DES BOURSES SE JOIGNENT AU PACTE MONDIAL ET DES SOCIÉTÉS D’INVESTISSEMENT ÉTABLISSENT UN LIEN ENTRE FINANCES, ENVIRONNEMENT, SOCIAL ET GOUVERNANCE

ECO/68
24 juin 2004

DES BOURSES SE JOIGNENT AU PACTE MONDIAL ET DES SOCIÉTÉS D’INVESTISSEMENT ÉTABLISSENT UN LIEN ENTRE FINANCES, ENVIRONNEMENT, SOCIAL ET GOUVERNANCE

24/06/2004
Communiqué de presse
ECO/68


DES BOURSES SE JOIGNENT AU PACTE MONDIAL ET DES SOCIÉTÉS D’INVESTISSEMENT ÉTABLISSENT UN LIEN ENTRE FINANCES, ENVIRONNEMENT, SOCIAL ET GOUVERNANCE


(Adapté de l’anglais)


NEW YORK, 24 juin (Bureau du Pacte mondial) -- Vingt grandes sociétés d’investissement, parmi lesquelles Banco do Brasil, Crédit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, HSBC et Morgan Stanley ont entériné la « liaison des marchés financiers » avec des normes environnementales, sociales et de gouvernance, et ont accepté d’amener d’autres acteurs du monde de la finance à faire de ces facteurs des composantes régulières des analyses de profitabilité et de prise de décisions en matière d’investissement.  Ces 20 compagnies contrôlent des avoirs de l’ordre de six trillions (6 000 milliards) de dollars.


Leur rapport « Recommendations by the financial industry to better integrate environmental, social and governance issues in analysis, asset management and securities brokerage » -Recommandations de l’industrie financière en vue de mieux intégrer les questions environnementales, sociales et de gouvernance dans l’analyse, la gestion des avoirs et le courtage des titres- a été publié aujourd’hui au cours d’un Sommet du Pacte mondial des Nations Unies, l’initiative lancée par le Secrétaire général avec le secteur privé.  Plusieurs centaines de PDG de grandes entreprises, de membres de la société civile et de dirigeants syndicaux prennent part au Sommet présidé par M. Kofi Annan. 


Des compagnies, aussi bien de pays en développement que de pays développés, qui ont une vision mondiale, sont en train de réaliser que des actionnaires engagés et des entreprises citoyennes sont des outils de gestion des risques, et peuvent permettre de répondre plus efficacement aux rapides changements de l’environnement international des affaires, a déclaré John Ruggie, le Conseiller spécial du Secrétaire général, au cours d’une conférence de presse préparatoire tenue au Siège de l’ONU.  Ce genre de considérations à long terme devrait recevoir la même attention que les facteurs à court terme, a-t-il dit, en notant que le Pacte mondial offrait des « attributs spéciaux », tels que des principes universellement agréés sur l’environnement, les droits de l’homme, l’emploi et la lutte contre la corruption.


Un rapport complémentaire « The Materiality of Social, environmental and Corporate Governance Issues to Equity Pricing » -Matérialité des questions sociales, environnementales et de gouvernance des affaires sur la fixation du prix des actions- a aussi été publié aujourd’hui par l’Initiative financière du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).  Ce rapport présente 11 cas d’études venant de sociétés d’investissement travaillant dans ce secteur.


D’autre part, au cours du Sommet des dirigeants du Pacte mondial, une dizaine de bourses de valeurs vont annoncer qu’elles partageront les informations concernant le Pacte mondial avec les entreprises inscrites à leurs marchés, et qu’elles exploreront d’autres types de coopération avec le Pacte.  Les 10 bourses  de valeurs concernées contrôlent des marchés de capitaux de l’ordre de trois trillions (3 000 milliards) de dollars.  La Bourse brésilienne Bovespa et celle de Jakarta ont annoncé qu’elles se joindraient au Pacte mondial à partir du Sommet du 24 juin.  Depuis le premier Sommet, tenu en juin 2000, 50 entreprises ont joint le Pacte mondial, et leur nombre dépasse aujourd’hui les 1 500.


Pour obtenir des informations complémentaires, veuillez prendre contact avec Gavin Power du Bureau du Pacte mondial, au tél: 1(212) 963-4681, ou par courrier électronique à: power@un.org; ou avec Matthias Stausberg, au tél: 1(917) 367-3423, ou par e-mail à: stausberg@un.org.  On peut aussi contacter Tim Wall, de la Section du développement du DPI, au tél: 1(212) 963-5851, ou par courrier électronique à: wallt@un.org .  


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel.