LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SE PRONONCE POUR LA MISE EN PLACE D’UN SYSTÈME INTERNATIONAL DE GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE PLUS COHÉRENT

SG/SM/10865
2 février 2007

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SE PRONONCE POUR LA MISE EN PLACE D’UN SYSTÈME INTERNATIONAL DE GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE PLUS COHÉRENT

2 février 2007
Secrétaire général
SG/SM/10865
Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SE PRONONCE POUR LA MISE EN PLACE D’UN SYSTÈME INTERNATIONAL DE GOUVERNANCE ENVIRONNEMENTALE PLUS COHÉRENT


On trouvera ci-après le texte intégral du message vidéo adressé par le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, aux participants à la Conférence de Paris pour une gouvernance écologique mondiale, intitulée « Citoyens de la terre », qui s’est tenue les 2 et 3 février 2007:


Je remercie le Président Chirac d’avoir convoqué une conférence internationale sur une question d’importance décisive pour notre avenir commun.


L’environnement se modifie rapidement autour de nous.  L’illustration la plus évidente en est les changements climatiques, qui figurent parmi mes toutes premières priorités en tant que Secrétaire général.  Mais ces changements ne sont pas la seule menace qui pèse sur nous.  De nombreux problèmes se profilent à l’horizon, dont les pénuries d’eau, la dégradation des terres et la disparition d’espèces biologiques.


Ces violences perpétrées contre l’environnement mondial risquent de compromettre les nombreux progrès que la population mondiale a faits au cours des dernières décennies.  Elles sapent notre lutte contre la pauvreté.  Elles pourraient même mettre en péril la paix et la sécurité internationales.


Ces questions transcendent les frontières mais comme la protection de l’environnement mondial dépasse largement les possibilités d’action de chaque pays, seule une action internationale concertée et coordonnée est à la mesure de l’enjeu.  L’Organisation des Nations Unies est toute désignée pour mener cette action.


Je m’engage fermement à faire en sorte que l’ONU aide la communauté internationale à assurer la transition vers un développement durable.  Le Programme des Nations Unies pour l’environnement – qui est l’organisme des Nations Unies chargé de la question – a entrepris de vastes réformes qui doivent lui permettre de relever ce défi.  Les autres organismes des Nations Unies se mobilisent pleinement à cette fin également.  Je compte parvenir à intensifier encore leurs travaux.


Les gouvernements, les entreprises et la société civile ont encore beaucoup à faire.  Le monde a besoin d’un système de gouvernance environnementale internationale plus cohérent.  Il faut que nous investissions davantage dans les technologies vertes et les politiques intelligentes.  Il faut aussi prêter une attention particulière aux besoins des pauvres, qui souffrent déjà de manière disproportionnée de la pollution et des catastrophes.


C’est en tenant compte des ressources naturelles et des écosystèmes que nous pouvons espérer édifier un monde meilleur.  J’attends avec intérêt de travailler avec vous tous pour sauvegarder plus efficacement le patrimoine irremplaçable de notre planète.


*   ***   *

À l’intention des organes d’information • Document non officiel
À l’intention des organes d’information • Document non officiel.