Imprimer
SC/11850-AFR/3104
3 avril 2015

Déclaration à la presse faite par le Conseil de sécurité sur l’attaque perpétrée par les Chabab à Garissa (Kenya)

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, Mme Dina Kawar (Jordanie):

Les membres du Conseil de sécurité sont scandalisés par l’attaque terroriste perpétrée par les Chabab à Garissa (Kenya), qu’ils ont condamnée avec la plus grande fermeté.  Les membres du Conseil ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement kényans, et souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

Les membres du Conseil ont rendu hommage au Kenya pour son engagement dans la lutte contre le terrorisme.  Ils ont notamment salué le rôle qu’il joue dans la lutte contre les Chabab au sein de la Mission de l’Union africaine en Somalie (AMISOM).

Les membres du Conseil ont réaffirmé que le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations constituait l’une des menaces les plus graves pour la paix et la sécurité internationales, et que tout acte de terrorisme était un crime injustifiable, quels qu’en soient les motivations, le lieu, l’époque et les auteurs.

Les membres du Conseil ont réaffirmé leur détermination à lutter contre toutes les formes de terrorisme, conformément aux responsabilités que leur confère la Charte des Nations Unies.

Les membres du Conseil ont souligné qu’il fallait traduire en justice les auteurs, organisateurs, commanditaires et instigateurs de ces actes terroristes condamnables et exhorté tous les États à coopérer activement avec les autorités kényanes à cette fin, comme ils y sont tenus par le droit international et les résolutions du Conseil.

Les membres du Conseil ont rappelé aux États qu’ils devaient veiller à ce que toutes les mesures prises pour combattre le terrorisme soient conformes à leurs obligations au regard du droit international, en particulier du droit international des droits de l’homme, du droit international des réfugiés et du droit international humanitaire.

Les membres du Conseil ont marqué leur solidarité avec le peuple et le Gouvernement kényans en ces moments difficiles.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.