Une chorale d'étudiants se produit aux Nations Unies en 2019.
Une chorale d'étudiants se produit lors d'un événement de haut niveau au Siège des Nations Unies en 2019. La musique est le langage universel de l'humanité et, avec les autres arts, un pont vers la tolérance.
Photo :ONU/Manuel Elías

Renforcer la tolérance et la compréhension mutuelle

L’Organisation des Nations Unies est résolue à renforcer la tolérance en encourageant la compréhension mutuelle entre les cultures et les peuples. Cet impératif est au cœur de la Charte des Nations Unies, ainsi que de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et est plus important que jamais à l'heure où nous observons une montée de l'extrémisme violent et d'un radicalisme caractérisé par le mépris fondamental de la vie humaine. En effet, la tolérance - c'est-à-dire le fait de reconnaître l’autre et de l’apprécier à sa juste valeur, mais aussi l’aptitude à vivre ensemble et à écouter autrui - constitue le fondement même de toute société civile, ainsi que de la paix.

Chaque année le 16 novembre, la communauté internationale célèbre la Journée internationale de la tolérance avec des activités qui s'adressent à la fois aux établissements d'enseignement et au grand public. L’Assemblée générale a instauré cette journée par sa résolution A/RES/51/95 du 12 décembre 1996, à la suite de l'Année internationale des Nations Unies pour la tolérance, proclamée par l'Assemblée générale de l'ONU en 1995. La même année, les États Membres de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) adoptaient la Déclaration de principe sur la tolérance, à l'occasion du cinquantième anniversaire de cette organisation.

Le Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence

Le Prix UNESCO-Madanjeet Singh pour la promotion de la tolérance et de la non-violence récompense des activités significatives dans le domaine scientifique, artistique, culturel ou de la communication visant la promotion d'un esprit de tolérance et de non-violence. Ce Prix a été établi en 1995 pour marquer l’Année des Nations Unies pour la tolérance et le 125e anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi. La création du Prix a été inspirée par les idéaux de la Constitution de l'UNESCO qui proclame que la « paix doit être établie sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité ».

La tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d'autrui. Les peuples se caractérisent naturellement par leur diversité ; seule la tolérance peut assurer la survie de communautés mixtes dans chaque région du globe.

En reconnaissance de l’engagement de toute une vie en faveur de l’harmonie communautaire et de la paix, le prix porte le nom de son bienfaiteur Madanjeet Singh, qui était Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, artiste, écrivain et diplomate indien. Doté d’un montant de 100.000 dollars américains, le prix est décerné tous les deux ans lors d’une cérémonie officielle à l'occasion de la Journée internationale de la tolérance.

Two men cultivating cabbages

L’ONG Centre Résolution Conflits de la République démocratique du Congo reçoit le Prix UNESCO-Madanjeet Singh 2020

Le jury international du Prix a souhaité récompenser l'organisation non gouvernementale (ONG) Centre Résolution Conflits pour ses dix ans de travail dans la défense des droits humains et son engagement pour sauver les enfants soldats des milices et favoriser leur réadaptation et réinsertion dans leurs communautés d'origine. 

Historique

C'est le 16 novembre 1995, à l'occasion du cinquantième anniversaire de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), que les États Membres de celle-ci ont adopté une Déclaration de principe sur la tolérance.

La Déclaration affirme notamment que la tolérance n'est ni complaisance, ni indifférence. C'est le respect et l'appréciation de la richesse et de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d'expression et de nos manières d'exprimer notre qualité d'êtres humains. La tolérance est la reconnaissance des droits universels de la personne humaine et des libertés fondamentales d'autrui. Les peuples se caractérisent naturellement par leur diversité ; seule la tolérance peut assurer la survie de communautés mixtes dans chaque région du globe.

La Déclaration affirme que la tolérance n'est pas seulement un principe moral mais qu'elle est également une nécessité politique et juridique pour les individus, les groupes et les États. Situant la tolérance par rapport aux instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme qui ont été établis depuis cinquante ans, ils soulignent que les Etats devraient élaborer, si besoin est, de nouvelles législations afin de garantir une égalité de traitement et de chances aux différents groupes et individus qui composent la société

Une illustration de personnages très colorés et différents

Série de Master Class contre le racisme et les discriminations

Lancée par l'UNESCO en novembre 2019, la série de Master Class contre le racisme et les discriminations vise à donner aux étudiants les moyens de devenir des champions de la jeunesse dans leurs propres écoles et communautés, et de les sensibiliser les gens à la manière de déconstruire les mécanismes qui sous-tendent le racisme et les discriminations.

Comment contrer l'intolérance ?

  • La lutte contre l'intolérance nécessite des lois : Tout État a la responsabilité de renforcer la législation relative aux droits de l'homme, d'interdire et de punir les crimes motivés par la haine ainsi que la discrimination à l'encontre des minorités, qu'ils soient commis par des représentants de l'État, des organisations privées ou des individus. 
  • La lutte contre l'intolérance nécessite l'éducation : Les lois sont nécessaires mais insuffisantes quand il s'agit de contrecarrer l'intolérance dans les attitudes individuelles. C'est pourquoi l'accent doit être mis sur le fait qu'il faut éduquer plus et mieux. Il faut faire plus d'efforts pour enseigner aux enfants la tolérance et les droits de l'homme, les sensibiliser à des modes de vie différents des leurs. Il faut encourager les enfants, à la maison comme à l'école, à se montrer ouverts, curieux et réceptifs.
  • La lutte contre l'intolérance nécessite l'accès à l'information : L'intolérance est extrêmement dangereuse quand elle est exploitée pour servir les ambitions politiques et territoriales d'un individu ou groupe d'individus. Le moyen le plus efficace de limiter l'influence des propagateurs de haine est de mettre en oeuvre des mesures qui favorisent et encouragent la liberté de la presse et son pluralisme, afin que les lecteurs puissent faire la distinction entre les faits et les opinions.
  • La lutte contre l'intolérance nécessite la prise de conscience individuelle : L'intolérance engendre l'intolérance. Elle incite ses victimes à chercher vengeance. Afin de combattre l'intolérance, nous devons prendre conscience du lien qui existe entre nos comportements et le cercle vicieux de la méfiance et de la violence dans la société. Chacun de nous devrait commencer par se demander : « Suis-je tolérant(e) ? Est-ce que j'ai des idées stéréotypées sur les gens ? Est-ce que je rejette ceux qui sont différents de moi ? Est-ce que je « leur fais porter la responsabilité de mes difficultés ? ».
  • La lutte contre l'intolérance nécessite des solutions locales : Beaucoup d'entre nous savent que les problèmes de demain vont de plus en plus se mondialiser, mais peu réalisent que la solution des problèmes mondiaux est locale voire individuelle. Les outils de l'action non-violente - former un groupe pour s'attaquer à un problème, organiser un réseau local, manifester sa solidarité avec des victimes de l'intolérance, discréditer une propagande haineuse - sont à la disposition de tous ceux qui veulent mettre un terme à l'intolérance, la violence et à la haine.

La tolérance est le respect, l'acceptation et l'appréciation de la richesse et de la diversité des cultures de notre monde, de nos modes d'expression et de nos manières d'exprimer notre qualité d'êtres humains ».

Déclaration de principe sur la tolérance

Vidéo

Personne n'est né pour haïr : combattre les discours de haine par l'éducation

Les discours de haine sont en augmentation. La haine, les théories du complot et les préjugés s'infiltrent dans nos sociétés et nous affectent tous. Nous sommes inondés d'informations - et de désinformation - plus que jamais auparavant, tant en ligne qu'hors ligne. Mais personne n'est né pour haïr. La haine s'apprend et peut être désapprise. L'éducation pour tous en est la base.

Audio  (en anglais)

A man with a beard and a turban sings into a microphone.

Créer pour lutter contre l'intolérance

L’artiste de hip-hop australien et sikh, L-FRESH, dont les parents sont nés en Inde et ont immigré en Australie, veut briser les barrières culturelles en s'inspirant de son expérience multinationale à travers sa musique et ses paroles tirées de son quotidien.

Collage of screenshots of mouths.

PLURAL + est un festival vidéo pour les jeunes du monde entier, qui les encourage à aborder des questions sociales urgentes comme la migration, la diversité, l'inclusion sociale ou la prévention du racisme et de la xénophobie. Il les invite à partager en vidéos leur vision créative du monde. Inauguré en 2009, PLURAL + est une initiative conjointe de l'Alliance des civilisations de l'Organisation des Nations Unies (UNAOC) et de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Il s’appuie sur un réseau de plus de 50 organisations partenaires à travers le monde.

 

A composite of images of many people making happy gestures.

L’actuelle résurgence de conflits et d’actes de violence et d’intolérance dans le monde requiert une réaction urgente. Les individus et les nations doivent rassembler leurs forces pour le développement d’une conscience globale universelle sans stéréotypes ni préjugés. La « Décennie internationale du rapprochement des cultures  (2013-2022) » est un engagement pour répondre à ce besoin urgent de prendre en compte et d’établir de nouvelles corrélations entre diversité culturelle et valeurs universelles.

 

A crowd of women sitting and laughing

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.