VIH/Sida

woman holding child

Selon le Rapport mondial actualisé sur le sida 2022 de l’ONUSIDA, seule la moitié (52 %) des enfants vivant avec le VIH bénéficient du traitement salvateur disponible, loin derrière les adultes, qui sont 76 % à recevoir des antirétroviraux. Inquiets de voir les progrès marquer le pas pour les enfants, l’ONUSIDA, l’UNICEF, l’OMS et leurs partenaires ont mis en place une alliance mondiale en vue de faire en sorte que, d’ici à la fin de la décennie, plus aucun enfant vivant avec le VIH ne se voie refuser un traitement et afin d’empêcher que de nouveaux nourrissons ne soient infectés par le VIH.

A mother holding her baby sit facing a woman with a facemask.

L’ONUSIDA révèle que la plupart des 150 000 nouvelles infections aux VIH chez les enfants en 2020 auraient pu être évitées par une meilleure prise en charge des femmes et des filles exposées à un risque élevé d’infection au VIH. Près de 65 000 infections infantiles se sont produites en 2020 parce que des femmes déjà séropositives n’ont pas été diagnostiquées pendant la grossesse et n’ont pas commencé de traitement.

 

mother holding toddler

La persistance de la pandémie de COVID-19 aggrave les inégalités qui marquent depuis longtemps l’épidémie de VIH, alerte l’UNICEF.

report cover showing many faces

Quatre décennies après l'apparition des premiers cas de sida, les nouvelles données de l’ONUSIDA montrent que des dizaines de pays ont atteint ou dépassé les objectifs 2020 fixés par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2016, ce qui prouve que les objectifs n’étaient pas seulement ambitieux, mais réalisables. Globalement, le rapport montre que le déploiement d’un traitement abordable et de qualité a permis d’éviter 16,2 millions de décès depuis 2001. Une réunion de haut niveau sur le VIH/sida se tiendra également du 8 au 10 juin 2021 pour passer en revue les progrès accomplis. L’Assemblée générale espère adopter une nouvelle déclaration politique qui servira de ligne directrice aux étapes ultérieures de la riposte.