leur ferme soutien aux pays de la région touchés par la traite de migrants et ont souligné la nécessité de mieux coordonner les initiatives internationales afin d’intensifier l’action mondiale face à ce défi commun et de protéger les migrants vulnérables qui risquent de tomber aux mains de trafiquants d’êtres humains.

Les membres du Conseil ont exhorté tous les États Membres, notamment les pays d’origine et de transit, à s’entraider et à coopérer avec les organisations internationales et régionales, dont l’Organisation internationale pour les migrations, afin de réduire les flux de migration clandestine et de démanteler les réseaux de traite d’êtres humains dans la région.

À cet égard, les membres du Conseil ont exhorté tous les États à honorer les obligations qui leur incombent en vertu du droit international, y compris le droit international des droits de l’homme, le droit international humanitaire et le doit international des réfugiés.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.