Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

L'Holocauste et les Nations Unies
Programme de communication

Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste 2020

Département de la communication globale des Nations Unies – Calendrier 2020 des manifestations de commémoration

« 75 ans après Auschwitz, enseignement et commémoration de l’Holocauste pour la justice mondiale

L’Holocauste et le Programme de sensibilisation des Nations Unies par son mandat 60/7 de l’Assemblée générale, mobilise la société civile pour l’enseignement et la commémoration de l’Holocauste afin d’empêcher que de tels actes ne se reproduisent. Le thème retenu pour l’enseignement et la commémoration de l’Holocauste en 2020 est « 75 ans après Auschwitz – Éducation et commémoration de l’Holocauste pour la justice mondiale ». Ce thème illustre l’importance continue, 75 ans après l’Holocauste, d’une action collective contre l’antisémitisme et autres formes de préjugés afin de garantir le respect de la dignité et des droits de l’homme pour tous les peuples du monde.

27 janvier 2020
  • Cérémonie des Nations Unies à la mémoire de l’Holocauste, Siège de l’ONU, New York

    Une cérémonie - 75 ans après le jour de la libération du camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau de l’Allemagne nazie (1940-1945) par les forces soviétiques - était animée par Mme Melissa Fleming, Secrétaire générale adjointe à la communication globale. Le juge Theodor Meron a prononcé une allocution d’ouverture, le cantor Shulem Lemmer a récité des prières commémoratives et M. Itzhak Perlman a apporté une contribution musicale.

    Intervenants :

    • le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres
    • le Président de la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies
    • les Représentants permanents de l’Allemagne, d’Israël et des États-Unis auprès des Nations Unies
    • des survivants de l’Holocauste, M. Shraga Milstein et Mme Irene Shashar
  • Ouverture de l'exposition « Voir Auschwitz », Siège de l’ONU, New York

    L’exposition « Voir Auschwitz » défie la compréhension du visiteur sur le plus grand centre d’extermination de l’histoire de l’humanité. La façon dont Auschwitz est ‘perçu’ est illustrée par un nombre relativement réduit de photographies choisies parmi un nombre de sources encore plus restreint. Cet ensemble d’images constitue une preuve cruciale des crimes des Nazis. En montrant des photographies prises par les responsables et dans un cas par les victimes elles-mêmes, l’exposition encourage le spectateur à explorer plus avant ce que ces photographies révèlent sur leurs auteurs et leurs intentions. L’exposition a été conçue et organisée par Musealia, Espagne, en collaboration avec le Musée d’État d’Auschwitz-Birkenau en Pologne. L’exposition est ouverte jusqu’au 24 février 2020.

    Photo : Portraits d'Auschwitz. Musée Auschwitz-Birkenau.

28 janvier 2020
  • Ouverture de l'exposition « Crimes révélés : la première génération des chercheurs de l’Holocauste »Photo : Eva Reichmann, Directrice des recherches, Wiener Library, années 50 , Siège de l’ONU, New York

    L’exposition traite des historiens juifs et des universitaires de nationalités et antécédents différents qui ont documenté et préservé les preuves des actes commis contre le peuple juif lors de l’Holocauste et ont plaidé pour attirer l’attention sur ce qui se passait dans l’Europe occupée par les Nazis. Les historiens et les universitaires ont résisté au plan nazi de détruire en totalité le peuple juif et sa culture en jetant les bases d’une infrastructure juridique, alliée à la mise en place des Nations Unies. La première génération des chercheurs de l’Holocauste a constitué la fondation de nos connaissances présentes de l’Holocauste. L’exposition a été organisée par le lieu commémoratif de la villa de la Conférence de Wannsee à Berlin, ainsi que la filiale de Berlin du Collège Touro et la Bibliothèque Wiener à Londres, sous l’égide du Ministère des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne. L’exposition est ouverte jusqu’au 24 février 2020.

    Photo : Eva Reichmann, Directrice des recherches à la Wiener Library (années 50). Wiener Library Collections.


29 janvier 2020
  • Ouverture de l'exposition « Certains étaient des voisins », Siège de l'ONU, New York

    L’exposition « Certains étaient des voisins » aborde une des questions centrales de l’Holocauste : comment a-t-il pu se produire ? L’exposition examine le rôle des gens ordinaires dans l’Holocauste et les diverses raisons qui influencent les choix personnels. Ces influences reflètent souvent la peur, l’indifférence, l’antisémitisme, les préoccupations professionnelles, la position sociale, la pression des pairs ou l'opportunité d’obtenir des biens matériels. Les portraits de personnes qui n’ont pas cédé aux occasions et aux tentations de trahir d’autres êtres humains sont exposés afin de nous rappeler qu’il existe une alternative à la complicité dans des actes maudits, même par des temps exceptionnels. L’exposition, conçue et organisée par le Musée mémorial de l’Holocauste des États-Unis, est ouverte jusqu’au 24 février 2020.

    Photographe : Stadtarchiv Kerpen

30 janvier 2020
  • Exposé de la société civile « Discours haineux, déni et distorsion de l’Holocauste : pourquoi il est important de le contester », Siège de l'ONU, New York

    Le déni et la distorsion de l’Holocauste vont à l’encontre des faits irréfutables et établis que l’Holocauste a eu lieu et amoindrit la souffrance des victimes et des survivants des atrocités commises par les Nazis et leurs complices. Le déni et la distorsion de l’histoire sont un outil important dans l’arsenal du discours haineux qui encourage la déshumanisation des personnes et des groupes et s’utilisent pour justifier la discrimination et autres actes de violence. L'année 2020 marque les 75 ans écoulés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et de l’Holocauste toutefois l’antisémitisme continue d’exister. Cet exposé a pour objectif de donner un aperçu historique du déni et de la distorsion de l’Holocauste et d'explorer les mesures qui sont prises en vue d’identifier et de contrer le déni et la distorsion et de contester le discours haineux. La discussion était animée par le Département de la communication globale des Nations Unies.

  • Signature du livre « Les cahiers de Renia : le journal de l’Holocauste »

    Couverture du livre « Les cahiers de Renia : le journal de l’Holocauste »

    Conversation, animée par la journaliste Robin Shulman, avec la sœur cadette de Renia - une survivante de l’Holocauste -, Elizabeth Bellak et la fille d’Elizabeth, Alexandra.


  • Présentation du film « Le comptable d’Auschwitz » Affiche du film

    « Le comptable d’Auschwitz » suit le procès d’Oskar Gröning qui a été inculpé de complicité dans le meurtre de 300 000 Juifs dans le camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau de l’Allemagne nazie (1941-1945). Le procès de Gröning a eu lieu en 2015, il était âgé de 93 ans. Durant l’Holocauste, Gröning consignait et comptabilisait l’argent liquide et les objets personnels de valeur confisqués aux Juifs à leur arrivée dans le camp. Le film relate l’histoire menant au procès de Gröning et la course contre le temps pour traduire en justice les derniers survivants nazis. Dirigé par Matthew Shoychet et produit par Ricki Gurwitz et Ric Esther Bienstock, ce documentaire entrelace des séquences d’archives, une couverture médiatique du procès et des entretiens avec les survivants et les défenseurs des droits de l’homme afin de proposer des enquêtes convaincantes de l’histoire, de la conscience et de la justice. La projection était suivie d'une session de questions-réponses avec Ricki Gurwitz, animée par le Département de la communication globale.