Organisation mondiale de la Santé (OMS)

The film festival trophy in front of the WHO emblem.

Pour son deuxième appel à candidatures, le Festival du film « Santé pour tous » de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a reçu 1 175 candidatures provenant de 110 pays. Plus de 40 % des courts métrages portent sur des thèmes liés à la COVID-19. 

A hand holds a beaker against a periodic chart of elements.

Les découvertes et les avancées scientifiques doivent être partagées. Tel est le sens de la Déclaration en faveur de la « science ouverte » signée conjointement le 27 octobre par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH). L’épidémie de COVID-19 démontre le besoin urgent de renforcer la coopération scientifique et de garantir le droit fondamental à l'accès universel au progrès scientifique et à ses applications.

 

Le Docteur Marie-Roseline Bélizaire est une épidémiologiste originaire d'Haïti qui a déjà répondu à des flambées de maladies en Afrique, dont Ebola. Elle est maintenant en République centrafricaine où elle contribue à protéger les populations du virus mortel.
Illustration of the virus

Selon une nouvelle enquête de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la pandémie de COVID-19 entraîne des perturbations ou une interruption des services de santé mentale essentiels dans 93 % des pays, alors que la demande de soins augmente. Cette enquête, menée dans 130 pays, permet de disposer des premières données mondiales montrant les conséquences désastreuses de la COVID-19 sur l’accès aux services de santé mentale et souligne qu’il est urgent d’accroître le financement.

 

Dans un entretien avec ONU Info, Dre Sylvie Briand, Directrice des maladies pandémiques et épidémiques à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), note que parce que les gens sont débordés d'informations, il leur est très difficile de distinguer entre les bonnes et les mauvaises informations.&nb

Agents de santé en sécurité, patients en sécurité

La pandémie de COVID-19 a exposé au grand jour les formidables difficultés et les risques auxquels les agents de santé font face dans le monde. Le fait de travailler dans un environnement stressant expose davantage les agents de santé au risque d’erreur, ce qui est susceptible de nuire au patient.
A child holding a doll among other children faces the camera.

Alors que les décès d’enfants de moins de 5 ans n'avaient jamais été aussi bas à 5,2 millions en 2019, les perturbations dans les services de santé infantile et maternelle provoquées par la pandémie de COVID-19 menacent des millions de vies supplémentaires, avertissent l’UNICEF, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la Division de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies et le Groupe de la Banque mondiale. 

 

health worker with mother and children

Selon une enquête mondiale menée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 90 % des pays ont souffert de perturbations de leurs services de santé essentiels depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Partager les expériences contre la COVID-19

En réponse à la transmission communautaire de la COVID-19, la Nouvelle-Zélande a mis en place une série de mesures visant à endiguer le virus, notamment un dépistage plus large, la recherche des contacts et une communication claire et cohérente avec le grand public.

A girl opens her mouth and looks up to receive an oral vaccine.

La Commission régionale de certification pour l’Afrique a certifié que la Région africaine de l’OMS était exempte de poliomyélite sauvage après 4 années sans aucun cas. Maintenant que cette étape historique est franchie, 5 des 6 régions de l’OMS – représentant plus de 90 % de la population mondiale – sont désormais exemptes de poliovirus sauvage et l’éradication mondiale de la poliomyélite est de plus en plus proche.

open air market

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) vous explique comment acheter et préparer des aliments en toute sécurité.

Alors que le continent approche la barre du million de cas, l'OMS renforce son soutien aux pays qui enregistrent une augmentation significative du nombre de cas.

Illustration of three human figures working on infected lungs.

Le laboratoire juridique de la COVID-19 est une initiative qui vise à rassembler et à partager des documents juridiques de plus de 190 pays à travers le monde afin d’aider les États à établir et à mettre en œuvre des cadres juridiques solides pour gérer la pandémie. L’objectif est de veiller à ce que les lois protègent la santé et le bien-être des individus et des communautés et qu’elles soient conformes aux règles internationales en matière de droits humains. 

Une alimentation saine, un monde plus sain

Aujourd'hui, la sous-nutrition, le retard de croissance, le surpoids, l'obésité et les maladies non transmissibles liées au régime alimentaire comme le diabète et le cancer coexistent désormais dans les mêmes pays, communautés, ménages et même individus.

Close-up of various pills

Selon une nouvelle enquête de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), 73 pays ont signalé qu’ils risquaient de connaître des ruptures de stock d’antirétroviraux (ARV) en raison de la pandémie de COVID-19. Vingt-quatre pays ont indiqué que leur stock d’ARV était extrêmement faible ou que l’approvisionnement pour ces médicaments vitaux était perturbé.