Imprimer
CS/11666
24 novembre 2014
7320e séance – après-midi

Conseil de sécurité: la Présidente du Comité des sanctions concernant le Soudan présente les récents travaux du Comité et de son Groupe d’experts

La Présidente du Comité de sanctions concernant le Soudan créé par la résolution 1591 (2005), Mme María Cristina Perceval, a fait, cet après-midi, devant le Conseil de sécurité, un bref exposé sur les activités du Comité au cours de ces trois derniers mois.

Le Comité, a-t-elle indiqué, a reçu le rapport de mi-mandat du Groupe d’experts du Comité, lequel recommande la tenue d’un dialogue avec les États Membres intéressés, en particulier ceux de la région.  Ce dialogue, destiné à déterminer les carences ralentissant l’application des sanctions, a eu lieu le 13 novembre, en présence de représentants auprès des Nations Unies du Soudan, de l’Égypte, de l’Érythrée, du Kenya, de la Libye et du Soudan du Sud, a précisé Mme Perceval.  Au cours des discussions, a-t-elle poursuivi, le représentant soudanais a insisté sur les efforts consentis par son gouvernement pour coopérer davantage avec le Comité et son Groupe d’experts.  Le représentant du Soudan a également évoqué les accords signés par la Libye et le Tchad pour intensifier les opérations conjointes des forces destinées à juguler l’afflux d’armes au Darfour, a ajouté Mme Perceval.  L’un des membres du Comité, qui a salué ce renforcement de la coopération aux frontières, a néanmoins déclaré que la circulation d’armes entre le Gouvernement soudanais et le Darfour restait la principale question, a-t-elle nuancé.

La Présidente du Comité a par ailleurs relevé qu’un autre membre du Comité avait fait observer que sa délégation aurait souhaité, qu’au cours de la discussion, plus d’informations sur les défis rencontrés dans la mise en œuvre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité concernant le Soudan soient partagées.  Les membres ont prôné une mise en œuvre plus rigoureuse des interdictions de voyager, compte tenu des violations signalées à plusieurs reprises par le Groupe d’experts, a encore déclaré Mme Perceval.  Elle a aussi souligné qu’un membre du Comité avait salué la coopération accrue du Soudan avec le Groupe d’experts, tout en notant que les difficultés économiques auxquelles était confronté actuellement ce pays faisaient obstacle à l’application du processus de paix au Darfour.  Mme Perceval a fait remarquer que, de l’avis des autres membres du Comité 1591, le Président du Comité devrait effectuer des visites sur le terrain sur une base régulière.  Tous les régimes de sanctions, a-t-elle rappelé, s’attachent à développer une culture du dialogue.  Le dialogue doit servir de meilleure pratique afin d’établir la plus grande confiance possible  et contribuer ainsi à l’efficacité des travaux des différents comités, a-t-elle insisté. 

Commentant le rapport trimestriel du Groupe d’experts transmis le 13 novembre au Comité, elle a signalé que le Groupe avait maintenu, entre le 13 août et le 4 novembre, une présence continue au Soudan et au Darfour.  Les experts ont effectué de nombreux déplacements au Soudan et au Darfour, mais également dans les pays de la région afin de tenir des discussions et mener les investigations prévues par le mandat du Groupe, a-t-elle précisé.  Ils se sont également entretenus avec les membres du Point focal national soudanais.  Le détail de ces échanges figurera dans le rapport final du Groupe au Conseil de sécurité, qui sera rendu public au plus tard le 17 janvier 2015, a indiqué Mme María Cristina Perceval avant de conclure.

 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.