Assemblée générale: le Président élu de la soixante-dixième session, M. Mogens Lykketoft, du Danemark, choisit pour thème « l’ONU à 70 ans, un nouvel engagement pour l’action »

AG/11654
15 juin 2015
Soixante-neuvième session 94e & 95e séances plénières – après-midi

Assemblée générale: le Président élu de la soixante-dixième session, M. Mogens Lykketoft, du Danemark, choisit pour thème « l’ONU à 70 ans, un nouvel engagement pour l’action »

L’Assemblée générale a élu aujourd’hui par acclamation M. Mogens Lykketoft, du Danemark, pour présider sa soixante-dixième session.  Le Président élu a choisi pour thème d’une session qui s’achève en septembre 2016: « L’ONU à 70 ans, un nouvel engagement pour l’action ».  L’Assemblée a aussi élu ses 21 vice-présidents et composé les bureaux de ses six grandes commissions.

Le Président élu de l’Assemblée générale qui fêtera lui-même ses 70 ans cette année s’est fixé trois priorités.  La première est de faire en sorte que le Sommet de septembre 2015, qui doit adopter un nouveau programme de développement pour l’après-2015, soit l’occasion pour les dirigeants du monde de joindre leurs efforts pour réaliser les nouveaux objectifs dans « un nouvel engagement pour l’action », thème de cette soixante-dixième session.  Comme le Sommet portera sur le développement durable, il est tout à fait naturel que le débat général soit dédié à la commémoration du soixante-dixième anniversaire de l’ONU et qu’il se concentre sur la paix, la sécurité et les droits de l’homme, a estimé le Président élu.

Comme deuxième priorité, il a cité la contribution « efficace et effective » de l’ONU à la paix et à la sécurité internationales et comme troisième priorité, les progrès dans le domaine des droits de l’homme.  Des questions comme la gouvernance, l’état de droit, la promotion de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes, doivent être considérées comme une partie intégrante des progrès dans les autres domaines que sont la paix et la sécurité, et le développement, a insisté le Président élu.

Son prédécesseur, M. Sam Kutesa, de l’Ouganda, l’a chaleureusement félicité avant que le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, ne fasse de même et ne souligne que l’ONU ne pouvait rêver d’un meilleur Président pour sa soixante-dixième session.  C’est un économiste réputé qui a des décennies d’expérience au Parlement.  Comme Ministre des finances et Ministre des affaires étrangères, il a apporté beaucoup dans l’appréhension des défis de notre époque.  Le Président élu, dont l’engagement en faveur du développement est « remarquable », a dit le Secrétaire général, est celui qui a fait en sorte que son pays dépasse « spectaculairement » l’objectif fixé en matière d’aide publique au développement. 

Le multilatéralisme et le travail de l’ONU, la confiance et l’espoir dans les solutions mondiales qu’elle inspire sont aussi essentiels aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a 70 ans et il y a 50 ans, a ajouté le Président élu, « quand j’ai pour la première fois nourri l’espoir et l’idée d’une communauté internationale plus forte, plus engagée et plus coopérative ».  M. Mogens Lykketoft a aussi été félicité par les représentants des cinq groupes régionaux et celui des États-Unis, en tant que pays hôte.

Conformément à la pratique, au cours d’un tirage au sort effectué par le Secrétaire général, Tuvalu occupera le siège à partir duquel seront désignés les autres par ordre alphabétique en anglais. 

DÉCLARATION DU PRÉSIDENT ÉLU DE LA SOIXANTE-DIXIÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

M. MORGENS LYKKETOFT (Danemark), Président élu, a souligné que depuis que le Danemark a signé la Charte des Nations Unies, il y a 70 ans à San Francisco, il fait tout son possible pour réaliser les objectifs énoncés.  Le Danemark a déployé des Casques bleus dès la première mission de l’ONU en 1956 et a depuis près de quatre décennies atteint l’objectif de consacrer 0,7% de son produit intérieur brut (PNB) à l’aide publique au développement (APD).

Fêtant lui-même cette année ses 70 ans, le Président élu a dit vouloir organiser le travail de l’Assemblée générale de manière à pouvoir réfléchir aux succès et aux échecs de 70 premières années de l’ONU, tout en regardant vers l’avenir.  Il a dit avoir choisi comme thème de sa présidence « L’ONU à 70 ans - Un nouvel engagement pour l’action ».

Depuis San Francisco, a poursuivi le Président élu, l’ONU a gagné en universalité et la population mondiale a presque triplé, atteignant les 7 milliards de personnes.  La lutte pour catalyser un développement pacifique et durable et triompher du changement climatique pour tous les 7 milliards d’entre nous est à la fois le défi et la chance de notre vie.

Pour réussir, nous devons nous efforcer de construire un monde plus juste et plus stable, et nous devons tous jouer notre rôle.  Les pays donateurs, a insisté le Président élu, doivent respecter leur engagement en matière d’aide publique au développement.  Dans un monde où 92 des plus grands milliardaires ont plus que la moitié des plus pauvres de l’humanité, toutes les nations doivent intensifier les efforts pour répondre aux besoins du développement. 

Ce qui attend désormais les États Membres, c’est la dernière ligne droite vers un agenda du développement transformateur, centré sur l’homme et universel qui répondre au combat de la vie. 

Le Président élu a indiqué que sa première priorité est de faire en sorte que le Sommet du développement en septembre soit l’occasion pour les dirigeants du monde de joindre leurs efforts pour réaliser les nouveaux objectifs dans « un nouvel engagement pour l’action ».  Comme le Sommet portera sur le développement durable, il est tout à fait naturel que le débat général soit dédié à la commémoration du soixante-dixième anniversaire de l’ONU et qu’il se concentre sur la paix, la sécurité et les droits de l’homme.

La Conférence sur le financement du développement à Addis-Abeba devra donner l’élan et la confiance nécessaires pour mobiliser les engagements et les ressources substantiels dont on a besoin pour les années à venir.  Un document ambitieux de la Conférence de Paris sur les changements climatiques serait le premier test de ces engagements en faveur du développement durable.  Ne ratons pas ce test, a prévenu le Président élu.

Il a cité comme deuxième priorité, la contribution efficace et effective des Nations Unies à la paix et à la sécurité internationales et comme troisième priorité, les progrès dans le domaine des droits de l’homme.  Des questions comme la gouvernance, l’état de droit, la promotion de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes, doivent être considérées comme une partie intégrante des progrès dans les autres domaines que sont la paix et la sécurité, et le développement.

Le Président élu a annoncé qu’il convoquera un nombre limité de réunions de haut niveau en 2016.  En avril, en mai et en juillet 2016, il organisera des manifestations de haut niveau sur la réalisation des objectifs de développement durable, le renforcement de l’ONU dans le maintien de la paix et de la sécurité, et les aspects, droits de l’homme, gouvernance, état de droit et égalité entre les sexes du travail des Nations Unies. 

Le Président a aussi dit son intention de ne convoquer que très peu de réunions d’information, de débats thématiques ou de consultations avec les acteurs non étatiques.  Mon intention, a-t-il assuré, est de mener les travaux de manière ouverte, inclusive et transparente.  Il faut s’attendre au dixième anniversaire du Sommet mondial sur la société de l’information, à l’adoption du budget de l’ONU et à deux sessions extraordinaires sur la drogue et le VIH/sida.

Le multilatéralisme et le travail de l’ONU, la confiance et l’espoir dans les solutions mondiales qu’elle inspire sont aussi essentiels aujourd’hui qu’ils ne l’étaient il y a 70 ans et il y a 50 ans, a ajouté le Président élu, « quand j’ai pour la première fois nourri l’espoir et l’idée d’une communauté internationale plus forte, plus engagée et plus coopérative ».

ÉLECTIONS DES PRÉSIDENTS ET DES BUREAUX DES GRANDES COMMISSIONS POUR LA SOIXANTE-DIXIÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

La Première Commission chargée des questions du désarmement et de sécurité internationale sera présidée M. Karel Van Oosterom, des Pays-Bas, avec M. Abdulaziz Alajmi, du Koweït, et Mme Lachezara Stoeva, de la Bulgarie comme Vice-Présidents.  Le Groupe des États d’Afrique doit encore désigner son candidat à la troisième vice-présidence.  Mme Tasha Young, de Belize, a été élue Rapporteure de la Commission.  La Commission a en outre pris note de son programme de travail révisé (A/C.1/69/CRP.5/Rev.1) pour la soixante-dixième session de l’Assemblée générale.

M. Brian Bowler, du Malawi, a été élu Président de la Quatrième Commission, chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation.  Les Vice-Présidents sont MM. Abdulaziz Aljarralah, du Koweït; Danijel Medan, de la Croatie; et José Eduardo Proano, de l’Équateur.  Mme Clotilde Ferry, de Monaco, est Rapporteure.

La Deuxième Commission, chargée des questions économiques et financières, aura comme Président M. Andrej Logar, de la Slovénie, tandis que les Vice-Présidents seront Mme Enrique Carillo Gomez, du Paraguay; M. Purnomo Ahmad Chandra, de l’Indonésie; et M. Reinhard Krapp, d’Allemagne.  Le Rapporteur de la Commission sera désigné ultérieurement.

La Troisième Commission, chargée des questions sociales, humanitaires et culturelles, sera présidée par M. Omar Hilale, du Maroc, avec comme Vice-Présidents Mme Tamta Kupradze, de Géorgie; M. Shiraz Arif Mohamed, de Guyana; et M. Greg Dempsey, du Canada.  Mme Alele Li, de Singapour a été élue Rapporteure.

La Cinquième Commission, chargée des questions administratives et budgétaires, a élu M. Durga Prasad Bhattarai, du Népal comme Président et MM. Omar Lisandro Castaneda Solares, du Guatemala, Yotem Goren, d’Israël, et Abdallah Bachar Bong, du Tchad, comme Vice-Présidents.  Le poste de Rapporteur qui revient au Groupe des États d’Europe de l’Est sera pourvu ultérieurement.

Avant l’élection, un débat a eu lieu, le représentant de l’Arabie saoudite dénonçant la candidature d’un représentant d’Israël.  Ce dernier a dit avoir bien compris que « le problème n’est lié à la bonne marche de la Commission mais bien à l’existence même d’Israël ».  Le représentant de la Syrie a vu dans cette candidature « une provocation ».  Son homologue de l’Iran a jugé qu’Israël ne devrait pas être récompensé pour son « sombre palmarès de violations du droit international ».   

Enfin, les travaux de la Sixième Commission, chargée des questions juridiques, seront présidés par M. Eden Charles, de Trinité-et-Tobago, avec comme Vice-Présidents M. Boris Holovka, de Serbie; M. Andres Kravik, de Norvège; et Mme Natalie Morris-Sharma, de Singapour.  Le Rapporteur élu est M. Idrees Mohammed Ali Saeed, du Soudan.

L’Assemblée générale a élu ses vingt-et-un vice-présidents: Bénin, Cameroun, Égypte, Érythrée, Mozambique et Togo pour le Groupe des États d’Afrique.  Bahreïn, Kazakhstan, Nauru, République de Corée et Yémen pour le Groupe des États d’Asie.  Le Vice-Président pour le compte du Groupe des États d’Europe orientale est l’Azerbaïdjan, tandis que les trois représentants du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes sont la Colombie, l’Équateur et le Paraguay. 

L’Italie a été élue vice-présidente au nom du Groupe des États d’Europe occidentale et autres États, et les cinq derniers sièges sont attribués comme le veut le règlement aux membres permanents du Conseil de sécurité: Chine, États-Unis, Fédération de Russie, France et Royaume-Uni.

 

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.