ONU Bienvenue aux Nations Unies. C'est votre monde.

Journée mondiale de la vie sauvage
3 mars

Message du Secrétaire général, M. Ban Ki-moon

3 mars 2015

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 3 mars, date anniversaire de l’adoption de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), Journée mondiale de la vie sauvage. À l’occasion de la deuxième célébration de cette journée, les organismes des Nations Unies, les États Membres et de nombreux partenaires du monde entier tiennent à faire passer un message simple, mais fort : il est temps de s’attaquer sérieusement à la criminalité liée aux espèces sauvages.

Le commerce illicite d’espèces sauvages est devenu, au même titre que le trafic de drogue, la traite d’êtres humains et le trafic de marchandises contrefaites ou de pétrole, pour ne citer que ces sinistres exemples, une forme de criminalité transnationale qui met en jeu des techniques complexes. Il est nourri par une demande de plus en plus forte et souvent facilité par la corruption et la défaillance de la gouvernance. De nombreux éléments témoignent du rôle accru qu’y jouent les réseaux de criminalité organisée et les groupes armés non étatiques.

Le commerce illicite d’espèces sauvages fragilise l’état de droit et menace la sécurité nationale; il entraîne la dégradation des écosystèmes et entrave fortement les efforts déployés par les populations rurales et autochtones pour gérer durablement leurs ressources naturelles. Lutter contre cette forme de criminalité est essentiel non seulement pour préserver les ressources naturelles et favoriser le développement durable, mais aussi pour favoriser l’instauration de la paix et de la sécurité dans les régions en proie aux troubles, où ces activités illégales alimentent les conflits.

Pour lutter véritablement contre la criminalité liée aux espèces sauvages, il faut mobiliser tous les secteurs de la société concernés par la production ou la consommation de produits provenant d’espèces sauvages, lesquels sont couramment utilisés dans la fabrication de médicaments, d’aliments, de matériaux de construction, de meubles, de produits cosmétiques, de vêtements et d’accessoires. La société tout entière doit appuyer l’action menée pour faire respecter la loi. Dans chaque pays, les entreprises et les citoyens peuvent jouer un rôle décisif, par exemple en refusant d’acheter ou de vendre aux enchères de l’ivoire ou des cornes de rhinocéros obtenus illégalement ou en insistant pour que les produits provenant des océans et des forêts tropicales soient obtenus légalement et issus de ressources gérées durablement.

En cette Journée mondiale de la vie sauvage, j’engage tous les consommateurs, les fournisseurs et les gouvernements à considérer la criminalité liée aux espèces sauvages comme une menace pour notre avenir et celui de la planète, une menace à laquelle il est temps de s’attaquer sérieusement.