Chaque jour, nous recevons davantage d'informations sur la pollution des mers et des océans causée par l'invasion des matières plastiques. En effet, personne ne peut ignorer les images des énormes traînées de plastique flottant dans les mers, qui sont encore plus bouleversantes lorsqu'elles montrent des animaux entourés de bouteilles en plastique et autres déchets. La responsabilité que nous ressentons vis-à-vis de l'environnement et de la santé de la planète en regardant ces images peut sans doute être utilisée pour stimuler l'engagement, l'implication et l'action des établissements d'enseignement supérieur.

Le projet Ocean i3 (Oi3) est une initiative d'innovation pédagogique développée dans le cadre de l'alliance stratégique du Campus international d'excellence transfrontalier Euskampus Bordeaux et implique l'Université du Pays basque (UPV/EHU), institution membre de l'Impact Universitaire des Nations Unies en Espagne, et l'Université de Bordeaux (UB), en France, communautés universitaires. Il a débuté en tant qu'expérience pilote au cours de l'année universitaire 2018-2019 et bénéficie d'un financement du Fonds européen de développement régional (FEDER) depuis 2020.

Oi3 reprend les principaux aspects du modèle éducatif de l'UPV/EHU, connu sous le nom d'IKD i3, qui combine l'apprentissage, la recherche et la durabilité, en intégrant les valeurs de l'Agenda 2030 pour le développement durable compilées dans l'Agenda 2030 de l'EHU et dans la feuille de route pour les transitions, tant environnementales que sociales, qui font partie du plan stratégique de l'UB pour 2030 (U30). L'action de ces universités est ainsi en adéquation avec les grands défis de la planète et de l’humanité.

Les étudiants des deux universités, accompagnés de leurs professeurs, vivent une expérience d'éducation à la durabilité qui consiste principalement en un programme de formation intensive interuniversitaire, interdisciplinaire, multilingue et multiculturel. Ils développent des compétences transversales en matière de durabilité en s'impliquant dans des défis réels posés par des acteurs sociaux du littoral transfrontalier basco-aquitain, liés à la question des plastiques dans la mer.

Le travail des étudiants s'articule autour de cinq ateliers au cours desquels ils sont placés dans des groupes interuniversitaires pour travailler sur un défi lancé par un large éventail d'acteurs sociaux. Le programme de formation Oi3 utilise une dynamique d'apprentissage participatif afin que les étudiants, au sein de leurs équipes : a) définissent conjointement la portée du défi/problème qui leur a été assigné ; b) conçoivent des propositions réalisables, spécifiques et mesurables de manière collective et interdisciplinaire ; et c) proposent des résultats (plans d'action, études, prototypes, interventions spécifiques, etc.) convenus avec les acteurs territoriaux qui ont un impact sur ces défis afin de contribuer à la réduction des plastiques sur le littoral transfrontalier Basque-Aquitaine.

L'approche du projet d'innovation englobe les étudiants des cours de premier et de deuxième cycle des deux universités par leur implication et leur engagement dans les projets finaux des diplômes (TFG) et les projets finaux des masters (TFM), les stages volontaires, les projets de cours, les thèses de doctorat, etc. Des étudiants de diplômes très différents sont impliqués, ce qui donne à l'ensemble de la communauté Oi3 la possibilité de travailler sur les compétences requises pour relever les défis posés par la durabilité, comme la compréhension et la résolution de problèmes complexes, la créativité et la vision globale et complète des problèmes, la communication dans des contextes interculturels et multilingues, entre autres. Dans Oi3, toutes les personnes impliquées bénéficient de la participation à une communauté étendue de connaissances et d'interventions où des spécialistes de différents domaines travaillent ensemble en apportant leur "savoir-faire" et leur expérience pour soutenir et gérer les actions et les résultats des étudiants de l'UPV/EHU et de l'UB.

Au cours des trois dernières années universitaires et jusqu'à celle de 2020-2021, 98 étudiants ont participé et généré 90 produits académiques individuels, et 34 acteurs territoriaux de part et d'autre de la frontière ont travaillé en étroite collaboration. Tout cela s'est fait dans le cadre de ce qu'on appelle l'économie bleue, qui, selon un rapport de la Banque mondiale, est un concept qui « cherche à promouvoir la croissance économique, l'inclusion sociale et la préservation ou l'amélioration des moyens de subsistance tout en assurant la durabilité environnementale des océans et des zones côtières ».

Oi3 constitue un environnement d'apprentissage authentique et significatif pour les étudiants car il leur propose des actions où ils doivent combiner leur « savoir-faire » et leur expérience et où leurs décisions et leurs actions se reflètent et laissent leur empreinte sur le bien-être de la mer.

*Ce texte est une adaptation de celui publié à l'origine sur « Campusa », la revue de l'Université du Pays basque.