Action de l'ONU contre le terrorisme

Extraits du Document final du Sommet mondial de 2005

Terrorisme

  1. Nous condamnons fermement le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, quels qu’en soient les auteurs, les lieux et les buts, car il constitue une des menaces les plus graves pour la paix et la sécurité internationales.
  2. Nous nous félicitons que le Secrétaire général ait proposé les éléments d’une stratégie de lutte antiterroriste. L’Assemblée générale devrait développer ces éléments sans retard en vue d’adopter et d’appliquer une stratégie prévoyant des réponses globales, coordonnées et cohérentes aux niveaux national, régional et international pour lutter contre le terrorisme, en tenant compte des conditions favorisant la propagation de ce dernier. Nous rendons hommage, dans ce contexte, aux initiatives qui encouragent le dialogue, la tolérance et la compréhension entre les civilisations.
  3. Nous soulignons qu’il importe de n’épargner aucun effort pour parvenir à un accord et conclure, à la soixantième session de l’Assemblée générale, une convention générale relative au terrorisme international.
  4. Nous reconnaissons que pourrait être examinée la question de la tenue, sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies, d’une conférence de haut niveau pour formuler une réponse internationale au terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations.
  5. Nous reconnaissons que la coopération internationale en matière de lutte antiterroriste doit s’exercer dans le respect du droit international, notamment de la Charte et des conventions et protocoles internationaux pertinents. Les États doivent veiller à ce que les mesures qu’ils prennent pour combattre le terrorisme soient conformes à leurs obligations au regard du droit international, en particulier le droit international des droits de l’homme, le droit international des réfugiés et le droit international humanitaire.
  6. Nous appelons à nouveau les États à s’abstenir d’organiser, de financer, d’encourager, de faciliter par un entraînement ou d’appuyer de toute autre manière des activités terroristes, et à prendre les mesures voulues pour que leur territoire ne serve pas à de telles activités.
  7. Nous prenons note du rôle considérable que l’Organisation des Nations Unies joue dans la lutte contre le terrorisme et soulignons l’importance de la coopération régionale et bilatérale dans ce domaine, notamment sur le plan pratique du maintien de l’ordre et des échanges techniques.
  8. Nous invitons instamment la communauté internationale, notamment l’Organisation des Nations Unies, à aider les États à se doter, aux niveaux national et régional, des moyens de combattre le terrorisme. Nous demandons au Secrétaire général de présenter à l’Assemblée générale et au Conseil de sécurité, selon leurs mandats respectifs, des propositions tendant, d’une part, à renforcer la capacité du système des Nations Unies à aider les États à lutter contre le terrorisme et, d’autre part, à mieux coordonner les activités de l’Organisation dans ce domaine.
  9. Nous soulignons qu’il importe d’aider les victimes du terrorisme et de leur apporter, à elles-mêmes ainsi qu’à leur famille, le soutien matériel et moral dont elles ont besoin.
  10. Nous encourageons le Conseil de sécurité à étudier les moyens de renforcer son rôle de surveillance et de répression du terrorisme, notamment en harmonisant les normes des rapports demandés aux États, compte dûment tenu des mandats respectifs de ses organes subsidiaires chargés de la lutte antiterroriste. Nous nous engageons à coopérer pleinement avec les trois organes subsidiaires compétents dans l’accomplissement de leurs mandats, sachant que de nombreux États ont encore besoin d’assistance pour appliquer les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.
  11. Nous soutenons les efforts visant à assurer une rapide entrée en vigueur de la Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire, et nous encourageons fortement les États à la signer sans retard, ainsi qu’à adhérer aux douze autres conventions et protocoles internationaux relatifs à la lutte contre le terrorisme, et à les appliquer.

>> Voir le Document final et les autres documents du Sommet mondial de 2005