Éliminer la pauvreté

Le Secrétaire général en visite en République centrafricaine.

Les taux de pauvreté dans le monde ont certes diminué de moitié depuis 2000, mais dans certaines régions en développement, une personne sur dix vit encore avec moins de 1,90 dollar par jour (le seuil de pauvreté fixé internationalement). De plus, des millions de personnes vivent chaque jour avec un montant à peine plus élevé. Des progrès majeurs ont été réalisés dans de nombreux pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est alors qu’en Afrique subsaharienne, 42 % de la population continue de vivre en dessous du seuil de pauvreté.

Qu’est-ce que la pauvreté ?

La pauvreté ne se limite pas au manque de revenus ou de ressources productives qui garantissent des moyens de subsistance durables. Elle se manifeste aussi par la famine, la malnutrition, l’accès limité à l’éducation et aux services de base, la discrimination sociale, l’exclusion, ainsi que le manque de participation dans les prises de décision. Aujourd’hui, plus de 780 millions de personnes vivent en dessous du seuil international de pauvreté. Plus de 11 % de la population mondiale vit dans des conditions d’extrême pauvreté et se bat pour satisfaire des besoins élémentaires tels que la santé, l’éducation, l’accès à l’eau potable et à un système sanitaire.  Plus de 160 millions d’enfants risquent de ne pas sortir de l’extrême pauvreté d’ici 2030.

La pauvreté en faits et en chiffres

  • Près de 783 millions de personnes vivent en-dessous du seuil international de pauvreté fixé à 1,90 dollar par jour.
  • La plupart des personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté sont réparties entre deux régions : l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne
  • Les taux de pauvreté élevés se trouvent le plus souvent dans des petits pays, fragiles et touchés par des conflits armés.
  • En 2016, seulement 45 % de la population mondiale bénéficie bénéficiait d’au moins un type de prestation de protection sociale en espèces.

La pauvreté et les objectifs de développement durable (ODD)

Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes est le premier des 17 objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Parmi ces objectifs, la principale référence en matière de lutte contre la pauvreté figure dans la cible 1.A. : « Garantir une mobilisation importante de ressources provenant de sources multiples, y compris par le renforcement de la coopération pour le développement, afin de doter les pays en développement, en particulier les pays les moins avancés, de moyens adéquats et prévisibles de mettre en œuvre des programmes et politiques visant à mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes. »

Si nous ne prenons pas des mesures pour améliorer la santé et l'éducation, 167 millions d'enfants vivront encore dans l'extrême pauvreté d'ici à 2020Les ODD visent également à mettre en place aux niveaux national et régional des cadres d’action viables fondés sur des stratégies de développement favorables aux pauvres et soucieuses de la problématique hommes-femmes. D’ici à 2030, tous, hommes et femmes, en particulier les pauvres et les personnes vulnérables, devraient avoir les mêmes droits aux ressources économiques et accès aux services de base, à la propriété foncière, au contrôle des terres et à d’autres formes de propriété, à l’héritage, aux ressources naturelles et à des nouvelles technologies et des services financiers adaptés à leurs besoins, y compris la microfinance.

Mesurer l’ampleur de la pauvreté

Au cours des dernières décennies, la pauvreté a nettement reculé. Selon la dernière estimation réalisée en 2013, 10,7 % de la population mondiale vit avec 1,90 dollar par jour voire moins. Ce taux est en baisse par rapport à 1990 où il s’élevait à 35 % et par rapport à 1981 où il s’élevait à 44%. Ce chiffre montre qu’éliminer l’extrême pauvreté est à notre portée. En avril 2013, la Banque mondiale a fixé un nouvel objectif pour mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030, ramener à 3 % le taux de la population mondiale qui vit sous le seuil de pauvreté international. Mesurer la pauvreté permet de déterminer les stratégies les plus efficaces de réduction de la pauvreté, d’améliorer les performances des programmes de mesure des pays en développement et d’accompagner leurs stratégies de développement vers un environnement économique qui évolue rapidement.

Action mondiale

Le Programme de développement durable à l'horizon 2030 s’engage à ne laisser personne de côté et à s’occuper en priorité de ceux dont la situation est la plus critique. Cet agenda ambitieux pour le développement nécessite des politiques visionnaires pour une croissance économique durable, inclusive et équitable, portées par le plein emploi et un travail décent pour tous. L’intégration sociale, la réduction des inégalités, la hausse de la productivité et un environnement favorable comptent parmi les mesures essentielles à la mise en place de ces politiques. L’ODD 1 de l'Agenda reconnaît que l’élimination de la pauvreté sous toutes ses formes sur l’ensemble du globe est le plus grand défi mondial auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui et qu’il s’agit également d’une condition indispensable au développement durable.

Si l’extrême pauvreté a reculé dans de nombreux pays, elle demeure néanmoins une préoccupation majeure en Afrique, dans les pays les moins avancés, dans les petits États insulaires en développement, dans certains pays à revenu intermédiaire et dans les pays en situation de conflit ou de post-conflit. Compte tenu de ces préoccupations, l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de proclamer au cours de sa soixante-douzième session la troisième Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté (2018-2027). L’objectif est de maintenir la dynamique créée par la mise en œuvre de la deuxième Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté (2008-2017). En outre, cette troisième Décennie doit également promouvoir de manière efficace et coordonnée les objectifs pour le développement en matière d’élimination de la pauvreté, convenus à l’échelle internationale, notamment les objectifs de développement durable.

Département des affaires économiques et sociales

En 1995, le Sommet mondial pour le développement social, tenu à Copenhague, a identifié trois questions fondamentales : l’élimination de la pauvreté, la création d’emplois et l’intégration sociale. Il a contribué à la création d’une communauté internationale pour bâtir des sociétés sûres, justes, libres et harmonieuses tout en offrant à chacun des opportunités et un meilleur niveau de vie.

Au sein du système des Nations Unies, la Division du développement  social inclusif du Département des affaires économiques et sociales, est le point focal pour la mise en œuvre de la Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté ». Cette division aide les gouvernements à mettre en place de manière plus efficace les engagements et les politiques adoptés par la Déclaration de Copenhague sur le développement social ainsi que les nouvelles initiatives sur le même thème adoptées au cours de la vingt-quatrième session extraordinaire de l’Assemblée générale.

Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

Par sa résolution 47/196 adoptée le 22 décembre 1992, l'Assemblée générale a déclaré le 17 octobre Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté.

La célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté date du 17 octobre 1987. Ce jour-là, plus de cent mille personnes se sont rassemblées au Trocadéro, à Paris, où la Déclaration universelle des droits de l’homme a été signée en 1948, afin d’honorer les victimes d’extrême pauvreté, de violence ou de faim. Ces personnes ont proclamé que la pauvreté était une violation des droits de l’homme et qu’il était nécessaire de s’unir pour faire respecter ces droits. Ces convictions sont inscrites sur une dalle commémorative inaugurée ce jour-là. Depuis, des personnes de tous horizons, toutes croyances ou origines sociales se réunissent chaque année le 17 octobre afin de renouveler leur engagement et de manifester leur solidarité aux plus démunis.

En savoir plus

Section: 
Drupal template developed by DGC Web Services Section and Digital Soutions and Support Unit