Print
SG/2244
9 Juillet 2018

Le Secrétaire général de l’ONU et le Président de la Commission de l’Union africaine examinent les progrès dans la coopération entre leurs deux Organisations

Le Président de la Commission de l’Union africaine, M. Moussa Faki, et le Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, ont convoqué, le 9 juillet 2018, la seconde Conférence annuelle UA-ONU au Siège de l’Union africaine (UA), à Addis-Abeba en Éthiopie.

Le Président et le Secrétaire général ont salué la forte collaboration entre l’Union africaine et l’ONU et exprimé leur engagement à renforcer encore le partenariat stratégique entre les deux Organisations.  Ils ont souligné l’importance des organisations multilatérales et du multilatéralisme, comme instrument d’une gouvernance internationale efficace et des solutions aux problèmes du monde.

La seconde Conférence annuelle a passé en revue la mise en œuvre du Cadre conjoint pour un partenariat renforcé en matière de paix et de sécurité et salué les progrès enregistrés.  La Conférence a aussi approuvé le Plan d’action sur le cadre UA-ONU de la mise en œuvre de l’Agenda 2063 et du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

L’UA et l’ONU ont entrepris de renforcer leur collaboration, coopération et coordination dans la recherche de solutions durables aux défis présents et futurs, sur la base des principes de complémentarité, des avantages comparatifs, du partage des tâches et de la responsabilité collective d’agir, avec célérité, cohérence et détermination pour prévenir, gérer et régler les crises.

La Conférence a exprimé sa profonde préoccupation face aux incertitudes changeantes de l’ordre international, les clivages dans les relations internationaux et l’impact négatif de l’état de la paix et de la sécurité dans le monde, notant la nécessité d’adhérer aux normes, principes et règles internationaux.

Le Président et le Secrétaire général ont appelé à un renforcement plus avant de l’approche globale, intégrée et coordonnée de la prévention des conflits, en traitant des causes sous-jacentes de ces conflits et en améliorant les processus politiques, ainsi qu’au respect de l’état de droit et à la promotion d’un développement durable et inclusif.

La Conférence a également passé en revue les défis de la paix, de la sécurité et du développement sur le continent, y compris au Burundi, en République centrafricaine, dans le bassin du lac Tchad, aux Comores, en République démocratique du Congo, à Madagascar, au Mali et au Sahel, en Somalie et au Soudan du Sud et a convenu de renforcer collectivement l’appui, en coopération étroite avec les Communautés économiques régionales, à la paix, à la sécurité, au développement et aux initiatives de stabilisation dans ces pays, tout en coopérant plus étroitement, en particulier dans les processus politiques.  La Conférence a lancé un appel urgent à une action robuste de la communauté internationale pour atténuer les crises humanitaires, les risques et la vulnérabilité des communautés affectées.  Elle a salué le dialogue en cours sur la mise en œuvre du Plan d’appui au Sahel développé dans le cadre de la révision de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel et des échanges sur les efforts de l’UA au Sahel, dont les efforts en cours pour revoir sa stratégie.

Le Président de la Commission a informé le Secrétaire général des décisions importantes que l’Assemblée de l’Union africaine a adopté, à sa session ordinaire à Nouakchott, sur les conflits au Sahara occidental et en Libye.  Comme mesure de suivi, ces décisions seront officiellement transmises au Secrétaire général et à travers lui, au Conseil de sécurité des Nations Unies.  L’UA attend avec impatience de travailler étroitement avec l’ONU sur ces deux questions.

Le Président et le Secrétaire général ont rendu hommage aux pays contributeurs de troupes et d’effectifs de police ainsi que qu’aux soldats de la paix de l’UA et de l’ONU pour leur sacrifice et leur engagement jamais démenti en faveur de la paix sur le continent.  Ils ont aussi discuté de l’initiative Action pour le maintien de la paix qui vise à hisser les opérations de maintien de la paix à la hauteur des défis actuels, y compris sur le continent africain, en renforçant collectivement les opérations sur le terrain et en renouvelant l’engagement politique en faveur du maintien de la paix.  Ils ont en outre salué les efforts pour harmoniser les positions politiques des deux Organisations dans les pays où des missions de maintien de la paix sont déployées, comme en atteste la visite conjointe que viennent d’effectuer le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien et le Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine au Soudan et en République centrafricaine.

Le Président et le Secrétaire général ont renouvelé leur engagement en faveur d’un financement prévisible, durable et flexible des opérations d’appui à la paix de l’Union africaine autorisées par le Conseil de sécurité des Nations Unies.  Ils ont d’autre part salué les progrès réels réalisés dans la revitalisation du Fonds pour la paix de l’Union africaine et les efforts en cours pour établir sa gouvernance et sa structure de gestion, et convenu de maintenir un engagement politique de haut niveau et de poursuivre la question du financement de ces Opérations par les quotes-parts des États Membres des Nations Unies.  À cet égard, il a été convenu de continuer le travail en cours conformément aux résolutions 2230 (2016) et 2378 (2017).

La Conférence annuelle a discuté de la nécessité de promouvoir une synergie entre le Programme 2030 et l’Agence 2063, par leur intégration cohérente dans les cadres nationaux de développement et par le renforcement des capacités requises de recherche, d’analyse, de suivi et d’évaluation, tant aux niveaux national que régional.  À cet égard, la réunion a souligné le rôle critique du Mécanisme régional de coordination pour l’Afrique et du Mécanisme africain d’examen par les pairs et lancé un appel urgent à tous les partenaires internationaux pour qu’ils appuient les efforts de l’Afrique dans la mise en œuvre des deux Programmes, comme condition préalable à la réalisation de la paix, de la sécurité et du développement sur le continent. 

La Conférence annuelle a passé en revue les progrès dans les processus de réforme institutionnelle des deux Organisations visant à renforcer l’efficacité et la réactivité aux besoins et aspirations des États membres et à veiller à ce que les deux Organisations soient à la hauteur de leurs tâches et aient les bonnes capacités pour relever les défis actuels.  La réunion a convenu de continuer à partager expériences et pratiques exemplaires, y compris par l’échange et la formation des personnels pour appuyer les deux processus de réforme.

Le Président et le Secrétaire général ont informé le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine de la coopération dans les missions de maintien de la paix en Afrique.

Le Président et le Secrétaire général ont convenu de convoquer la prochaine Conférence annuelle UA-ONU en 2019 à New York.  Ils ont aussi convenu de se rencontrer en marge de l’Assemblée générale et du Sommet de l’Union africaine, pour évaluer les progrès dans le partenariat entre les deux Organisations.

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.