LE VIH/SIDA EN AFRIQUE

 

Pour la première fois, certains signes indiquent que l'incidence du VIH pourrait s'être stabilisée en Afrique subsaharienne. Tout d'abord, l'efficacité de la prévention a contribué à réduire les taux d'infection et ensuite, plus d'un adulte sur quatre étant déjà infecté dans certains pays, le réservoir de personnes qui peuvent encore être infectées diminue. Le total des nouvelles infections en 2000 est estimé à 3,8 millions, contre 4 millions en 1999. Toutefois, cela pourrait changer si les taux augmentent dans les pays où il sont encore relativement faibles.

 

  • Le nombre total d'Africains vivant avec le VIH ou le SIDA est maintenant de 25,3 millions. Dans huit pays africains, 15% au moins des adultes sont infectés. Dans ces pays le SIDA provoquera le décès d'un tiers environ des jeunes Africains aujourd'hui âgés de 15 ans.

  • Au cours de 2000, des millions d'Africains infectés dans les premières années de l'épidémie ont commencé à tomber malades et 2,45 millions de personnes sont décédées de causes liées au VIH, par rapport à 2,3 millions en 1999.

  • L'Afrique abrite près de 70% des adultes et 80% des enfants vivant avec le VIH dans le monde et a enterré les trois quarts des 20 millions et plus de personnes qui, dans le monde, sont mortes du SIDA depuis le début de l'épidémie.

  • Les taux d'infection chez les jeunes Africaines sont beaucoup plus élevés que chez les jeunes hommes, les taux chez les adolescentes de certains pays étant cinq fois supérieurs à ceux des jeunes garçons. Parmi les jeunes au début de la vingtaine, les taux sont trois fois plus élevés chez les femmes. En Afrique, le pic des taux d'infection chez la femme se produit plus tôt que chez l'homme. Cela contribue à expliquer pourquoi dans cette région on compte quelque 12 femmes vivant avec le VIH pour 10 hommes.

  • Une étude récente estime qu'en 1997, les dépenses de santé publique imputables au seul SIDA ont déjà dépassé 2% du produit intérieur brut (PIB) de 7 pays africains sur les 16 pays échantillonnés - un chiffre écrasant lorsqu'on sait que dans ces nations, la totalité des dépenses de santé représente 3 à 5% du PIB.

  • Des études de l'impact économique ont estimé que le PIB en Afrique du Sud pourrait être, d'ici à 2010, de 17% inférieur à ce qu'il aurait été sans le SIDA et que 22 milliards de dollars seraient effacés de l'économie. Au Botswana, le budget gouvernemental sera amputé de 20% et les plus pauvres verront leur revenu tomber de 13% à cause du SIDA.

  • Au Botswana, 35,8% des adultes sont aujourd'hui infectés par le VIH - un chiffre stupéfiant - et 19,9% sont infectés en Afrique du Sud, par rapport à 12,9% il y a deux ans à peine. Le taux de prévalence du VIH chez l'adulte au Botswana a plus que triplé depuis 1992, année où on l'estimait à 10%.

  • Au Botswana, l'espérance de vie à la naissance est actuellement estimée à 44 ans au lieu des 69 ans qu'elle aurait atteints sans le SIDA. Au Zimbabwe, elle est de 43 ans au lieu de 65.

  • Avec 4,2 millions de personnes infectées, l'Afrique du Sud est le pays du monde qui compte le plus grand nombre d'individus vivant avec le VIH/SIDA et la croissance de l'épidémie y est l'une des plus rapides du globe. Déjà, une femme sud-africaine sur quatre entre 20 et 29 ans est infectée par le virus.

  • Plus d'un adulte sur quatre vivant dans les villes de Zambie est séropositif au VIH et plus d'un adulte zambien sur sept est infecté dans les zones rurales du pays.

  • Par ailleurs, le pourcentage des adolescentes entre 15 et 19 ans enceintes et infectées par le VIH dans la capitale, Lusaka, a baissé en moyenne de près de moitié dans les six dernières années. Le pourcentage des femmes célibataires sexuellement actives a chuté de 52% à 35% entre 1990 et 1996.

  • Une étude réalisée en Zambie a montré que dans un hôpital, les décès parmi les agents de santé se sont multipliés par 13 au cours de la décennie 1980-1990, principalement en raison du VIH.

  • L'Afrique de l'Ouest est relativement moins touchée, avec des taux de prévalence inférieurs à 2% dans certains pays. Néanmoins, la Côte d'Ivoire figure déjà parmi les 15 pays du monde les plus touchés. Au Nigéria, qui est de loin le pays le plus peuplé de l'Afrique subsaharienne, plus de 2,7 millions de personnes sont infectées par le VIH.

  • D'ici à 2010, les taux bruts de mortalité au Cameroun auront plus que doublé à cause du VIH/SIDA. On estime à 340 000 le nombre de personnes qui vivent aujourd'hui avec le VIH au Ghana.

  • En Afrique du Nord, les données sont insuffisantes, mais dans le sud de l'Algérie, des études focalisées montrent des taux de 1% environ chez les femmes enceintes en consultations prénatales. Les sites de surveillance au nord et au sud Soudan indiquent que le VIH se répand dans la population générale. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, on a compté quelque 80 000 nouvelles infections en 2000.

  • Les taux d'infection en Afrique de l'Est, autrefois les plus élevés du continent, se situent juste au-dessus de ceux de l'Afrique de l'Ouest, mais ont maintenant été dépassés par les taux observés dans le cône austral.

  • Les taux de prévalence parmi les adultes de l'Ethiopie et du Kenya ont atteint des valeurs à deux chiffres et continuent de s'accroître.

  • Grâce à des programmes de prévention énergiques, l'Ouganda a ramené son taux estimatif de prévalence à environ 8% en 1999, après avoir atteint un maximum proche de 14% au début des années 1990. La prévalence du VIH parmi les adolescentes de 13 à 19 ans a considérablement chuté au cours d'une période de huit ans, alors que le taux chez les adolescents - qui est toujours bien plus bas car les garçons ont une probabilité plus faible d'avoir des partenaires dans les groupes d'âge plus élevés et très infectés - est demeuré approximativement le même. Le pourcentage des adolescentes ayant déjà utilisé un préservatif a triplé entre 1994 et 1997.

  • A l'Hôpital national Kenyatta, à Nairobi, Kenya, les malades positifs pour le VIH ont occupé jusqu'à 39% des lits et ils étaient 70% à l'Hôpital du Prince Régent à Bujumbura, Burundi.

 

Décembre 2000

Retour à: Dossier de Presse: aide-mémoire

 

Back to UNAIDS homepage Link to World Bank Link to WHO Link to UNESCO Link to UNDCP Link to UNFPA Link to UNDP Link to UNICEF