Développement économique

A woman works on another woman’s nails through a barrier while using protective gear.

L’Europe, tout comme le reste du monde, est confrontée à une crise prolongée. Tant que la pandémie de COVID19 persistera, nous devrons maintenir une forme de distanciation physique. À cela s’ajoutent des perturbations constantes des chaînes d’approvisionnement et d’autres problèmes qui prolongent une situation déjà difficile. D’après des projections actualisées du Fonds monétaire international (FMI) publiées le mois dernier, le Produit intérieur brut réel dans l’Union européenne (UE) devrait se contracter de 9,3 % en 2020. 

Workers wearing facemasks and helmets among solar panels.

Alors que débute la Décennie d’action pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD), force est de constater que la pandémie de coronavirus complique considérablement cet effort mondial initié en 2015. Un surcroît d’ambition et de mobilisation est nécessaire, « non seulement pour vaincre la COVID-19 mais aussi pour mieux récupérer ensemble », a plaidé le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

restaurant in China reopens

Les prévisions pour 2020 en Asie ont été revues à la baisse pour la plupart des pays de la région, en raison de la dégradation de la situation au niveau mondial et des mesures d’endiguement de la pandémie de COVID-19 qui perdurent dans plusieurs pays émergents. Toutefois, grâce à des mesures de relance économique, la croissance en Asie devrait fortement rebondir en 2021, explique le Fonds monétaire international (FMI).

closed store window

Le Grand Confinement se déroule, en principe, en trois phases : d'abord les pays entrent en confinement, puis ils en émergent, et enfin ils en sortent totalement lorsqu'ils disposent d'une solution médicale à la pandémie. De nombreux pays se trouvent actuellement dans la deuxième phase, celle d’un déconfinement caractérisé par des premiers signes de reprise, mais aussi par un risque de seconde vague d'infections et de réinstauration des restrictions levées, analyse Gita Gopinathconseillère économique et directrice du département des études du Fonds monétaire international (FMI).

 

Solar panels on a rooftop with views of the city.

Depuis 2006, Gaza subit de fréquentes coupures d’électricité. La majorité de la population de près de deux millions de personnes ne dispose d’à peine quelques heures d’électricité par jour, ce qui ne fait qu’aggraver des conditions de vie déjà difficiles. Le Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) a soutenu le ministère des Travaux publics et du Logement, ainsi que l’Autorité palestinienne de l’énergie et des ressources naturelles, afin de remédier à cette crise.

empty restaurant

Depuis le premier signalement de l’épidémie de COVID-19 à Wuhan, en Chine, fin décembre 2019, la maladie s’est propagée dans plus de 200 pays et territoires. Faute de vaccin ou de traitement efficace, les gouvernements du monde entier ont réagi en instaurant des mesures sans précédent d’endiguement et d’atténuation — le confinement. Ces mesures ont entraîné de fortes pertes économiques à court terme et le pire déclin que l’activité économique mondiale ait connu depuis la Grande Dépression. Ont-elles porté leurs fruits ?

A girl wrapping a piece of cloth around her face.

L’étude des précédentes pandémies fait craindre au Fonds monétaire international (FMI) que le choc subi par les couches les plus pauvres et les plus fragiles de la société en raison de la COVID-19 ne soit bien plus violent.

Woman wearing protective gear at testing site.

Le Groupe de la Banque mondiale est mobilisé pour faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider les pays à affronter l’urgence sanitaire liée à la COVID-19, contenir au mieux les pertes économiques et commencer à planifier leur redressement sur le long terme. Grâce à un mécanisme de financement accéléré, il accompagne d’ores et déjà plus de 60 pays clients dans l’organisation de leur riposte.  À travers une combinaison de nouveaux projets, la restructuration de projets existants et leurs volets d’urgence et le déploiement d'instruments de financement en cas de catastrophe, le Groupe peut intervenir dans 100 pays d’ici la fin du mois de mai.

A Nepalese family in front of their house.

Cette année, le 25e anniversaire de la Déclaration de Copenhague et celui de la Déclaration de Beijing et de son Programme d’action (1995) survient pendant l’une des pires crises sanitaires et sociales à l'échelle mondiale. La pandémie de COVID-19 met en évidence l'importance d'investir dans des politiques sociales protégeant les personnes et les familles les plus vulnérables. La célébration annuelle de la Journée internationale des familles (15 mai) reflète l’importance que la communauté internationale attache aux familles et à leur rôle dans le développement.

 

Chinese worker with mask

Plusieurs pays asiatiques et européens où l’épidémie de COVID‑19 semble avoir atteint un pic rouvrent progressivement leur économie. À défaut de vaccin ou de traitement efficace, les autorités doivent faire des choix entre les avantages d’une reprise de l’activité économique et le coût potentiel d’une remontée des taux d’infection. 

 

Boy walks along sandbars.

La pandémie de COVID-19 ayant provoqué l’arrêt brutal de l’activité touristique, les Nations Unies déploient de grands efforts pour tenter d’amortir l’impact socioéconomique de cette crise sur les petits États insulaires en développement (PEID), déjà confrontés à l’accumulation des défis liés au changement climatique.

Man in front of a power source in Zimbabwe.

Dans de nombreux pays, les conséquences économiques d’une suspension quasi totale de l’activité ont immédiatement rejailli sur les marchés des produits de base ou de l'énergie et devraient continuer de les déstabiliser dans les mois à venir. Alors que la plupart des marchés de denrées alimentaires continuent d’être bien approvisionnés, les annonces de restriction des échanges par plusieurs pays et les achats excessifs soulèvent également des inquiétudes pour la sécurité alimentaire, explique la Banque mondiale.

UNDP Accelerator Labs logo

Cela fait un an que les « Accelerator Labs » du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont été mis en place, et ils imaginent déjà des solutions pour après la pandémie de COVID-19.

 

Power lines in the Republic of Korea

La pandémie de COVID-19 a plongé le monde dans la récession. Les conséquences économiques s’aggravent dans de nombreux pays, parallèlement à la forte hausse des nouvelles infections et des mesures de confinement adoptées par les gouvernements. En collaboration avec d'autres partenaires, le FMI fait tout son possible pour que les pays touchés soient aidés rapidement, sous la forme de financements d’urgence, de conseils et d’assistance technique. De la Chine à l’Europe, des États-Unis aux pays émergents, ces graphiques nous donnent un premier aperçu des effets de cette pandémie sur nos économies.

Unemployed taxi drivers during the Ebola crisis, Liberia 2014.

Cette pandémie est une crise sanitaire. Mais pas seulement. Dans bien des régions du globe, elle laissera des cicatrices très profondes, observe le PNUD. « Sans le soutien de la communauté internationale, nous risquons de voir s'effondrer les progrès réalisés ces deux dernières décennies, et de voir une génération entière perdre, si ce n’est la vie, au moins des droits, des opportunités et de la dignité ».