Mémorial aux pompiers de Tchernobyl
Le mémorial aux pompiers de Tchernobyl, un monument qui rend hommage aux premiers intervenants de la catastrophe d'avril 1986. Beaucoup ont été exposés à de fortes doses de rayonnement dans les minutes et les heures qui ont suivi l'accident. Photo : Dana Sacchetti/AIEA

Les conséquences à long terme de la catastrophe de Tchernobyl

Les explosions survenues à la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986, ont eu des conséquences nationales et internationales d'une ampleur sans précédent, en libérant massivement des matières radioactives dans l'atmosphère, notamment dans les vastes zones de l'ex-Union soviétique, aujourd'hui le Bélarus, la Fédération de Russie et l'Ukraine. Quelque 8,4 millions de personnes ont été les plus exposées aux radiations sur ces trois territoires.

Ce n'est qu'en 1990 que les autorités soviétiques ont reconnu la nécessité de faire appel à l'aide et à la coopération internationale pour gérer l'après-catastrophe. Au cours de la même année, consciente de la nécessité d'améliorer la coordination des efforts internationaux, l'Assemblée générale de l'ONU a adopté la résolution A/RES/45/190 destinée à s'attaquer de manière globale aux conséquences de l'accident et à les atténuer. Une équipe spéciale inter-agence a été chargée de stimuler et de suivre les activités du système des Nations Unies dans ce domaine, tandis qu'un Fonds d'affectation spéciale pour Tchernobyl a été mis en place en 1991 et placé sous la direction du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA)

Depuis 1986, le système des Nations Unies a mis en place plus de 230 projets différents de recherche et d'assistance dans les domaines de la santé, de la sûreté nucléaire, de la réhabilitation, de l'environnement, de la production d'aliments propres ou de la sensibilisation du public, avec l'aide d'organisations non gouvernementales.

En 2002, l'Organisation des Nations Unies a annoncé un changement dans la stratégie de Tchernobyl et a mis l'accent sur une approche de développement à long terme. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et ses bureaux régionaux dans les trois pays les plus touchés ont pris les devants dans la mise en œuvre de ce programme. Pour fournir un appui aux programmes internationaux, nationaux et publics de développement durable dans ces territoires, l'ONU a lancé en 2009 le Réseau d'information et de recherche international de Tchernobyl.

Le 8 décembre 2016, afin de mieux faire connaître les conséquences à long terme de la catastrophe de Tchernobyl, l'Assemblée générale de l'ONU a décidé de proclamer le 26 avril Journée internationale du souvenir de la catastrophe de Tchernobyl (A/RES/71/125), qui sera célébrée tous les ans à compter de l'année 2017. Constatant que les graves conséquences à long terme de la catastrophe de Tchernobyl et les besoins qui en découlent pour les communautés et les territoires touchés continuent de se faire sentir, elle invite tous les États Membres, les organismes des Nations Unies et autres organisations internationales concernés, ainsi que la société civile, à observer cette journée.

Récents développements

Durant plus de trois décennies, d’importants moyens ont été mis en œuvre pour renforcer la coopération internationale et coordonner les efforts déployés pour étudier et atténuer le plus possible les conséquences de la catastrophe.

Une étape majeure a été franchie en 2019 avec la mise en place de la nouvelle arche de confinement au-dessus de l’ancien sarcophage. Plus de 45 pays donateurs ont financé ce projet en versant un montant total de 2,2 milliards d’euros à des fonds gérés par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). L’arche de confinement a été remise au Gouvernement ukrainien le 10 juillet 2019. Du point de vue de l’ampleur de la coopération internationale qui a été menée, ce projet est l’un des plus importants jamais réalisés dans le domaine de la sûreté nucléaire.

Depuis que les organismes des Nations Unies ont cessé de se concentrer sur l’aide humanitaire pour accorder davantage d’attention à la prévention, au relèvement, à la remédiation et au développement des capacités, ils ont adopté une approche intégrée du développement durable pour répondre aux besoins des régions et des populations touchées. Les organismes, fonds et programmes ont continué de collaborer étroitement avec les Gouvernements bélarussien, russe et ukrainien pour apporter une aide au développement aux populations touchées par la catastrophe de Tchernobyl.

 

L’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA)

Matériel radioactif

L’histoire des Nations Unies est liée à celle de l’ère nucléaire. L’horreur de la Seconde Guerre mondiale et des bombardements des villes japonaises de Nagasaki et d’Hiroshima, en août 1945, a démontré la nécessité d’une action collective dans le domaine du nucléaire. La première résolution adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU, le 24 janvier 1946, décide de créer une Commission qui traitera des problèmes soulevés par la découverte de l’énergie atomique et d’autres questions connexes. En 1953, dans un discours historique prononcé devant l’Assemblée générale et connu sous le nom de « L’atome au service de la paix », le président des États-Unis, Dwight D. Eisenhower, exhortera la communauté internationale à considérer une utilisation pacifique de l’énergie nucléaire et conduira à la création de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) en 1957. Regardez un extrait de ce discours

Des travaux de restauration en cours dans les zones touchées par Tchernobyl, 33 ans après la catastrophe. (avril 2019)

Depuis l’accident qui s’est produit à la centrale nucléaire de Tchernobyl, le 26 avril 1986, le système des Nations Unies, de concert avec les Gouvernements bélarussien, russe et ukrainien, dirige les activités de relèvement et de développement pour aider les régions touchées. Bien qu’un travail humanitaire considérable ait été effectué immédiatement après l’accident, des activités de relèvement et de réhabilitation supplémentaires ont été menées au cours des années suivantes pour sécuriser la zone, limiter l’exposition de la population, assurer le suivi médical des personnes touchées et étudier les conséquences sanitaires de l’accident. Le service d'actualités des Nations Unies, ONU Info, réunit l'ensemble des articles sur le sujet.  

 

 Illustration : perspective du bâtiment du Secrétariat de l‘ONU et titre, les journées internationales.

Chaque journée internationale représente une occasion d’informer le public sur des thèmes liés à des enjeux majeurs comme les droits fondamentaux, le développement durable ou la santé. Ces journées sont aussi l’occasion pour le système des Nations Unies, les pouvoir publics et la société civile d’organiser des activités de sensibilisation et de mobiliser des ressources.