Une femme va chercher de l'eau.

Pourquoi les toilettes sauvent des vies

Plus de la moitié de la population mondiale, soit 4,2 milliards de personnes, vivent sans accès à des installations sanitaires sûres et environ 297 000 enfants de moins de cinq ans meurent de maladies diarrhéiques dues à une mauvaise hygiène, un mauvais assainissement ou une eau insalubre - soit plus de 800 enfants par jour.

En l’absence d’installations sanitaires durables et gérées en toute sécurité, les gens n’ont souvent pas d’autre choix que d’utiliser des toilettes inadéquates et peu sûres ou de pratiquer la défécation en plein air. Même lorsque des toilettes existent, les débordements et les fuites des canalisations et des systèmes septiques, ainsi que les déversements ou les traitements inadéquats, peuvent occasionner la contamination de l’environnement par des déchets humains non traités et la propagation de maladies chroniques mortelles telles que le choléra et les vers intestinaux.

Déterminés à briser les tabous et montrer que les toilettes jouent un rôle essentiel pour la santé des personnes comme pour l'économie, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté en 2013 une résolution intitulée « Assainissement pour tous » (A/RES/67/291) et a choisi la date du 13 novembre pour célébrer la Journée mondiale des toilettes.

La journée encourage les États Membres ainsi que tous les acteurs concernés à mettre en œuvre des politiques visant à accroître l'accès à l'assainissement, notamment au sein des communautés les plus pauvres, et à mettre fin à la pratique de la défécation à l'air libre, jugée extrêmement nocive pour la santé publique. Le manque d'un assainissement sûr porte aussi atteinte à la dignité et la sécurité des femmes, qui risquent souvent d'être victimes de viols et d'abus en raison du manque d'accès à des toilettes offrant sécurité et intimité.

Elle veut aussi placer la question de l’assainissement dans un contexte beaucoup plus large, comprenant aussi la promotion de l'hygiène, la fourniture de services d'assainissement de base, le traitement et la réutilisation des eaux usées, en reconnaîssant pour cela le rôle joué par la société civile et les organisations non gouvernementales dans la sensibilisation à cette question.

La Décennie internationale d’action « L’eau et le développement durable » (2018-2028) devrait accélérer les efforts visant à relever les défis liés à l'eau, y compris l'accès limité à l'eau potable et à l'assainissement, la pression croissante sur les ressources en eau et les écosystèmes, et un risque exacerbé de sécheresses et inondations.