Print
AG/11625
5 mars 2015
Soixante-neuvième session, 81e séance – après-midi

L’Assemblée générale « encourage vivement » les États à mettre sur un pied d’égalité l’enseignement de la démocratie et l’éducation civique et en matière de droits de l’homme

Dans une résolution* adoptée ce matin à l’unanimité, l’Assemblée générale a « encouragé vivement » les États à « inscrire l’enseignement de la démocratie, avec l’éducation civique et l’éducation en matière de droits de l’homme, dans leurs normes d’éducation ».  L’Assemblée générale a aussi fixé au 25 septembre 2015, l’ouverture du Sommet consacré à l’adoption du programme de développement pour l’après-2015, et changé le nom de la Conférence sur la réduction des risques de catastrophe.

Dans la résolution sur l’« enseignement de la démocratie », qui a été présentée par la délégation de la Mongolie au nom d’un nombre très élevé de coauteurs, l’Assemblée générale réaffirme le lien fondamental qui unit la gouvernance démocratique, la paix, le développement et la promotion et la protection de tous les droits de l’homme et libertés fondamentales, qui sont intimement liés et se renforcent mutuellement.  Elle prend note de l’initiative « L’éducation avant tout » lancée par le Secrétaire général le 26 septembre 2012, en particulier du troisième domaine prioritaire, qui consiste à favoriser la citoyenneté mondiale.

Elle encourage vivement les États Membres à « inscrire l’enseignement de la démocratie, avec l’éducation civique et l’éducation en matière de droits de l’homme, dans leurs normes d’éducation et à élaborer des programmes ainsi que des activités pédagogiques scolaires et extrascolaires, en vue de promouvoir les valeurs et la gouvernance démocratiques et les droits de l’homme, en tenant compte des méthodes novatrices et des meilleures pratiques, et en vue de favoriser l’autonomisation des citoyens et leur participation à la vie politique et à la prise de décisions à tous les niveaux.

Les organismes, fonds et programmes des Nations Unies doivent fournir les compétences et les moyens nécessaires à l’élaboration de programmes et de supports pédagogiques adaptés dans le domaine de la démocratie.  Aux organisations intergouvernementales, l’Assemblée demande de mettre en commun leur expérience dans le domaine de l’enseignement de la démocratie, notamment de l’éducation civique.

Seule délégation à intervenir, la représentante des États-Unis a salué les efforts menés par le Fonds des Nations Unies pour la démocratie (FNUD) et encouragé les États à y contribuer.  Tout en exprimant son appui à la résolution, elle a regretté la mention du « droit au développement » qui, a-t-elle fait remarquer, n’a pas de définition agréée au niveau international.

Le préambule du texte adopté rappelle en effet la Déclaration du Millénaire, dans laquelle les États Membres se sont engagés à n’épargner aucun effort pour promouvoir le respect de tous les droits de l’homme et libertés fondamentales reconnus sur le plan international, y compris le droit au développement.

L’Assemblée générale a par ailleurs décidé** que le Sommet des Nations Unies consacré à l’adoption du programme de développement pour l’après-2015, tiendra sa séance plénière d’ouverture le vendredi 25 septembre 2015 à 11 heures et son premier dialogue interactif le même jour, entre midi et 15 heures.

Elle a aussi décidé*** que la Conférence sur la réduction des risques de catastrophe, qui se tiendra à Sendai (Japon) du 14 au 18 mars 2015, sera dorénavant nommée « troisième Conférence mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophe ».

L’Assemblée générale a suivi la recommandation de sa Cinquième Commission chargée des questions administratives et budgétaires de nommer Mme Seongmee Yoon de la République de Corée, membre du Comité des contributions, pour un mandat allant du 5 mars 2015 au 31 décembre 2017.

Au Comité d’organisation de la Commission de consolidation de la paix (CCP), l’Assemblée a élu la Colombie, l’Égypte, le Kenya, la Malaisie et le Maroc pour un mandat de deux ans commençant le 1er janvier 2015.

Elle a pris note**** de deux lettres qui lui ont été adressées par les facilitateurs du groupe des plus grands contributeurs aux opérations de maintien de la paix et du groupe des pays fournisseurs de contingents, l’informant que l’Allemagne, le Canada, le Japon, les Pays-Bas et la Suède occuperont leur siège au Comité d’organisation de la CCP pour un mandat de deux ans -2015 et 2016-, de même que le Bangladesh, l’Éthiopie, l’Inde, le Nigéria et le Pakistan, pour la catégorie des pays fournisseurs de contingents.

En début de séance, l’Assemblée générale a pris note du fait que les Îles Marshall avaient suffisamment réduit leurs arriérés de contribution au budget de l’ONU pour recouvrer leur droit de vote, conformément à l’Article 19 de la Charte des Nations Unies.

 

*A/69/L.54;**A/69/L.57;***A/69/L.56;****A/69/634 et A/69/577

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.