Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE)

Illustration d'un paysage de nature

L'année 2020 n'a pas seulement été celle de la pandémie de COVID-19. C'était aussi l'année de l'intensification du changement climatique : températures élevées, inondations, sécheresses, tempêtes, incendies de forêts et même invasions de criquets. Les nations doivent de toute urgence intensifier leur action pour s'adapter à la nouvelle réalité climatique, sous peine de devoir faire face à des coûts et des dommages importants, explique le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE). 

 

Un récif corallien peu profond

Pour mieux comprendre les mystères des océans du monde, une équipe de scientifiques utilise l'imagerie satellite pour cartographier, avec un niveau de détail sans précédent, l'un des écosystèmes sous-marins les plus emblématiques de la planète : le récif corallien peu profond.

Des éléphants devant le Kilimanjaro

En 2020, le personnel du PNUE a travaillé dur, souvent en coulisses, pour relever les défis auxquels est confrontée notre planète.

Les Jeunes Champions de la Terre 2020

Un ingénieur qui transforme les déchets plastiques en pavés. Une militante qui se bat pour sauver le saumon en voie de disparition. Et un inventeur qui a développé une machine capable d'extraire l'eau de l'air. Ce ne sont là que quelques-uns des lauréats du prix 2020 des Jeunes Champions de la Terre du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Issus de sept régions du monde, ces jeunes de moins de 30 ans ont été récompensés pour leur engagement à s'attaquer à certains des problèmes environnementaux les plus pressants de la planète.

Illustration d'un paysage connecté, dans les tons verts et bleus.

Ce rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) fournit un aperçu de l’impact environnemental des activités du système des Nations Unies en 2019 et des mesures mises en place pour les réduire.

report cover

Ce rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) fournit un examen annuel de la différence entre les prévisions d'émissions de gaz à effet de serre en 2030 et le niveau où elles devraient se situer pour éviter les pires effets du changement climatique. Le rapport constate que, malgré une baisse des émissions de dioxyde de carbone de courte durée causée par la pandémie de COVID-19, le monde continue de se diriger vers une augmentation des températures supérieure à 3°C au cours de ce siècle, bien au-delà des objectifs de l'Accord de Paris qui consistent à limiter le réchauffement climatique en deçà de 2°C et à viser 1,5°C.

 

Peinture abstraite

Ce rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) présente des stratégies efficaces d'utilisation des matières premières pour un avenir à faibles émissions de carbone.

Deux hommes font de la plongée dans une piscine naturelle dans la grotte de la cathédrale d'Avaiki, Niue
Les petits États insulaires en développement (PEID) ont connu une expansion spectaculaire de leur secteur touristique ces dix dernières années.
Une vieille voiture au bord de la route en Ethiopie.

Des millions de véhicules d'occasion exportés depuis l'Europe, les États-Unis et le Japon vers les pays à faible et moyen revenu entravent les efforts de lutte contre le changement climatique.

Une carte du monde avec des données.

Tandis que les incendies faisaient rage dans l'Ouest américain, Pascal Peduzzi, climatologue au Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) à Genève, a suivi la situation de la qualité de l'air à Mammoth Lakes, une ville située dans les montagnes de la Sierra Nevada en Californie. Le scientifique se trouvait à plus de 9 000 km de là mais il a pu observer ces données grâce à « la salle de situation mondiale de l'environnement » (World Environment Situation Room, WESR) du PNUE. Ce portail en ligne offre un suivi en temps quasi réel de la qualité de l'air à l'échelle mondiale.

Un paysage de tourbière

Un nouveau voyage virtuel proposé par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) met en évidence les avantages des tourbières, cet écosystème unique qui fonctionne depuis la nuit des temps.

Un agriculteur en Inde.

L'Inde se prépare à une nouvelle augmentation de la pollution atmosphérique. À l'automne, les agriculteurs du nord du pays brûleront leurs champs pour faire place à de nouvelles cultures. Pendant les incendies, la pollution atmosphérique à Delhi peut être 14 fois plus importante que ce que recommande l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), une grande partie du pays étant recouverte d'un brouillard si épais qu'il est possible de le voir depuis l'espace. Le cas de l'Inde est frappant, mais il n'est pas unique. Or, des alternatives sans brûlis existent et permettent presque toujours aux agriculteurs d'économiser de l'argent. 

 

 

Du mercure aux Philippines

L'année 2020 est une étape importante pour ce traité international destiné à protéger la santé humaine et l'environnement.

Un groupe de dauphins

Le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) a créé des expériences numériques immersives dans le cadre de sa campagne #WildforLife. Quatre "voyages" au sein des écosystèmes vous font découvrir la magie des systèmes naturels interconnectés et vous incitent à agir pour protéger ces écosystèmes différents. Le premier voyage est le voyage des marins.  Les prochains vous feront découvrir les savanes, les forêts et les tourbières.

 

Un garde forestier au Kenya examine des preuves de braconnage

La pandémie de coronavirus est en train de créer ce que les experts appellent une crise de la conservation au Kenya, pays qui abrite certains des animaux les plus emblématiques d'Afrique. La plupart des programmes kenyans de protection de la faune et de la flore sont financés directement par les touristes et, avec la baisse du nombre de visiteurs, les fonds destinés à la conservation se tarissent, selon les experts. On craint également que le braconnage n'augmente, laissant la protection de la faune sauvage en suspens. Mais la pandémie encourage les pays à changer la donne.