LES MOYENS D’EXISTENCE DE PLUS D’UN MILLIARD DE PERSONNES SONT MENACÉS PAR LA DÉSERTIFICATION, AVERTIT LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

SG/SM/9329-OBV/424
14 juin 2004

LES MOYENS D’EXISTENCE DE PLUS D’UN MILLIARD DE PERSONNES SONT MENACÉS PAR LA DÉSERTIFICATION, AVERTIT LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

14/06/2004
Communiqué de presse
SG/SM/9329
OBV/424


LES MOYENS D’EXISTENCE DE PLUS D’UN MILLIARD DE PERSONNES SONT MENACÉS PAR LA DÉSERTIFICATION, AVERTIT LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL


Vous trouverez ci-après le message du Secrétaire général à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification, le 17 juin 2004:


Cette année, la Journée mondiale de la lutte contre la désertification marque aussi le dixième anniversaire de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, qui joue un rôle prépondérant dans les efforts que déploie la communauté internationale pour éliminer la pauvreté, parvenir à un développement durable et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement.


La Convention est le seul instrument internationalement reconnu et obligatoire qui porte sur le problème de la dégradation des terres dans les zones rurales arides.  Avec 191 États parties, elle est véritablement universelle.  Et grâce à son mécanisme de financement, le Fonds pour l’environnement mondial, elle permet de mobiliser des ressources ô combien nécessaires en faveur de projets de lutte contre la désertification, en particulier en Afrique.


La désertification pose des risques évidents, et graves.  Elle entame la fertilité des sols, qui dans certaines régions perdent jusqu’à 50% de leur productivité.  Elle contribue à l’insécurité alimentaire, à la faim et à la pauvreté et peut susciter des tensions sociales, économiques et politiques qui, à leur tour, entraînent des conflits et une aggravation de la pauvreté et de la dégradation des sols.  D’après les estimations actuelles, les moyens de subsistance de plus d’un milliard de personnes sont compromis par la désertification et, par conséquent, 135 millions de personnes risquent de devoir abandonner leurs terres.  Les pauvres des régions rurales sont particulièrement vulnérables, surtout dans le monde en développement.  Consciente qu’il faut d’urgence s’attaquer aux vastes ramifications du problème, l’Assemblée générale a décidé que 2006 serait l’Année internationale des déserts et de la désertification.


En ce dixième anniversaire de l’adoption de la Convention, je félicite toutes les parties prenantes pour ce qu’elles ont accompli jusqu’ici et les encourage à confirmer et à affermir encore leur engagement.  Je compte bien continuer à coopérer avec les gouvernements, la société civile, le secteur privé, les organisations internationales et d’autres afin d’appeler l’attention sur cette question d’importance cruciale et de veiller à ce que chaque jour, quelque chose soit fait pour renverser la tendance de la désertification et mettre notre planète sur la voie d’un développement plus sûr et plus durable. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel.