Les jeunes

Un groupe de jeunes gens. Ils tiennent dans les mains des drapeaux des États Membres à l’occasion d’un événement organisé au Siège de l’ONU, à New York.

Qui sont les jeunes ?

Il n’existe pas de véritable consensus universel sur la tranche d’âge à prendre en compte lorsqu’il s’agit des jeunes. Cependant, à des fins de statistiques, l’Organisation des Nations Unies – sans préjudice de toute autre définition proposée par les États Membres – considère que le jeune est une personne âgée de 15 à 24 ans. Cette définition, qui est tirée des travaux d’organisation de l'Année internationale de la jeunesse (1985) (voir A/36/215), a été officiellement approuvée par l'Assemblée générale de l’ONU dans sa résolution 36/28 de 1981. Toutes les statistiques de l'ONU concernant la jeunesse se basent sur cette définition, qui est également utilisée dans les annuaires de statistiques sur les questions de démographie, d'éducation, d'emploi ou de santé publiés par le système des Nations Unies.

D’après cette définition, selon laquelle les jeunes sont âgés de 15 à 24 ans, le terme « enfant » désigne par conséquent toute personne âgée de moins de 14 ans. Or, il est important de noter que l’Article 1 de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant considère comme étant un enfant « tout être humain âgé de moins de 18 ans ». À l’époque, en l'absence d’autres documents similaires concernant les droits des jeunes, l’objectif de la Convention était de garantir un cadre de protection, ainsi que des droits, à une tranche d'âge aussi large que possible.

De nombreux pays dans le monde utilisent aussi la limite de l'âge de la majorité (qui correspond généralement à 18 ans) comme un élément de référence pour parler de la jeunesse. 18 ans est en effet l’âge à partir duquel un individu est considéré comme adulte et bénéficie d’une égalité de traitement aux termes de la loi. Néanmoins, la définition opérationnelle et les nuances à apporter à l'expression « les jeunes » varient d’un pays à l’autre, selon des facteurs socioculturels, institutionnels, économiques et politiques.

Les jeunes en chiffres

statistics on youth

On compte aujourd'hui 1,2 milliard de jeunes âgés de 15 à 24 ans dans le monde, ce qui représente 16% de la population mondiale. D'ici à 2030, c’est-à-dire la date fixée pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et de ses 17 objectifs de développement durable (ODD), le nombre de jeunes devrait augmenter de 7%, pour atteindre près de 1,3 milliard d’individus.

Alors que les jeunes exigent de pouvoir bénéficier de plus en plus de possibilités justes, équitables et progressistes au sein de leurs sociétés, il est plus que jamais urgent de relever les multiples défis auxquels ils sont confrontés, notamment en matière d’accès à l'éducation et dans les domaines de la santé, de l’emploi et de l'égalité des sexes.

Les jeunes peuvent représenter une force positive de développement lorsqu'ils disposent des connaissances et des opportunités dont ils ont besoin pour s'épanouir. Ils doivent pour cela pouvoir acquérir, de manière équitable, une éducation et des compétences indispensables pour accéder au marché du travail et contribuer à la société.

Pour de plus amples informations à propos de la situation des jeunes dans le monde.

Les activités des Nations Unies en faveur des jeunes sont guidées par le Programme d’action mondial pour la jeunesse. Celui-ci couvre 15 domaines prioritaires pour la jeunesse et propose une série de mesures concrètes pour chacun d’eux. Adopté par l’Assemblée générale en 1995, il offre un cadre de politiques et de directives pratiques pour la mise en œuvre d’une action nationale et d’un soutien international concerté afin d’améliorer la situation des jeunes dans le monde. Pour de plus amples informations au sujet du Programme d'action mondial pour la jeunesse.

Histoire des relations entre les jeunes et l'ONU

Les Nations Unies considèrent depuis longtemps que l'imagination créative, les idéaux et l'énergie des jeunes sont des éléments indispensables au développement permanent des sociétés dans lesquelles ils vivent. Les États Membres des Nations Unies ont officiellement reconnu cela en 1965, lors de l’adoption de la Déclaration concernant la promotion parmi les jeunes des idéaux de paix, de respect mutuel et de compréhension entre les peuples.

Deux décennies plus tard, l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé de désigner 1985 comme l’Année internationale de la jeunesse : participation, développement, paix. Cette célébration a permis de mettre l’accent sur le rôle vital que jouent les jeunes à travers le monde et d’axer l’attention de la communauté internationale sur leur potentiel, notamment en tant qu’acteurs du développement.

En 1995, lors du dixième anniversaire de l’Année internationale de la jeunesse, l’ONU a réitéré et renforcé son engagement vis-à-vis des jeunes en adoptant un Programme d’action mondial pour la jeunesse à l’horizon 2000 et au-delà, qui a permis de conserver l’attention de la communauté internationale sur cette question et de guider sa réponse vis-à-vis des défis auxquels les jeunes allaient être confrontés au cours du prochain millénaire.

En décembre 1999, par sa résolution 54/120, l’Assemblée générale des Nations Unies a approuvé la recommandation de la Conférence mondiale des ministres responsables de la jeunesse (Lisbonne, 8-12 août 1998) visant à faire du 12 août la Journée internationale de la jeunesse. Depuis lors, cette Journée internationale vise, chaque année, à attirer l’attention du grand public sur les problèmes spécifiques auxquels doivent faire face les jeunes, et elle continue de mettre en valeur leur potentiel en tant que partenaires privilégiés au sein des sociétés.

Pour marquer le vingt-cinquième anniversaire de la première Année internationale de la jeunesse, l'Assemblée générale des Nations Unies a décidé (par sa résolution 64/134) de proclamer l’année commençant le 12 août 2010 Année internationale de la jeunesse : dialogue et compréhension mutuelle, en demandant aux gouvernements et à toutes les parties prenantes concernées, dont la société civile, les particuliers et les communautés, d’appuyer toutes les activités liées à cette Année, à l'échelle locale et internationale. 

En 2015, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité la résolution 2250, qui exhorte les États à examiner les moyens d’accroître les dispositifs permettant aux jeunes de participer de manière concrète à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix dans le monde. Il s’agit de la première résolution du Conseil de sécurité entièrement consacrée au rôle essentiel et positif des jeunes en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales. Ce texte considère les jeunes comme de véritables partenaires dans les efforts mis en œuvre à l’échelle mondiale en vue de promouvoir la paix et afin de lutter contre l'extrémisme.

En 2018, par sa résolution 2419, le Conseil de sécurité a réaffirmé son attachement à l’application intégrale de toutes les dispositions de la résolution 2250, en demandant à tous les acteurs concernés d’envisager les moyens d’accroître la représentation inclusive des jeunes lors de la négociation ou de la mise en œuvre des accords de paix.

Les jeunes et les objectifs de développement durable (ODD)

Des jeunes à MadagascarL’un des principes clés qui figurent au cœur du Programme de développement durable à l’horizon 2030 vise à faire en sorte que « personne ne soit laissé pour compte ». Les objectifs de développement durable (ODD) concernent toutes les nations, ainsi que les populations de tous les âges et toutes les sociétés. Étant donné le caractère universel de ce Programme, chacun de ses objectifs et de ses cibles touche directement ou indirectement des questions liées aux jeunes. Les jeunes sont toutefois spécifiquement mentionnés dans quatre domaines : l’emploi des jeunes, les jeunes filles, l’éducation et le sport au service de la paix, pour lesquels ils sont reconnus comme étant des acteurs de changement, qui aspirent à atteindre leur propre potentiel, tout en permettant de garantir un monde adapté aux générations futures.

Bien que tous les objectifs de développement durable soient nécessaires au développement des jeunes, la mise en œuvre des objectifs centrés sur l'éducation et l'emploi sont particulièrement importants et nécessitent une attention particulière, souligne la dernière édition du Rapport mondial sur la jeunesse.  

Les jeunes et l'objectif 4 : une éducation de qualité

L'éducation est un droit fondamental pour les jeunes, partout dans le monde. L’objectif de développement durable 4 défend une éducation de qualité inclusive et équitable et promeut des possibilités d'apprentissage pour tous, tout au long de la vie. Pour y parvenir, il faut redoubler d’efforts concertés afin que tous les jeunes (filles et garçons) puissent bénéficier d’une éducation gratuite, équitable, inclusive et de qualité, et qu’ils aient la possibilité d’accéder à des formations adéquates. Or, les statistiques les plus récentes montrent pourtant de profondes disparités au niveau mondial en matière d’éducation – et illustrent à quel point l’accès à l’enseignement secondaire universel reste un rêve inaccessible pour beaucoup de jeunes, notamment dans les pays les plus pauvres.

Garantir l'accès à une éducation de qualité, inclusive et équitable est un facteur fondamental pour permettre une transition réussie vers la vie active, l'obtention d'un travail décent et, par conséquent, la réalisation de nombreux objectifs de développement durable. L’enseignement primaire, puis secondaire de qualité doit être complété par un enseignement technique, professionnel ou tertiaire abordable, qui fournit aux jeunes des compétences pertinentes pour décrocher un emploi ou entreprendre. 

Les jeunes et l'objectif 8 : travail décent et croissance économique

L’objectif de développement durable 8 promeut le travail décent et la croissance économique. Les jeunes sont particulièrement touchés par les problèmes de chômage, le faible niveau d’emploi ou les mauvaises conditions de travail. Les jeunes sont en effet trois fois plus susceptibles d'être au chômage que les adultes, tandis que le taux de chômage mondial des jeunes atteignait 13 % en 2017. En outre, beaucoup de jeunes ont un emploi précaire, mal rémunéré ou non déclaré. Les difficultés liées au fait de trouver un emploi stable et décent sont encore plus profondes pour les jeunes vulnérables ou marginalisés, notamment les jeunes femmes, les jeunes handicapés, des jeunes migrants, les jeunes lesbiens, gays, bisexuels, transsexuels et intersexués.

Les jeunes dans l'élaboration et la mise en oeuvre du Programme de développement durable

Les jeunes portent le flambeau du Programme de développement durable à l’horizon 2030, vu le rôle clé qu’ils ont à jouer dans sa mise en œuvre, non seulement en tant que bénéficiaires des actions et des politiques qui relèvent du Programme, mais aussi en tant que partenaires et acteurs de sa mise en œuvre. Les jeunes se sont impliqués dans l’élaboration du Programme de développement durable depuis le début, et ils restent aujourd’hui profondément engagés dans les processus qui assurent sa mise en œuvre, son suivi et son processus d'examen.

L'adoption du Programme de développement durable à l’horizon 2030 a constitué l'aboutissement d'un immense processus de travail d’une durée de trois ans, ayant nécessité une étroite coopération entre les États Membres et la société civile, notamment les organisations représentant la jeunesse, afin de pouvoir définir des objectifs et des cibles spécifiques.

Le bien-être des jeunes, leur participation et leur autonomie sont des facteurs clés pour le développement durable et la paix dans le monde. La mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 exige donc la mise en place de partenariats solides et inclusifs entre les jeunes et l’ensemble des parties prenantes, afin d’aborder les difficultés de développement auxquels ils sont confrontés (tels que le chômage, l'exclusion politique, la marginalisation, l'accès problématique à l'éducation et à la santé, etc.) et faire en sorte que leur rôle positif dans ces domaines soit pris en compte.

Les jeunes sont donc impliqués à différents niveaux, notamment dans le cadre d’activités de sensibilisation ou lors d’initiatives visant à promouvoir le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et ses objectifs. Ils se sont également présents dans la collecte et l'utilisation de données, dans des initiatives locales et nationales en faveur du Programme, dans les efforts de suivi et de responsabilisation de la société civile et dans la rédaction de rapports sur les progrès accomplis.

Les Nations Unies pour les jeunes

En tant que lieu de rencontre entre les peuples, l’Organisation des Nations Unies est particulièrement bien placée pour offrir un forum unique de protection, de coordination et d’appui aux jeunes. Elle constitue aussi une plate-forme qui permet de faire entendre les voix des jeunes, de répondre à leurs besoins et de renforcer leur engagement.

Le Programme des Nations Unies pour la jeunesse du Département des affaires économiques et sociales (DAES) de l’ONU joue notamment un rôle important dans la coordination et la sensibilisation aux questions concernant la jeunesse. Il assure la promotion de leurs droits et de leurs aspirations et contribue à défendre et à renforcer leur participation à la prise de décisions. Le DAES coordonne aussi la participation des jeunes délégués aux travaux de l'Assemblée générale de l’ONU et à ceux du Conseil économique et social (ECOSOC), tandis que les gouvernements incluent de leur côté de plus en plus régulièrement des jeunes au sein de leurs délégations officielles. 

Le Secrétaire général a nommé son Envoyé pour la jeunesse, en janvier 2013, et son Envoyé spécial pour le chômage des jeunes, en septembre 2016. Ensemble, ils travaillent à renforcer la présence des jeunes aux Nations Unies.

Le Département des affaires économiques et sociales est chargé de la préparation du Rapport mondial sur la jeunesse, publié tous les deux ans, qui met en lumière les domaines clés du développement de la jeunesse dans le monde.

Le Forum de la jeunesse, organisé par l’ECOSOC, est un événement annuel qui fournit une plate-forme unique aux jeunes et leur permet de venir exprimer leurs besoins et leurs préoccupations par le biais d’un dialogue informel avec d’autres parties prenantes, notamment les États Membres. Il vise, par exemple, à explorer les moyens de promouvoir le développement des jeunes à tous les niveaux. Le Forum est l’un des organes les plus institutionnalisés de la participation des jeunes aux délibérations de l'ONU et représente un outil important de mobilisation des jeunes dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Les jeunes et le système des Nations Unies

En 2012, le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS) a abordé le thème de la jeunesse et du développement durable à la lumière des événements qui se sont déroulés durant le « Printemps arabe » et en prévision de la Conférence « Rio + 20 » sur le développement durable. Les chefs de secrétariat ont eu l’occasion de discuter avec des jeunes à propos de différentes difficultés et des défis qui les touchent directement - notamment l'emploi, l'inclusion politique, la santé et l'éducation. Le Conseil a réitéré l'importance d'une coordination accrue du système des Nations Unies en faveur du développement des jeunes.

Par la suite, le Département des affaires économiques et sociales (DAES) et le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-HABITAT) ont dirigé les efforts mis en œuvre par le Réseau interinstitutions des Nations Unies pour l'épanouissement des jeunes (IANYD) en vue de la préparation d’un Plan d'action du système des Nations Unies pour la jeunesse (Youth SWAP). Approuvé par le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CSS) en avril 2013, le Youth-SWAP met l'accent sur l'action conjointe à mettre en œuvre par le système des Nations Unies dans les domaines de l'emploi et de l'entrepreneuriat, de l'inclusion politique, de l'engagement civique et de la protection des droits, de l'éducation (notamment sexuelle) et de la santé. En novembre 2015, ce même CSS a approuvé la stratégie de l'Initiative mondiale pour l’emploi décent des jeunes, une initiative mise en place à l'échelle du système des Nations Unies pour promouvoir l'emploi des jeunes dans le monde.

Ressources:

Section: 
Drupal template developed by DGC Web Services Section and Digital Soutions and Support Unit