POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DE LA PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 9 FÉVRIER 2009

Point de presse
9 février 2009

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DE LA PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 9 FÉVRIER 2009

09/02/2009
Communiqué de presse
Point de presse
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DE LA PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 9 FÉVRIER 2009


(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous les principaux points évoqués par Michèle Montas, Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Les invités du Point de presse étaient aujourd’hui, Radhika Coomaraswamy,Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés, qui vient d’achever une visite dans le sud d’Israël et dans le Territoire palestinien occupé, ainsi que John Ging, le Directeur des opérations de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) à Gaza, qui s’adressait à la presse par vidéoconférence.


UNRWA


L’UNRWA a indiqué, aujourd’hui, que les autorités du Hamas dans la bande de Gaza avaient restitué à l’Office la totalité de l’aide qu’elles avaient saisie la semaine dernière.  En conséquence, l’Office peut maintenant lever la suspension de ses importations d’aide humanitaire.


La distribution de denrées alimentaires par l’UNRWA aux 900 000 réfugiés continue cependant d'être compromise par le refus d’Israël de laisser entrer le matériel nécessaire pour les sacs en plastique dans la bande de Gaza.  Pendant ce temps, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) vient de publier les résultats d’une enquête, qui montrent que les récents combats ont eu un fort impact économique, social et psychologique sur la vie des habitants de Gaza.  Près des deux tiers des ménages interrogés ont indiqué qu’ils avaient besoin d'aide, précisant que le besoin d’une aide psychologique constituait une priorité absolue, avant l'emploi, le logement, le soutien financier et les soins médicaux.


En ce qui concerne les enfants, l’enquête a révélé que ceux-ci montraient des signes de stress, tels que l’énurésie, des cauchemars, des comportements agressifs et de l’anxiété.


Conseil de sécurité


Le Secrétaire général devrait se réunir avec les membres du Conseil de sécurité à 3 h 30 cet après-midi, dans le cadre de consultations privées, pour les informer des récents voyages qu’il a effectués.  Pendant ces deux dernières semaines, il a assisté au Sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba et a visité, au cours des différentes étapes, les Missions des Nations Unies en Afghanistan et en Iraq.


Plus tôt ce matin, le Conseil de sécurité a tenu une séance publique sur la Sierra Leone.  Le Représentant exécutif du Secrétaire général, Michael von der Schulenberg, a présenté le premier rapport du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix dans ce pays (BINUCSIL), en déclarant que la Sierra Leone avait fait des progrès considérables ces dernières années.  Il a aussi dit que la consolidation de la paix en Sierra Leone aura besoin d’un soutien politique et financier de la part de la communauté internationale.


Sri Lanka


Les Nations Unies au Sri Lanka condamnent, aujourd’hui, l’attaque-suicide commise contre un centre d'enregistrement des personnes déplacées qui fuient la zone de conflit.  L’attaque a tué et blessé de nombreux civils, y compris des enfants, qui avaient déjà été contraints de quitter leurs foyers en raison des combats.


Réaffirmant qu’il faut faire une distinction entre les civils et les combattants et protéger les civils des combats, l’ONU demande une fois encore aux Tigres de libération de l’Eelam tamoul, connu sous l’acronyme de LTTE, de séparer ses forces des civils placés sous son contrôle.  Pendant ce temps, le nombre de personnes qui quittent la zone de conflit, où l’ONU a indiqué qu’il n’existait aucun lieu sûr, a continué d’augmenter au cours du week-end.  Le nombre s’élève à présent à 15 000, ce qui signifie que la grande majorité des habitants de la zone s’y trouvent encore.  Le nombre de morts et de blessés demeure également élevé. 


Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué que six nouveaux sites de transit pour les personnes ayant quitté les lieux de combats avaient été mis en place à Vavuniya, ces trois derniers jours, tandis que l’ONU est en train d’évaluer l’établissement de trois autres sites provisoires.  L’Organisation des Nations Unies fournit à la fois des abris et des produits non alimentaires pour les personnes déplacées qui ont fui les combats, mais elle n’est pas en mesure de fournir plus d’aide dans la zone du conflit.


Madagascar


Le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques, Haile Menkerios, est aujourd’hui à Madagascar, où il a rencontré, dans la capitale, le Président Marc Ravalomanana et l’ancien maire Andry Rajoelina.  Les deux parties ont déploré les pertes en vies humaines et ont décidé de mettre un terme à la violence.  Elles ont déclaré qu'elles étaient déterminées à engager un dialogue sous l'égide de l’ONU et à résoudre leurs différends de manière pacifique.  M. Menkerios consulte toutes les parties prenantes et examine comment l’ONU peut apporter son aide à ce processus de dialogue et contribuer à la réconciliation nationale.


Hier, le Secrétaire général a fait une déclaration sur les évènements tragiques de samedi, au cours desquels au moins 25 personnes auraient été tuées et des dizaines d’autres blessées.  Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déploré les violences et le manque de retenue de toutes les parties, qui ont conduit à cette tragédie, et a prié les autorités de Madagascar de poursuivre en justice les responsables de ces événements tragiques.  Il a également appelé toutes les parties concernées à résoudre leurs différends par des moyens pacifiques et démocratiques et par l’exercice responsable de leur leadership.


Darfour


L’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) indique que, plus tôt dans la journée, un hélicoptère Mi-8 de la MINUAD avait été la cible d’assaillants non identifiés, à environ 70 kilomètres au sud-ouest d’El Fasher, durant une mission d’approvisionnement alimentaire.  Aucune victime n’a été enregistrée, et l’appareil est retourné à El Fasher en toute sécurité.


Une inspection technique effectuée après l’atterrissage de l’avion a montré que l’écran de l’aile de l’avion avait été gravement endommagé.  La MINUAD procède actuellement à une enquête sur l’incident.


Pendant ce temps, la MINUAD signale, également aujourd’hui, la progression continue des déplacements, après les récents combats dans Muhajariya, au sud du Darfour.


Les chiffres doivent encore être vérifiés en attendant un éventuel accès, mais un nombre significatif de personnes sont arrivées dans les villages et les camps situés au Nord et au Sud-Darfour.


Le général Martin Luther Agwai, commandant de la Force de la MINUAD, a effectué une visite d'une journée à Muhajeriya, afin d’évaluer la situation après les affrontements entre les Forces gouvernementales soudanaises et le Mouvement pour la justice et l’égalité (MJE). 


Les institutions humanitaires y ont trouvé des personnes qui avaient désespérément besoin de nourriture, de médicaments et d’eau.  Ces institutions sont préoccupées par le fait que les 89 000 personnes dans le besoin se trouvant à Muhajariya et dans les environs n’ont pas encore reçu de rations alimentaires.


Sud-Soudan


Les organisations humanitaires continuent à faire face au nombre croissant de personnes déplacées à la suite des attaques de l’Armée de résistancedu Seigneur (LRA) dans les régions Ouest-Équateur et Centre-Équateur du Sud-Soudan. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires, les attaques ont causé des pertes en vies humaines, la destruction de biens et le déplacement de milliers de personnes dans la région.  Le nombre de personnes déplacées a dépassé les 40 000, et les institutions humanitaires tentent de répondre à leurs besoins, précise l’OCHA.


République démocratique du Congo


Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, John Holmes, continue sa mission en République démocratique du Congo.  Aujourd’hui, il s’est rendu dans les villes de Dungu et Doruma et dans la province du Haut Uele.  Cette région a été le théâtre d’attaques meurtrières répétées de la part de l’Armée de résistance du Seigneur contre les civils.  Plusieurs centaines de personnes ont été tuées durant ces raids, et les rebelles ougandais ont également enlevé des centaines d’enfants pour les enrôler dans leurs effectifs.


Sur place, M. Holmes a discuté des conditions de vies locales avec les personnes déplacées.  Il a rencontré des victimes des attaques perpétrées par la LRA.  Il a évalué la réponse humanitaire à la crise, y compris les questions d’accès aux civils et de leur protection.  Avant de quitter la région, M. Holmes a réitéré sa condamnation des atrocités commises par la LRA.  Il a également demandé aux autorités régionales et à la Mission des Nations Unies en RDC (MONUC) de poursuivre leurs efforts visant à accorder la priorité à la protection des civils dans l’est du Congo.  Le Secrétaire général adjoint est maintenant en route pour Kinshasa, où il a l’intention de rencontrer des responsables gouvernementaux, des diplomates étrangers et l’Équipe de pays des Nations Unies.  Il achèvera sa mission demain.


Afghanistan


Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, poursuit sa visite en Afghanistan.  Il a déclaré, aujourd’hui, à la presse que l’ONU s’efforçait de faire en sorte que les prochaines élections dans ce pays se déroulent selon le calendrier établi, de façon juste et transparente.  M. Le Roy a noté les progrès réalisés par l’Afghanistan dans les domaines de la santé, de l’éducation, du déminage et du renforcement des forces armées et de police.  La présence des Nations Unies en Afghanistan, a-t-il dit, s’inscrit dans le long terme, pour aider à soutenir durablement ces réalisations dans l’avenir.


Pakistan - Vallée de Swat


Les Nations Unies, qui participent à l’action humanitaire plus large, ont commencé à fournir une aide à plus de 2 000 familles déplacées en raison des opérations militaires en cours dans la vallée de Swat.


L’aide apportée aux populations déplacées par le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance), le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), consiste notamment en une aide alimentaire, des équipements d’hébergement, des vêtements, des ustensiles de cuisine ainsi que de l’eau et des fournitures sanitaires.


Douze camions transportant de l’aide alimentaire et non alimentaire, ont quitté Peshawar samedi matin et sont arrivés aux abords de la vallée de Swat pendant le week-end.


Des milliers de familles ont quitté la vallée de Swat, où l’armée pakistanaise a lancé une opération militaire contre les militants.  En raison de l’intensification des combats au cours de ces dernières semaines, on estime que plus de la moitié de la population locale, qui compte 1,8 million de personnes, a été sévèrement touchée.


Pakistan


Dans un communiqué de presse, disponible au Bureau du Porte-parole, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés exprime son inquiétude quant au sort de son représentant, John Solecki, à Quetta, au Pakistan.  Les Nations Unies cherchent à obtenir plus de renseignements sur un groupe du nom de « Balochistan Liberation United Front », qui a affirmé samedi dernier, par le biais des médias locaux, qu’il détenait M. Solecki.


Le HCR explique que l’approvisionnement de l’aide humanitaire vitale dans la région volatile de l’ouest du Pakistan est directement affecté par les circonstances peu claires de cet enlèvement, dans la mesure où le personnel des Nations Unies sur place doit désormais prendre plus de précautions en matière de sécurité.


Fidji


Un communiqué de presse concernant l’envoi à Fidji d’une équipe technique conjointe des Nations Unies et du Commonwealth, du 9 au 14 février, est disponible au Bureau du Porte-parole.  Ceci fait suite à la décision des deux organisations qui ont accepté de jouer un rôle de médiation dans le dialogue politique.  Cette équipe technique, en consultation avec le Gouvernement intérimaire et les autres parties prenantes, fixera les modalités de l’intervention des Nations Unies et du Commonwealth, en tant que médiateurs conjoints d’un processus de dialogue politique indépendant, inclusif et délimité dans le temps.


Pendant leur séjour à Suva, les membres de l’équipe technique rencontreront un grand nombre des parties concernées aux niveaux national, régional et international.


Discours du Secrétaire général à la Réunion de la CARICOM


À l’ouverture, ce matin, de la cinquième Réunion générale des Nations Unies et de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le Secrétaire général a déclaré que la région des Caraïbes dispose à la fois de ressources naturelles importantes et de solides bases démocratiques dans beaucoup de pays.  Ce constat est néanmoins fortement contrasté par certains graves problèmes de la région, notamment les trafics illicites de stupéfiants et de petites armes pour lesquels les pays de la région servent de points de transit.  Ces activités engendrent une criminalité violente.


Le Secrétaire général a souligné que le renforcement de la coopération entre la CARICOM et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) constituera un élément important dans les efforts de la région pour faire face à ce problème.  Il a également ajouté que les Nations Unies étaient engagées à appuyer les efforts de la CARICOM visant à renforcer les institutions des droits de l’homme et à mettre en œuvre les dispositions de la Charte de la société civile.


Haiti


La Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) estime qu’il est essentiel que tous les efforts soient déployés pour garantir que les élections à venir soient transparentes et inclusives.  Elle rappelle qu’elle a un mandat en matière d’assistance électorale, qui comprend notamment l’appui logistique et sécuritaire aux autorités haïtiennes.  La Mission se félicite des progrès réalisés à ce stade, notamment le fait que le Conseil électoral provisoire ait permis à 33 partis de participer au processus.  Cependant, suite à la publication par le Sénat de la liste des candidats certifiés vendredi dernier, la Mission souligne l’importance de la participation la plus large possible pour garantir la crédibilité du vote et assurer que les résultats soient acceptés par tous.


Dans cet état d’esprit, la Mission demande à toutes les parties concernées de travailler ensemble dans une atmosphère pacifique, ouverte et tolérante.


Langues en voie de disparition


L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) envisage de procéder au lancement d’un atlas des langues qui sont menacées de disparition, la semaine prochaine à Paris.


Cet atlas sera publié pour la première fois comme un outil digital interactif avec des informations actualisées sur plus de 2 500 langues.  Il sera mis gratuitement à la disposition du public à l’échelle mondiale.


Conférences de presse de demain


Demain, à 9 h 30 dans la salle S-226, le Comité de protection des journalistes (CPJ) présentera son rapport annuel intitulé « Attaques de la presse ».  Le Directeur exécutif du CPJ, Joel Simon; le Président du Conseil d’administration du CPJ, Paul Steiger; et le journaliste Carl Bernstein, interviendront au cours de cette conférence de presse organisée par l’UNESCO.


Le Secrétaire général donnera également une conférence de presse à 10 h 30 dans la même salle, concernant ses récents voyages.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.