Imprimer
AG/11911
27 avril 2017
Soixante et onzième session 79e séance plénière - matin

L’Assemblée générale adopte le Plan stratégique sur les forêts (2017-2030) et proclame le 21 avril journée mondiale de la créativité et de l’innovation

L’Assemblée générale a adopté aujourd’hui le Plan stratégique des Nations Unies sur les forêts (2017-2030)* qui offre un cadre global d’action pour assurer une gestion durable de tous les types de forêts et d’arbres en général, et pour mettre un terme à la déforestation et à la dégradation des forêts.  L’Assemblée a aussi proclamé le 21 avril, Journée mondiale de la créativité et de l’innovation**.

Le Plan stratégique des Nations Unies sur les forêts (2017-2030) avait déjà été adopté, le 20 janvier dernier, par le Conseil économique et social (ECOSOC), sur recommandation du Forum des Nations Unies sur les forêts.  Salué comme « une étape essentielle » par le Président du bureau du Forum et représentant du Canada, le Plan stratégique repose sur six objectifs et 26 cibles, à atteindre d’ici à 2030. 

Les objectifs sont de mettre fin à la réduction du couvert forestier par une gestion forestière durable; de renforcer les avantages économiques, sociaux et écologiques dérivés des forêts; d’accroître sensiblement la superficie des forêts protégées et celle des forêts gérées de façon durable; de mobiliser des ressources financières sensiblement plus importantes, en vue de la mise en œuvre d’une gestion durable des forêts; de promouvoir des cadres de gouvernance pour une gestion forestière durable; et de renforcer la coopération, la coordination, la cohérence et les synergies en ce qui concerne les questions touchant aux forêts.

Les objectifs et leurs cibles sont directement liés à ceux du Programme de développement durable à l’horizon 2030, notamment l’objectif 15 intitulé « Gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la diversité ».

Les forêts couvrent plus de 30% de la surface terrestre, soit près de quatre milliards d’hectares, et sont essentielles au bien-être de l’homme, au développement durable et à la bonne santé de notre planète.  On estime qu’environ 1,6 milliard de personnes, soit 25% de la population mondiale, dépendent des forêts, qui constituent un moyen de subsistance, un bassin d’emplois et une source de revenus.

Le Vice-Ministre de l’administration des forêts de la Chine, qui accueillera en septembre prochain la treizième Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (COP13), s’est félicité de cette résolution « historique ».  Les forêts ont des fonctions écologiques, économiques et sociales qui font d’elles « l’élément principal de l’écosystème terrestre », s’est-il expliqué, soulignant que son gouvernement accorde beaucoup d’importance à la gestion durable des forêts, à l’eau et aux montagnes, qui sont « aussi précieuses que l’or et l’argent ». 

Grâce à sa politique verte, le couvert forestier en Chine est passé de 13,92% en 1992 à 21,66% aujourd’hui.  Préconisant un mécanisme de financement renforcé, le Vice-Ministre a souhaité que les pays annoncent des contributions volontaires conformes à leur situation spécifique.

Le caractère « volontaire » des dispositions du Plan stratégique a été particulièrement mis en avant par le représentant des États-Unis.  « Les actions envisagées n’ont pas pour but de modifier les obligations découlant du droit international », a-t-il argué.  Estimant que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) est le forum adéquat pour traiter des questions commerciales, il a insisté sur le fait que le Plan stratégique ne constitue en rien un engagement d’assurer des débouchés aux produits et services forestiers.  Le représentant s’est aussi dissocié des références au transfert de technologies.

« L’avenir de nos forêts et de notre planète dépendra du travail que nous accomplirons », a conclu le représentant du Canada.  Peu d’attributs relatifs à la performance humaine ont autant d’impact sur nos vies et notre monde que la créativité, a déclaré la représentante de Saint-Vincent-et-les Grenadines, en passant à la résolution sur la « Journée mondiale de la créativité et de l’innovation ».

Constatant que les citoyens et les organisations de plus de 50 pays dans le monde marquent déjà la Journée mondiale de la créativité et de l’innovation, célébrée pour la première fois le 21 avril 2002, l’Assemblée invite, dans ce texte, tous les États Membres, les organismes des Nations Unies et les autres organisations internationales et régionales, ainsi que la société civile, à célébrer cette Journée « afin de mieux faire connaître le rôle de la créativité et de l’innovation dans l’analyse des problèmes et, ce faisant, dans le développement économique, social et durable ».

La prochaine réunion de l’Assemblée générale sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.

*A/71/L.63, E/2017/10 et A/71/L.64

**A/71/L.61/Rev.1

À l’intention des organes d’information • Document non officiel.